Dysbiose vaginale, mycose vulvo-vaginale, vaginose, vaginite

Salut la Compagnie!

 

J’ai été contactée par plusieurs filles qui sont dans la spirale de la cystite [et compagnie] exactement comme je l’étais : d’un côté dysbiose vaginale, à savoir un déséquilibre dans la flore physiologique et, du coup, des mycoses principalement (mais aussi d’autres joyeusetés comme la vaginose bactérienne à Gardnerella par exemple), d’autre part les cystites à gogo.

Alors logiquement la question est : quel lien entre les deux ? Pourquoi, après l’un apparaît généralement l’autre?

Pour répondre à cette question (que beaucoup de médecins ne se posent même pas soit dit en passant!) allons-y étape par étape:

 

La situation physiologique urogynécologique:

 

Absence de bactérie dans la vessie

On dit qu’une culture d’urine idéale est stérile.

Bon là je sais bien que des personnes bien informées et à jour vont me tacler en disant “la science avance ma belle, la stérilité des urines est remise en question depuis quelques temps” hihihi C’est vrai, mais les bactéries pathogènes, elles, n’ont vraiment rien à faire là 😉

 

Flore vaginale équilibrée

Comme tout écosystème, notre vagin est un terrain fertile, propice à la coexistence et l’interaction entre les différents micro-organismes: bactéries et levures. Ce milieu si spécial possède tout un tas de mécanismes de régulation qui favorisent cette cohabitation, en particulier un pH acide et une large domination du territoire de la part des lactobacilles par rapport à d’autres colonies (Candida, Gardnerella, Ureaplasma, etc.).

En gros, il faut imaginer le vagin comme un territoire hyper confortable où vivent plusieurs populations : les dominants et “gardiens” du secteur (Lactobacilles) et les dominés, présents en petites quantités, toutes les autres espèces de bactéries et levures. Evidemment, chaque espèce minoritaire rêve de conquérir un bout de territoire en plus et à la moindre occasion (dès que les lactobacilles baissent la garde par exemple) ils en profitent et prolifèrent (ce qui les rend moins sympathiques du coup).

 

 

Dysbiose vaginale, mycose vulvo-vaginale, vaginose et vaginite: faisons un peu de lumière

Ahhh quelle douce musique à mes oreilles. Si j’avais gagné 1 euro à chaque fois que ma pharmacienne (une femme pourtant) a confondu ces termes les uns avec les autres… LOL

Du coup, voici quelques petites explications pour distinguer chacune de ces situations:

 

Dysbiose vaginale

C’est un terme bien compliqué pour parler, de façon assez flou disons-le, d’une rupture dans l’équilibre dans la flore physiologique vaginale.

En général, ce déséquilibre arrive à cause d’un accident de parcours comme par exemple: des défenses immunitaires plus faibles que d’habitudes, une intervention chirurgicale, ou bien, j’te l’donne en mille, une cure antibiotique, etc. Tout ceci met un peu de plomb dans l’aile aux lactobacilles ce qui donne la possibilité aux “dominés” de passer à l’attaque !

La dysbiose c’est donc une simple “anomalie” dans la répartition des populations, par excès ou par défaut.

En gros : « dysbiose » c’est aussi un terme fourretout pour dire qu’il y a qqch qui cloche, mais c’est très peu spécifique et, du coup, pas suffisant pour comprendre ce qu’il faut faire.

 

Vaginose bactérienne

Ah, et ben voilà une dysbiose bien claire ! La vaginose bactérienne c’est une dysbiose dans laquelle les lactobacilles ont laissé la place à une bactérie.

Cette bactérie peut provenir de l’écosystème en lui-même (ex : la tristement célèbre Gardnerella ou le Streptocoque B que toutes les futures mamans connaissent à cause du dépistage obligatoire). C‘est donc une bactérie commensale qui s’est tellement développée qu’elle est devenue pathogène.

Mais cela peut aussi être une « vraie méchante », bactérie provenant directement de l’extérieur (E. coli la plupart du temps) qui réussit à tirer parti de notre « faiblesse » pour coloniser le vagin.

 

Mycose vulvo-vaginale

Celle-là aussi c’est une dysbiose, mais fongique. Même scénario que la vaginose mais les bactéries sont remplacées par une levure ou un champignon. La « star » ici c’est le Candida albicans. Mais je vous conseille quand même de ne pas donner pour acquis que ce soit forcément lui (on a des mauvaises surprises parfois).

 

Vaginite

Il s’agit littéralement de l’inflammation de la muqueuse et c’est le responsable n°1 des symptômes de la dysbiose. Oui oui c’est ça la sensation de picotements, la brûlure discrète ou la démangeaison insoutenable (ça sent le vécu 😉 ).

 

Mais du coup, mais du coup… c’est quoi le rapport avec la cystite ?! Ben oui, on était parti de là hihihi En fait, maintenant que nous connaissons ces mécanismes, la réponse est plutôt claire : c’est un cercle vicieux !!!

Parce que la cystite est très souvent accompagnée de l’antibiotique.

Et qui dit antibiotique, dit taper bien fort sur la tête des lactobacilles.

Et qui dit réduire la quantité de lactobacilles dans le vagin, dit laisser la place aux autres espèces pour qu’elles s’installent bien confortablement.

Enfin vous voyez lez topo…

 

Pourquoi ce cercle vicieux ?

Je pense que l’une des réponses les plus évidentes c’est qu’on se retrouve, ben heu … 10 fois sur 10 face à un spécialiste qui nous voit par morceaux : la vessie d’un côté (ça c’est l’urologue) ; le vagin de l’autre (le gynécologue). Du coup chacun pense à « son » organe et fait sa petite soupe sans trop se préoccuper des conséquences sur « les organes des autres ».

L’urologue va vous filer des antibiotiques et le gynécologue des antifongiques ou des petites crèmes mais personne ne pense à vous regarder « en entier » pour essayer de vous proposer une approche cohérente.

 

Comment sortir de là ?

La première réponse à cette question c’est : avec une approche complète.

Pour se sortir de l’enfer (et là c’est vraiment l’expérience qui parle) il faut absolument s’occuper de toute la sphère uro-génitale, et en même temps :

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *