Que faire en cas de Cystite Aiguë ?

Salut la Compagnie!

 

Un petit « topo » made by Mary (merci à elle) sur les mesures de Premiers Secours en cas de cystite aigue ^^

 

Voici des indications brèves et utiles sur :

1) Les mesures indispensables à prendre dans les 24 premières heures d’une cystite aigue quel que soit le contexte : semaine, week-end, vacances, jours fériés, à la maison ou en déplacement…

2) Les incontournables des 5 jours qui suivront

 

Pas de dérogation à ces bonnes pratiques indispensables pour sortir la tête de l’eau du cercle vicieux de la cystite récidivante.

Je vous prie de m’excuser par avance du ton péremptoire de ce topo mais il a vocation à vous fournir un protocole simplifié dans les situations douloureuses où l’on perd parfois ses moyens et où le bon sens passe souvent au deuxième plan après l’urgence de trouver un remède à la douleur.

Pour ceux qui veulent approfondir ou comprendre certains conseils, les articles justificatifs sont dans les liens joints.

 

Les 24 premières heures

-> NE FAITES PAS d’automédication avec des traitements soumis à prescription et NE PRENEZ PAS d’antibiotique à l’aveugle (même si vous en avez d’avance)

 

-> Réalisez une BU (bandelette urinaire) dès les premiers signes pour contrôler :

– la présence de nitrites = présence bactérienne

– la présence de leucocytes et hématies

– le pH urinaire

Notez vos résultats pour pouvoir les comparer avec les autotests qui suivront.

 

-> Buvez beaucoup d’eau ! C’est une banalité mais ce conseils reste très utile et important pour :

– diluer les urines, éviter leur concentration et leur acidification (brûlures mictionnelles)

– diluer les germes uropathogènes et réduire leur agressivité envers la muqueuse (douleurs et lourdeur vésicale)

Un point crucial à suivre dans cet apport hydrique est sa correcte répartition dans la journée. Il faut donc boire par petites gorgées tout au long de la journée pour rejoindre un apport total supérieur à 2 litres.

 

-> Urinez dès que le besoin s’en fait sentir en relâchant correctement le périnée pour une vidange vésicale complète à chaque miction.

En l’absence de stimuli à la miction, urinez toutes les 3h maximum.

 

-> En fonction des résultats de la BU, alcalinisez vos urines pour maintenir leur pH dans une fourchette comprise entre 6.5 et 7.5

Utilisez pour cela du bicarbonate : 1 à 2 cuillères à café dans un grand verre d’eau, toutes les 4 heures environ.

A défaut, pressez un citron et buvez-le dilué dans un litre d’eau.

 

 

-> Quel que soit le résultat de la BU concernant le pH modifiez immédiatement votre régime alimentaire au profit d’une alimentation plus alcalinisante :

– supprimez les alcools de tous types (y compris les alcools dits « légers »)

– limitez les produits fumés et séchés (charcuteries, poissons fumés…)

– évitez les tisanes acidifiantes et diurétiques comme cassis, queue de cerise, vigne rouge…

 

-> Eliminez totalement des aliments connus comme oxydants et stimulant la spasmodicité musculaire : café, thé, chocolat, épices, poivre….

 

-> Surtout PAS de canneberge et dérivés de Cranberry

 

-> Eliminez le tabac qui potentialise les douleurs liées à l’inflammation des tissus en raison des résidus oxydants qu’il libère dans l’organisme et passent dans la vessie.

 

-> Faites un prélèvement d’urines pour analyse complète (ECBU) qui permettra de contrôler :

– la présence bactérienne

– le type de germe en cause

– sa numération ( = quantité)

– son spectre de sensibilité (donné par l’antibiogramme)

– le taux de leucocytes et d’hématies

Ces données, mises ensemble, sont indispensables pour formuler, avec le médecin qui lira les résultats, la stratégie thérapeutique la plus ad hoc possible.

A ce propos il est vivement conseillé aux personne sujettes aux cystites récidivantes d’avoir chez soi des pots de prélèvement stériles et une ordonnance renouvelable pour pouvoir réaliser et porter le prélèvement directement au laboratoire sans perte de temps et sans passer par la « cas » visite médicale avant d’avoir les résultats.

 

-> Si la douleur est ingérable :

– l’antalgique le plus répandu (Spas***) est un leurre car il réduit les douleurs spasmodiques de manière très brève mieux vaut prendre du paracétamol en respectant les posologies conseillées

– utilisez une source de chaleur pour calmer les spasmes douloureux (bouillotte, douche chaude, sac de noyaux de cerises…)

– contactez un médecin (le vôtre, soso médecin, les urgences …) pour prendre un avis sur la thérapie à prendre

 

-> Dès les premiers signes de cystite aiguë, prenez immédiatement un sachet de D-MannOro pour une action rapide sur la numération des germes uropathogènes

 

-> Poursuivez ensuite la prise de D-Mannose avec Ausilium à raison de 1g toutes les 3 à 4 heures soit :

– 1 sachet de Ausilium 20 PLUS

– 1 mesurette rase de Ausilium Forte

– 1 sachet de D-MannOro

 

Les 4 à 6 jours suivants

-> Faites des exercices de relâchement du plancher pelvien (Koegel reverse) pour lutter contre la contracture musculaire et les éventuelles douleurs névralgies afférentes.

 

-> Il sera important que vous consultiez votre généraliste ou urologue pour lui soumettre vos résultats d’examen et prendre son avis sur la stratégie à adopter et les éventuels examens complémentaires ou consultations de spécialistes ultérieurs.

 

-> Dans les 3 jours qui suivent : prises de Ausilium à raison de 1 dose (sachet ou mesurette), 3 à 6 fois par jour, loin des repas

Diminuer ensuite les prises de Ausilium jusqu’à rejoindre une prise unique journalière prophylactique et la maintenir les 4 à 6 semaines suivantes.

 

-> Si votre médecin vous prescrit un antibiotique, associez sa prise à celle de Ausilium NAC pour potentialiser son effet, compléter son action antibactérienne et lutter contre la formation des biofilms ou les biofilms déjà constitués

 

-> Il est indispensable de refaire un prélèvement d’urines pour analyse complète (ECBU) au terme de la première semaine ou 5 jours après la fin du traitement antibiotique. De cette façon, vous pourrez contrôler :

– la présence bactérienne

– la numération résiduelle si l’infection est encore présente

– le taux de leucocytes et d’hématies

Ces éléments vous permettront d’adapter votre stratégie et vos dosages pour prolonger l’intervention contre la cystite.

Il sera aussi nécessaire de soumettre ce nouveau résultat à votre le médecin pour prendre son avis.

 

-> Si malgré un ECBU négatif, la cystite aiguë vous a laissé une gêne ou sensation d’inconfort, vous pouvez suspecter deux choses pour lesquelles je vous laisse ici des pistes qu’il conviendra d’approfondir :

– la présence d’un biofilm pathogène

-l’existence d’une urétrite

 

-> Si la thérapie que vous avez employée pour éradiquer l’infection urinaire a entraîné une dysbiose, vaginose ou mycose vaginale, il faudra agir immédiatement pour rétablir l‘équilibre vaginal et éviter la surinfection / réinfection.

 

-> Je conseille de plus en plus souvent de tenir un journal dans lequel vous pourrez recueillir les informations utiles suivantes (par exemple sous forme de tableau) :

  • date de la crise
  • résultats de la BU
  • produits pris (bicarbonate, Ausilium, paracétamol…)
  • pH urinaire le lendemain
  • résultats de l’ECBU
 

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Kleiser dit :

    Je rejoins Verona, dans son commentaire, pour ma part 1cc de bicarbonate de soude dans un verre d’eau soulage bien, le NAC indispensable avec le D-Mannose et si nécessaire des HE d’origan en gélule, antibiotique naturel ça peu aider aussi. Courage ça à bien fonctionné pour moi, ça devrait marcher pour toi aussi.

     
  2. Combeau dit :

    Bonjour. Merci de nous faire partager toutes ces connaissances et des informations pratiques pour pouvoir gérer au mieux les cystites récidivantes. Je viens de mettre en place plusieurs choses: les tests bu le cahier pour noter toutes le Iu … la douleur est tellement forte et difficile à supporter que tout est bon à prendre. Encore merci.

     
  3. Pauline dit :

    Bonjour et tout d’abord merci pour tous ces conseils.
    Je suis une « cystiteuse récidivante  » mais qui n’avait jamais eu de complications. Mon médecin me prescrivait du monuril par avance pour « être tranquille » en cas de crise aigüe un dimanche. Mais lors de ma derniere infection, le monuril n’a pas fonctionné, mon medecin m’a prescrit un antibio à l’aveugle car ecbu aurait été faussé par le monuril que j’avais pris la veille. Bref on est loin des bonnes mesures à prendre… Les choses ne se sont pas arrangées. En effet l’antibio à l’aveugle m’a soulagée les premieres 24h puis les symptomes sont revenus plus fort s. J’ai vu un medecin en urgence qui a changé mon antibio en cours pour un antibio plus fort. Je n’ai pas vraiment été soulagée. Je vais mieux mais ma vessie continue de brûler, d’être lourde depuis maintenant 2 semaines. Il y a des journée où ça semble aller un peu mieux mais les symptomes reviennent toujours le lendemain. Je ne sais pas quoi faire. je suis un peu desespérée et fatiguée. J’ai été voir un urologue qui m’a dit que ma vessie mettait peut être du temps à cicatriser et que si les symptomes ne passaient pas elle m’orienterait vers un centre de la douleur… j’ai envie de pleurer ! Que me conseillez vous ?

     
    • Verona dit :

      Bonjour Pauline, il est normal de ressentir des douleurs de vessie après une crise de cystite, la muqueuse vésicale a été endommagée par les bactéries et il faudra un peu de temps pour que les douleurs s’estompent. Je te conseillerais de refaire un ECBU de contrôle afin d’être sûre qu’il n’y ait plus d’infections (attendre environ 1 semaine après la fin du traitement antibiotique). Je conseillerais aussi de faire une cure de NAC pour éradiquer le biofilm (1 flacon le matin et 1 le soir, à distance des repas et uriner 1 h après la prise) et ce pendant 15 jours, et de prendre du D mannose (Ausilium contient un alcalinisant et un anti-inflammatoire naturel) au minimum 1 G par jour (en milieu de journée), voire plus si tu ressens toujours des douleurs. Le bicarbonate de soude aide bien aussi, personnellement j’ai eu de bons résultats avec le Sette+. Privilégier une alimentation anti-acide (tout ce qui est acide augmente les douleurs de vessie). Une bouillotte sur le bas-ventre peut calmer les douleurs. Je commencerais ainsi, quitte à enchaîner avec le Cistiquer indiqué pour les douleurs vésicales.

       
      • Madile dit :

        Bonjour Pauline,
        Moi je te conseil d’aller faire un ECBU et si celui-ci est négatif d’en refaire un la semaine suivante…si tu as les symptômes que tu décris , il y a sans doute une bactérie ? J’avais un peu le même genre de symptômes et pourtant j’avais eu un ECBU négatif, refait la semaine suivante … trouvé une bactérie ! J’avais réussi à patienter d’une semaine à l’autre sans antibiotique avec les produits Deakos cela m’a bien aidé.
        Bon courage, tu vas finir pas trouver comment te soigner.

         
    • madile54 dit :

      Mon conseil serait de faire ECBU, si négatif mais avec des symptômes de cystite persistant, refaire ECBU quelques jours voir la semaine suivante… Il m’est arrivé que ECBU soit négatif malgré présence de bactérie trouvée la semaine suivante !
      Les produits Deakos m’ont bien aidé à tenir le coup depuis 4 mois que je galère avec des infections urinaires récidivantes.
      Bon courage.

       
  4. Véronique Kleiser dit :

    Super site. Très clair. Complet. Beau travail

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *