Avis sur la Propolis

Définition

La propolis désigne à la fois une matière résineuse produite par certains végétaux et un matériau complexe fabriqué par les abeilles à partir de cette résine végétale et de cire. Les abeilles utilisent
leur production comme mortier et anti-infectieux pour assainir la ruche.

Source: wikipédia

Propriétés et indications thérapeutiques d’usage de la propolis

La propolis s’utilise rarement brute. Et les produits dérivés à base de cette substance sont nombreux (sprays, gouttes, teintures mère, homéopathie…) et leurs destinations d’usages (interne
/ externe) et indications d’emploi sont divers.
Jusqu’en 2010, les propriétés de la propolis admises par le Ministère de la Santé étaient issus des effets donnés à cette substance grâce à sa forte teneur en flavonoïdes.

 

La liste exhaustive des allégations autorisées était donc la suivante :

-> En usage externe :
– Action antifongique

-> En usage interne :
– Santé des voies respiratoires hautes
– Bien être de la gorge
– Maintien de la santé orale
– Santé de l’intestin – Bien être intestinal
– Aide au maintien de la normale fonctionnalité circulatoire
– Soutien des défenses immunitaires
– Action hépato-protectrice

Par conséquent, les indications de l’emploi de la propolis correspondantes sont les suivantes :
– En cas de troubles respiratoires ou irritation des voies respiratoires hautes
– En cas d’inflammation de la gorge (pharyngite / laryngite)
– En cas de troubles intestinaux
– En cas de troubles de la microcirculation sanguine
– En cas de troubles hépatiques ou altérations (aigue ou chronique) de la fonctionnalité du foie et de la vésicule biliaire
– En cas de mycoses cutanées
Remarque à ce propos : Il est souvent conseillé, à tort, d’appliquer la propolis sur la muqueuse vaginale en cas de mycose vulvo-vaginale (sous forme d’ovule ou de crème). Cette pratique serait,
en réalité, à déconseiller en raison de la possible action irritante ou allergisante des molécules contenues dans ce produit.
– En cas de déficit immunitaire
Remarque à ce propos : La prise de propolis doit être soigneusement évaluée et contre-indiquée en cas de maladie de nature auto-immune.

Réserves concernant les notions précédentes

En 2010, l’EFSA (European Food Safety Authority) a procédé à une évaluation attentive des allégations précédentes.
Les résultats de cette étude ont été exposés dans un avis publié officiellement et qui conclue que les preuves scientifiques permettant d’établir un lien direct entre prise ou application de propolis
et résultats bénéfiques sont insuffisantes.
Pour cette raison, l’EFSA affirme donc que les allégations précédentes ne peuvent être employées pour la propolis.

 

Contre-indications et effets indésirables

Il est également utile de préciser que la propolis est une substance qui présente certains effets indésirables parmi lesquels on peut citer d’importantes réactions allergiques et des dermatites de
contact (causées par les phénols estérifiés contenus dans la propolis).

Propolis et Cystite

Qu’ils soient officiellement supportés par des études scientifiques ou non, les effets bénéfiques de la propolis ne semblent donc pas pouvoir s’appliquer au domaine uro-gynécologique.
Sa prise n’a démontré aucune action anti-inflammatoire, antibactérienne ou antalgique sur les voies urinaires. Et son application locale sur les muqueuses vulvaire et vaginale est plutôt contre-indiquée.
En conclusion : la propolis ne constitue pas une alternative valide pour lutter contre la cystite.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *