La méchante pyélonéphrite

Je ne sais pas si vous avez remarqué vous aussi mais à force de fréquenter les forums où l’on parle de cystite [et compagnie] je me suis aperçue que, souvent, très souvent, trop souvent, le généraliste, l’urologue, la pharmacien et même la grand tante Lucette avaient tous vraiment vraiment vraiment très envie de nous convaincre de prendre des antibiotiques pour nous « soigner » (quelques semaines ou quelques mois pour les plus chanceuses).

Moi-même j’étais relativement bien conditionnée pour accepter docilement ces traitements (que je prenais même sans demander l’avis de qui que ce soit) et je n’ai commencé à comprendre mon erreur que très tard.

Alors du coup, quand on se met à poser des questions ou à devenir un peu plus réticente vis-à-vis des antibiotique « à gogo » avec des arguments du genre « mais ça ne résout pas grand-chose dans mon cas » ou bien « à chaque fois j’ai une mycose » ou encore « au dernier ecbu j’avais quelques résistances » on fait vite figure de la mauvaise patiente ou de baba-cool un peu déjantée qui refuse les antibio.  Et là, dans neuf cas sur dix, ça ne loupe pas, on vient vous agiter sous le nez l’épouvantait de la : pyélonéphrite !!

Ah ouais, la « pyélo » (pour les intimes) c’est le cauchemar de tous les cystiteux de la terre. Et vu que, à part les rares exceptions des masochistes, personnes n’a envie de souffrir, cet argument fait souvent mouche et on avale direct un p’tit Monur***.

Et puis un jour je lis ça : « Il serait vraiment dommage de perdre un rein ou les 2 ». Autant vous dire que mes yeux sont sortis de ma tête directe ! Je ne savais pas s’il fallait rire ou pleurer face à cette affirmation.

Du coup, je voulais rassurer tout le monde à propos des complication de la cystite.

Première chose : l’infection urinaire basse (la cystite) est une condition nécessaire mais non suffisante pour faire une pyélonéphrite. Je dirais même plus (mon cher Watson), la pyélonéphrite arrive parfois SANS cystite ! C’est-à-dire que l’on peut avoir des bactéries pathogènes dans la vessie pendant des jours, des semaines, des mois, sans forcément développer une pyélonéphrite.

Les conditions nécessaires pour que la cystite bactérienne devienne une pyélonéphrite peuvent être :

  • Une anomalie anatomique comme par exemple l’hypertrophie prostatique, un dysfonctionnement des valves urétérales ou un reflux vésicaux-urétéral
  • La présence d’un cathéter viscéral
  • Le diabète
  • Une immunodépression

Pas de panique donc, la pyélonéphrite est une complication relativement rare de la cystite.

Et puis avant de « perdre un rein » (mais le perdre où au fait ?) vous auriez de telles douleurs que rien ne pourrait vous empêcher d’aller aux urgences de l’hôpital le plus proche !

Conclusion => hauts les cœurs : la pyélonéphrite est déjà en soit une complication relativement rare des infections urinaires basses. Alors la complication de la complication je ne vous en parle même pas….

 

Envie d’en parler… par ici 😉

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *