Résistance au D-mannose : mythe ou réalité ?

Salut la compagnie !

Bon, on est là pour se dire la vérité hein. Pas de langue de bois, pas de secret entre nous. Je « prêche » pour le D-mannose depuis maintenant 6 ans parce que c’est une substance naturelle, sans effets secondaires et qui, personnellement, m’a sauvée de la cystite [et compagnie] après 10 ans de galères. Alors quand on m’a posé la question de la résistance au D-mannose j’ai d’abord campé sur mes positions en refusant cette possibilité. Et puis vu que je suis une petite curieuse, j’ai quand même voulu creuser la question pour répondre, comme j’essaie toujours de le faire, le plus précisément possible (quitte à faire un « roman » lol).

J’ai dialogué très longtemps avec Rose sur un forum et, au milieu des milles échanges hyper intéressants que nous avons eu, ces questions étaient peut être celles qui m’ont donner le plus de fil à retordre et, au passage, m’a fait bouffer le plus de littérature hihihi

« As-tu entendu parler de mannose résistance? Il semblerait que certains fimbriae d’E coli sont mannose résistants…

Comme je te l’écris, je pensais que des fimbriae mannose résistants s’accrochaient directement aux parois de la vessie et non plus au d-mannose puisqu’ils sont devenus résistants….

Il y aurait apparemment 2 catégories de fimbriae : les résistants et les sensibles. »

 

Super complexe et pourtant tellement simple, un grand grand grand merci de m’avoir posé cette « colle » et envoyé les liens vers des études scientifiques officielles sur le sujet.

Alors autant vous dire que j’ai « bossé » le sujet et voici mes « conclusions » (bon qui en fait ne sont pas les miennes hein mais bien celles des spécialistes et chercheurs en la matière):

 

Petit rappel (encore ?? ben oui j’aime bien) les fimbriae (les quoi ?!) sont des espèces de petites pattes qui recouvrent les bactéries pathogènes en cause dans les infections urinaires ce qui les fait ressembler à des « bébêtes » poilues.

Chaque fimbriae (appelées fimbriae, lectines ou adhésines selon la littérature scientifique) agit comme un « mini-harpon » qui va permettre à la bactérie pathogène de s’ancrer solidement à la surface de la muqueuse vésicale pour pouvoir ensuite proliférer tranquillement (se multiplier et coloniser le milieu). Chaque bactérie pathogène en possède des dizaines, voire des centaines pour se garantir d’adhérer à la muqueuse vésicale. Parce que si la bactérie ne parvenait pas à s’agripper à la paroi de la vessie, elle resterait en suspension dans l’urine et serait éliminée avec la miction.

 

Le D-mannose a une « forme » adaptée à ces petites fimbriae. En gros, il va venir se lier avec elles en « imitant » la paroi vésicale. De cette façon, les bactéries pathogènes « croient » avoir adhérées sur la paroi de la vessie alors qu’en fait elles sont toujours « en suspension » dans les urines. Du coup, elles vont tout simplement être éliminées avec la miction, naturellement et sans effet secondaire (c’est le « génie » de cette molécule).

C’est donc toute l’astuce du D-mannose => venir saturer les bactéries pathogènes en se liant avec toutes leurs fimbriae pour empêcher leur adhésion sur la paroi vésicale. Du coup, les bactéries liées au D-mannose « flottent » dans la vessie et vont glisser comme sur un tobbogan pour être éliminées avec l’urine.

J’ajoute que ce processus, au-delà d’être efficace et aussi bien plus naturel et indolore que celui qui consiste à prendre des antibiotiques. Parce que ce que l’on ne sait pas beaucoup c’est que les antibio, en tuant les bactéries pathogènes, vont en fait les faire littéralement « exploser ». Et cette « explosion » (que l’on appelle « lyse » en médecine) provoque une libération importante de toxines qui vont aller fortement agresser la muqueuse vésicale et provoquer des douleurs inflammatoires. Cette potentialisation de l’inflammation est souvent responsable de douleurs résiduelles au-delà de l’épisode infectieux (lourdeur vésicale, urgences mictionnelles et picotements urétraux qui perdure pendant des jours).

Avec le d-mannose rien de tout cela puisque les bactéries « sortent » entières et bien vivantes de la vessie.

 

Mais alors tout est parfait ?

Et non ^^ C’est malin une bactérie, ça s’adapte et ça mute.

Comme Rose l’a parfaitement compris, des études concluent en l’existence de fimbriae dites « mannose-sensibles » et « non mannose-sensibles ».

Oh rage, oh désespoir!! Le « remède miracle » s’évanouie…

Et bien non ! Et pour au moins 4 bonnes raisons :

 

Bonne raison N°1

Ces études soulignent que : à l’intérieur d’un même échantillon de bactéries pathogènes, toutes n’ont pas des fimbriae « non mannose-sensibles ». Et que même si certaines ont des fimbriae « non mannose-sensibles », elles ne représentent jamais la majorité.

Du coup, le D-mannose sera toujours efficace sur plus de 50% des bactéries pathogènes en cause dans l’infection urinaire en cours ce qui est, je pense, suffisant, pour obtenir déjà une baisse significative de la charge bactérienne sans antibio.

D’ailleurs une autre étude a permis de confirmer cela sur des patientes atteintes d’infections urinaires chroniques avec Proteus mirabilis présentant des fimbriae « non mannose-sensibles ».

 

Je précise tout de suite (parce que j’entends déjà les mauvaises langues dire « oui mais une baisse c’est pas une éradication ») qu’il est tout à fait possible de se débarrasser totalement des bactéries pathogènes juste avec du D-mannose. Le tout est d’avoir un dosage adapté et une prise prolongée (comme dans mon cas particulier).

 

Bonne raison N°2

Il est bien entendu que toutes les bactéries pathogènes n’ont pas forcément des fimbriae « non mannose-sensibles ». Ces études précisent bien que dans certains échantillons n’en contenaient pas du tout !

Du coup vous n’avez aucune certitude que « votre » E. coli ou autre bactérie pathogène possède des fimbriae « non mannose-sensibles » et comme dit précédemment, même si c’était le cas, ce ne serait pas la majorité.

 

Bonne raison N°3

Il ne faut pas oublier que l’on n’est pas seule face à notre infection. Notre corps, même affaibli par la cystite [et compagnie], les thérapies antibiotiques ou d’autres choses est quand même capable de participer à nous défendre (je ne parle ici pas de situations extrêmes de personnes immunodéprimées) et va fabriquer des leucocytes.

Du coup, on peut considérer que si le D-mannose va « gérer » les 70% à 80% de fimbriae « mannose-sensibles », notre système immunitaire doit être capable de s’occuper des 20 à 30% « non mannose-sensibles ».

Bon, là je dois dire que je reste fermement convaincue que la Morinda citrifolia présente dans les produits Ausilium en association avec le D-mannose fait une énorme différence puisque c’est un immunostimulant (voire même immun modulant). Du coup, ces produits deviennent encore plus pertinents à utiliser dans l’hypothèse de l’existence de fimbriae « non mannose-sensibles ».

 

Ah oui et puis un point « technique » assez important quand même : toutes les études qui ont mis en évidence des fimbriae « non mannose-sensibles » ont été in vitro. Cela signifie que ce sont des cultures bactériennes de laboratoires qui se sont « contentées » (attention je ne minimise pas le travail remarquable de ces chercheurs) de regarder et tester les fimbriae.

Le problème c’est qu’elles ne reflètent pas la réalité d’une infection urinaire avec ses autres composantes : réaction du système immunitaire par exemple.

 

Bonne raison N°4

Toutes les bactéries pathogènes n’adhérent pas sur la muqueuse vésicale. Ah bon ?! Et non, elles sont aussi capables de s’agréger les unes aux autres. C’est d’ailleurs la première étape dans la formation du biofilm. Ce processus ne requière pas la mise en œuvre des fimbriae. Du coup, on n’a même plus à se poser la question de leur sensibilité ou non au D-mannose puisqu’il s’agit de combattre l’agrégation et pas l’adhésion. Et pour lutter contre cette agrégation il « suffit » de prendre un complexe D-mannose + N-acétylcystéine + Morinda citrifolia (Ausilium NAC) et le tour et joué !

 

Ouf! J’espère que ces explications étaient le plus claires possible et qu’elles vont rassurer tous ceux qui penserait possible une accoutumance ou résistance au D-mannose car, jusqu’à preuve du contraire, dans la « vraie » vie, ça n’existe pas.

 

 

 

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Caroletkymie dit :

    Bonjour à toutes, voilà premier bilan ultra positif
    Après 20 épisodes en 24 mois toujours post coitale, je suis à presque 2 mois sans crise et je rentre de vacances avec mon chéri et les vacances sont propices à davantage de rapports
    J’utilise ausilium crema avant et une dose de D-manoro juste après, j’oublie pas bien sûr d’aller aux toilettes juste après les rapports et j’ai également changer de savon pour ma toilette intime et j’utilise des tampons avec probotiques pendant mes règles.
    Pas une seule crise EEEXXXTTRRAAAAA
    pourvu que ça dure un peu
    Voilà pour les bonnes nouvelles du jour

     
  2. Kleiser dit :

    TOP votre site…très intéressant et sympa

     
  3. Katy dit :

    Je suis aussi convaincue du bien-fondé du D-mannose et des produits Ausilium.
    Mais comment se fait-il que certaines d’entre nous (dont moi) n’arrivent pas à se débarrasser d’une cystite à E. coli par les produitsà base de D-mannose?
    Personnellement, je prends de l’Ausilium Forte en suivant scrupuleusement les consignes (loin des repas, dose augmentée en cas de cystite, etc.), j’essaie d’y ajouter de l’Ausilium NAC, des gélules d’origan, du bicarbonate de soude, des tisanes de bruyère-guimauve-solidago… rien n’y fait! Je ne suis jamais arrivée en plus d’un an de prise à le débarrasser d’une cystite bactérienne à E. Coli de façon naturelle et grâce au d-mannose. Je ne désespère pas (enfin, je fais tout pour encore y croire) mais plus d’un an de prise ne m’a pas aidée à éradiquer les bactéries…
    Pourquoi cela…??? 🙁 🙁 🙁

     
  4. Sonia dit :

    Bonjour,

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt tous vos posts ! J’ai découvert le D Mannose il y a presque 2 mois alors que je souffre d’infection urinaire depuis………Bien plus longtemps !!!
    Bizarrement chez moi, c’est par « année » : il y a des années avec et d’autre sans….
    J’ai commencé ma cure de D Mannose il n’y a pas si longtemps mais je ressens toujours des picotements (mais j’y crois !!)
    Je voulais surtout aborder une cause ‘mécanique’ – ce qui est mon cas…. J’ai un rein ‘bizarre’ qui ne ne positionne pas correctement, du coup ma vessie non plus et elle fait un ‘coude’ ce qui a pour conséquence de laisser stagner les urines…
    J’ai un ostéo qui est un magicien (il m’a sauvé plein de fois la vie mais ce serait trop long à raconter)….
    Donc régulièrement (tous les 2 ans je dirais), il me repositionne tout ça correctement. J’ai de plus des exercices respiratoires à faire chez moi pour ‘remonter’ la vessie et le rein défaillant.
    Et comme je suis vilaine et faignante, quand l’ennemi est loin, je baisse ma garde et…. Bam ! Infection !
    Donc voilà, une autre piste à étudier : le coté mécanique de l’affaire.
    On va l’avoir cette saleté qui nous pourrie la vie !!!

     
    • GiGi dit :

      Coucou toi 😀

      « J’ai lu avec beaucoup d’intérêt tous vos posts ! »
      Ahahah merciiiii ! Tu ne peux pas savoir comme ça me fait plaisir de savoir que ce que j’ai pu écrire de ci, de là a rendu service à certaines personnes.

      « Et comme je suis vilaine et faignante, quand l’ennemi est loin, je baisse ma garde et…. Bam ! Infection ! »
      Bon alors déjà bravoooo parce que tu as tout compris ! Et oui, rien ne sert de courir il faut partir à point 😉 Dit autrement, tu as complètement raison quand tu dis que ce qui compte c’est la REGULARITE et, surtout, de ne pas « baisser la garde » dans un premier temps. Ben oui, les p’tites bactéries bien au chaud sous le biofilm elles n’attendent que ça…
      Du coup j’aurais à peu près deux millions de choses à te dire (hihihi toujours aussi bavarde ^^) mais je vais essayer de faire court :
      « Bizarrement chez moi, c’est par « année » : il y a des années avec et d’autre sans…. »
      Ah ben ça pour être bizarre c’est bizarre oui ! Et ut n’arrive pas à trouver le dénominateur commun de ces années « avec » et de ces années « sans » ? Un chéri, un travail, un sport, un logement, une marotte alimentaire…. ?
      En gros la question « clé » c’est : quelles sont les causes de tes cystites ?? Je t’explique, si tu arrives à mettre le doigt sur ce qui fait arriver les bactéries pathogènes dans ta vessie alors bingo ! tu sauras contre quoi te battre et quoi faire pour te débarrasser de cette saleté (plus d’une année 😉 )

      « J’ai commencé ma cure de D Mannose il n’y a pas si longtemps mais je ressens toujours des picotements (mais j’y crois !!) »
      Et tu fais bien d’y croire ! Parce que les picotements comme tu dis ils sont surtout dus à l’irritation de ta muqueuse vésicale après avoir été « piquées » des milliers et milliers de fois par les lectines (petits harpons que les bactéries utilisent pour se fixer sur la paroi vésicale) des bactéries pathogènes pendant toutes les infections précédents. Du coup, tu pourrais peut-être donner un coup de pouce au D-mannose en lui associant un anti-inflammatoire naturel comme la Morinda citrifolia (il y en a dans tous les produits Ausilium). Et si tu prends déjà Ausilium alors tu peux encore aider ta muqueuse vésicale à se régénérer en lui fournissant les « briques de construction » dont elle a besoin pour cicatriser et redevenir comme neuve 🙂
      Tu prends quoi comme D-mannose ?
      Et puis à côté de ça, il faut aussi protéger ta vessie des agressions en suivant quelques petites astuces :
      – Eviter les acidifiants comme le chocolat, la viande en excès, les charcuteries, les laitages « à gogo », les fruits rouges (la myrtille !), les agrumes, les produits trop industriels…
      – Fuir l’alcool et le tabac
      – Boire au moins 1,5 à 2 litres d’eau par jour en surveillant surtout de bien répartir tes boissons sur la journée
      – Bien choisir ton papier toilette (ça parait bête hein ? mais c’est super important !) pour éviter de t’irriter quand tu t’essuies
      – Et puis bien sûr, ne pas avoir de cystite (lol) Là aussi je dis surement une banalité mais plus longue sera la période sans crise et meilleure sera la qualité de ta muqueuse vésicale.

      « Je voulais surtout aborder une cause ‘mécanique’ – ce qui est mon cas…. J’ai un rein ‘bizarre’ qui ne ne positionne pas correctement, du coup ma vessie non plus et elle fait un ‘coude’ ce qui a pour conséquence de laisser stagner les urines… »
      Super ! Je veux dire, c’est trop bien tu connais déjà une des causes de tes cystites => la stagnation des urines dans ta vessie.
      Du coup la bonne nouvelle (oui toujours voir le verre à moitié plein 😉 ) c’est que tu sais que tu as ce problème anatomique disons. Par contre, la moins bonne nouvelle c’est que ce n’est pas qqch que tu peux « guérir » (j’imagine qu’on ne te propose pas de chirurgie pour ça). Ce qui signifie donc que tu vas devoir continuer à vivre avec ce « défaut de fabrication » ^^
      Et puis je pense que tu as déjà compris que :
      Mauvaise vidange vésicale
      => Stagnation des urines dans la vessie (on parle de « stase urinaire »)
      => Augmentation de l’acidité urinaire
      => Milieu favorable à la multiplication des bactéries pathogènes et à la formation d’un biofilm
      => Agression plus forte de la muqueuse vésicale à cause du pH acide
      => Plus grand risque de faire une cystite
      C’est un enchainement qui est très courant chez les femmes ménopausées et suite à certaines interventions chirurgicales.
      Alors forcément, dans un cas comme le tien, il vaut mieux mettre toutes les chances de son côté en faisant le deuil de la « guérison » complète vu que le problème est anatomique. Oui oui je sais c’est pas très gai, mais hauts les cœurs ! La bonne nouvelle c’est que tu peux faire de la prévention efficace et durable avec pas grand-chose 😀 Parce que si tu prends tous les jours du D-mannose (pour inhiber l’adhésion bactérienne), un alcalinisant (pour limiter l’acidification urinaire) et un immunostimulant (pour booster tes défenses) alors tu te mets à l’abri des cystites aigues. Pour être claire, 1 sachet de Ausilium par jour devrait suffire à te protéger.
      Après il faut aussi voir si il y a d’autres causes à tes cystites ; mais pour ce qui est de la stase urinaire c’est un problème qui est…disons… très mineur.
      Voilà voilà, c’était quand même court non ?! lol

      A plus ma belle
      Bises
      GiGi

       
  5. Floriane dit :

    Le D mannose m’a sauver la vie quand j’avais une cystite. c’est bien d’en avoir sur soi dans son sac au cas ou.

     
    • GiGi dit :

      Coucou Floriane !
      Si le D-mannose t’a sauvé alors tu fais partie de ma [Compagnie] toi ^^
      Du coup tu en es où maintenant, tu peux m’en dire un peu plus?
      Bises

       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *