Forum

Vaginose avec Ureaplasma et Streptocoque B  

  RSS

Lisa
 Lisa
(@lisa)
Active Member
Inscription:Il y a 1 mois 
Posts: 8
10/12/2018 11:28  

Bonjour Ă  toutes !

Je suis nouvelle 🙂

J’aimerais avoir des avis sur le streptocoque B et ureaplasma urealyticum. Je suis porteuse des deux, et cela me donne des symptômes similaires a des cystites et des mycoses. Les symptômes sont léger mais au quotidien, et parfois, rarement malgré tout, j’ai des crises.

 

Mon médecin pense qu’il ne faut pas me traiter au risque d’aggraver ma flore. En plus de ça, je suis allergique à la pénicilline, l’antibiotique qui traite les deux souches. Il n’y a donc pas grand chose à faire niveau traitement.

 

Est ce que peut être l’une d’entre vous a déjà eu ça ? À trouvé un traitement ? Ça fait maintenant très longtemps que j’ai tout ça, j’aimerais vraiment en venir à bout..

 

Merci 🙂


RĂ©pondreQuote
Mary
 Mary
(@mary)
Membre Admin
Inscription:Il y a 1 annĂ©e 
Posts: 80
10/12/2018 11:30  

Je vous invite en premier lieu à prendre connaissance de cet article. Vous y trouverez une brève série de définitions concrètes des troubles vaginaux et, chose importante pour parler de votre situation, des terminologies adaptées : 

-> Mycose pour les infections fongiques

-> Vaginoses pour les infections bactériennes

-> Dysbiose pour les déséquilibres de tous ordres

-> Vaginites pour les inflammations sans altération de la flore de Döderlein  

Le Streptocoque B (SGB) comme l’Ureaplasma urealyticum (U.u) sont deux souches commensales de la flore vaginale. Elles sont donc présentent sur la muqueuse vaginale de manière physiologique lorsqu’elles existent dans les bonnes proportions et cohexistent de façon symbiotique (en harmonie) avec les autres souches bactériennes et fongiques du vagin (les Lactobacilles étant les dominants de ce fragiles écosystème). 

Parler d’infection à SGB ou U.u sous-entend donc avoir identifié (au travers un examen de laboratoire) une présence anormalement excessive de ces souches dans votre flore vaginale. Ma première question concerne donc le parcours diagnostic que vous avez suivi et qui a conduit à cette identification ? (vous serait-il possible de publier les résultats de laboratoire ?)

La gêne constante que vous décrivez comme les épisodes aigus peuvent être multifactoriels et dépendre d’une « simple » inflammation (vaginite) comme d’une mycose ou bien de ces vaginoses. Ma deuxième question concerne donc le lien de causalité établit entre la présence excessive de SGB et U.u et les symptômes ressentis : qui vous a confirmer ce lien ?

Enfin, avez-vous des antécédants de cystite bactérienne ? Si oui, quel germe était en cause ?

Pardonnez-moi pour ces questions mais elles sont indispensables pour formuler une analyse cohérente de votre situation et, le cas échéant, vous propose une approche naturelle résolutive.

Courage  ❤️ 

 


RĂ©pondreQuote
Lisa
 Lisa
(@lisa)
Active Member
Inscription:Il y a 1 mois 
Posts: 8
10/12/2018 11:32  

Bonjour Mary, merci pour ce long message !

Pour répondre à vos questions, j'ai effectué des analyses plus poussé avec l'avis de mon médecin, et grâce au prélèvement effectué en laboratoire, nous avons trouvé le streptocoque B et Ureaplasma Urealyticum. (Vous trouverez les analyses en pièce jointe ci-dessous).

Mon médecin, après réception des résultats des analyses m'a dit que ce sont des souches qui ne sont pas dangereuses pour ma santé, et qu'il n'y a rien a faire de particulier à part prendre des probiotiques, sinon cela aggraverai la situation. J'ai été assez perdue, quand, au laboratoire il m'on dit que le U.u est considéré comme IST, donc qu'il faut le traiter. J'ai donc effectué des recherches par moi-même, et j'ai pu me rendre compte que certains de mes symptômes au quotidien étaient forcément du au SGB et U.u puisque je n'avais aucune infection. En effet, je pense vraiment que ces deux souches favorisent le terrain aux autres infections, or je prend toutes les précautions possibles afin de ne pas avoir de nouvelles infections...

Je n'ai pas souvent eu d'infections urinaire, peut-ĂŞtre 4 depuis 3/4 ans.

J'ai cependant eu pendant des années des mycoses récidivantes et j'ai été sous Fluconazole pendant plus de 6 mois en janvier. J'ai voulu arrêter ce médicament petit à petit, et c'est seulement depuis 4 mois environ que j'ai vraiment une gène constante (gène à la vessie, symptômes similaires à une mycose).

Beaucoup d'infos donc...


RĂ©pondreQuote
Lisa
 Lisa
(@lisa)
Active Member
Inscription:Il y a 1 mois 
Posts: 8
10/12/2018 11:32  

RESULTATS DU PRELEVEMENT VAGINAL DU 30/04/2018

 

BACTERIOLOGIE

EXAMEN CYTOLOGIQUE

 - Rares hématies

 - Absence de leucocytes

 - Nombreuses cellules vaginales

 - Absence de levures

 

 RECHERCHE DE TRICHOMONAS

 - Absence de TRICHOMONAS vaginalis.

 

 EXAMEN DIRECT (après coloration de Gram)

 - Flore microbienne abondante nettement dominée par des bacilles

 Gram positif

 - Absence de diplocoques Gram négatif in tra ou extra cellulaires

 - Absence de "clue-cells"

 - Flore de type I: Large prédominance d e lactobacilles

 - Score de Nugent-Krohn-Hillier = 0 (flo re normale)

 

CULTURES

 Milieux de culture :

 Gélose BIPLATE ORI-ANC/COLUMBIA AU SANG/GARDNERELLA/ISOVITALEX

 Gélose MARTIN LEWIS/SABOURAUD (Becton Dickinson)

- Il n'a pas été mis en évidence de bactéries pathogènes

 - Recherche de NEISSERIA gonorrhoeae : négative

 - Recherche de GARDNERELLA vaginalis : négative

 - Recherche de Streptocoques bêta-hémolytiques : négative

 - Recherche de Staphylococcus aureus : négative

 - Recherche de Mobiluncus : négative

 - Recherche d'Escherichia coli : négative

 

 MYCOLOGIE

 - Cultures négatives.

 

 CULTURE DES MYCOPLASMES URO-GENITAUX

 - Positive.

 - Souche(s) isolée(s) : UREAPLASMA ureal yticum (> 100 000 UFC/ml)

 

RECHERCHE DE CHLAMYDIAE PAR PCR

- Recherche NĂ©gative

 

RECHERCHE DE GONOCOQUES PAR PCR

- Recherche NĂ©gative


RĂ©pondreQuote
Lisa
 Lisa
(@lisa)
Active Member
Inscription:Il y a 1 mois 
Posts: 8
10/12/2018 11:33  

RESULTATS DU PRELEVEMENT VAGINAL DU 13/08/2018

 

BACTERIOLOGIE

 EXAMEN CYTOLOGIQUE

 - Rares leucocytes

 - Nombreuses cellules vaginales

 

 RECHERCHE DE TRICHOMONAS

 - Absence de TRICHOMONAS vaginalis.

 

 EXAMEN DIRECT (après coloration de Gram)

 - Flore microbienne abondante

 - Absence de diplocoques Gram négatif intra ou extra cellulaires

 - Absence de "clue-cells"

 - Flore de type II: Lactobacilles prédominants avec présence d'une flore associée minoritaire

 - Score de Nugent-Krohn-Hillier = 0 (flore normale)

 

 CULTURES

 Gélose BIPLATE ORI-ANC/COLUMBIA AU SANG/ GARDNERELLA/ISOVITALEX

 Gélose MARTIN LEWIS/SABOURAUD (Becton Dickinson)

 - Cultures positives :

 - Souche(s) isolée(s) : STREPTOCOCCUS agalactiae (B) (nombreuses colonies)

 Identification : (Spectrométrie de masse/MALDI  Biotyper/BRUKER)

 - Pas d'antibiogramme

 - Pas de notion de grossesse

 - Recherche de NEISSERIA gonorrhoeae : négative

 - Recherche de GARDNERELLA vaginalis : négative

 - Recherche de Streptocoques beta-hémolytique : positive

 - Recherche de Staphylococcus aureus : négative

 - Recherche d'Escherichia coli : négative

 

 MYCOLOGIE

 - Cultures négatives.

 

RECHERCHE DE CHLAMYDIAE PAR PCR

- Recherche NĂ©gative

 

RECHERCHE DE GONOCOQUES PAR PCR

- Recherche NĂ©gative


RĂ©pondreQuote
Mary
 Mary
(@mary)
Membre Admin
Inscription:Il y a 1 annĂ©e 
Posts: 80
10/12/2018 11:34  

Avec toutes mes excuses pour ce délai extrêmement long de réponse et analyse de votre situation, voici pour vous Lisa un avis sur votre parcours :

 

Il convient tout d’abord de préciser un point important : le Score de Nugent (numéro compris entre 0 et 10) est une valeur attribuée à la flore de Döderlein qui reflète son statut, intégrité et équilibre. Toutefois, cette méthode d’évaluation est contestée par certains microbiologistes car il s’agit tout simplement d’une formule mathématique mettant ensemble différents facteurs et établissant une moyenne. Sa fiabilité et son exactitude, bien que réelle dans la grande majorité des cas, donne cependant lieu, dans de rares cas, à des résultats erronés (ne reflétant pas la réalité physiologique ou pathologique du terrain).

 

En préambule, je vous renvoie également à lecture de cet article :  http://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/08/13/748/  

 

Nous nous trouvons, dans votre cas, face à une situation de déséquilibre vaginal chronique qui remonte à bien plus loin que les prélèvements vaginaux (30/04 et 13/08) puisque vous parlez de « mycoses » (candidoses) récidivantes précédentes et, surtout, d’un traitement fongicide très prolongé (6 mois jusqu’en janvier dernier).

Ces antécédents pèsent lourds dans la balance de votre situation actuelle et méritent d’être pris en considération (c’est d’ailleurs sur la base de ces éléments que votre médecin vous a suggérer, à juste titre, de ne pas intervenir sur les Dysbioses apparaissant aux analyses d’avril et août).

En effet, la flore vaginale est une population hétérogène symbiotique (qui vit en harmonie) composée de différentes souches bactériennes et fongiques (des levures) qui coexistent et tapissent l’ensemble de la surface de la muqueuse vaginale pour en assurer la protection. Les proportions de chacune des colonies sont variables et sont fonction de subtiles « réglages » de l’organisme (pH en particulier) et d’interactions entre elles qui déterminent, au final, un équilibre parfait entre colonies dominées, minoritaires, et colonies dominantes (lactobacilles). Cet équilibre peut être rompu pour de nombreuses raisons et donner la possibilité à des colonies dominées opportunistes de proliférer excessivement et passer d’un statut « commensal » à un statut « pathogène ».

C’est le cas pour le C. albicans, levure physiologiquement présente dans la flore de Döderlein mais qui « profite » d’un affaiblissement des lactobacilles (souvent suite à une prise antibiotique) pour se diffuser et envahir l’espace vaginal.

De la même manière, les bactéries opportunistes (comme l’U.u ou le SGB) jouissent d’une opportunité de développement « extra » suite aux thérapies antifongiques.

Dans votre histoire, le point de départ est indéfini, toutefois le scénario a probablement été celui-ci :

-> Affaiblissement des défenses immunitaires et grande réduction de la quantité de Lactobacilles suite à une prise antibiotique (monodose pour une cystite par exemple ?)

-> DĂ©veloppement du C. albicans conduisant Ă  une mycose

-> Thérapie d’appoint pour cette mycose -> Echec et première récidive

-> Formation d’un biofilm pathogène rendant la mycose persistante malgré les thérapies d’appoint proposées (ovules sans doute)

-> Nombreuses récidives de candidoses

-> Thérapie antifongique prolongée pour éradiquer le C. albicans en excès (6 mois !)

-> Action délétère contre les levures mais très favorable aux bactéries « bonnes » comme « mauvaises » = déséquilibre totale de la flore de Döderlein

-> Opportunité pour les souches commensales minoritaires de « conquérir » plus de terrain = vaginoses

Il est ici indispensable de préciser que ces vaginoses (U.u et SGB) sont non pas concomitantes mais bien successives. L’une a donc totalement chassée et remplacée l’autre. Vous n’avez donc pas une infection chronique en cours à ces deux germes, mais des proliférations excessives successives. Il serait d’ailleurs opportun de renouveler un prélèvement vaginal afin de réévaluer la situation actuelle et pouvoir constater objectivement si une vaginose est toujours présente.

 

Concernant l’aspect symptomatologique :

-              Les gênes / troubles chroniques quotidiens que vous vivez sont une conséquence de ces successives infections (fongique dans un premier temps, bactériennes par la suite) et de leurs thérapies = une VAGINITE chronique qui est « tout simplement » (aucune minimisation ici de l’aspect douloureux ou fastidieux) une inflammation de la muqueuse vaginale.

-              Les épisodes aigus intermittents sont, en revanche, des flambées infectieuses dont il convient systématiquement de connaitre la nature pour intervenir de la manière ad hoc.

En effet, un point fondamental dans votre situation est la nécessité de ne pas potentialiser une infection en la traitant :

-              Si l’épisode aigu est bactérien l’antifongique causera une aggravation

-              Si l’épisode aigu est fongique, l’antibiotique causera une aggravation

L’usage d’ovules « à l’aveugle » est donc ici particulièrement déconseillé.

 

En conclusion, une approche cohérente et raisonnable de votre problématique serait d’avantage une approche qui s’attache et insiste sur la restauration de l’équilibre physiologique vaginal et la lutte contre l’inflammation comme principale cause de symptômes plutôt qu’une intervenions « thérapeutique » visant à détruire telle ou telle souche. Dit autrement, il s’agit « juste » de redonner à chaque souche sa juste proportion à l’intérieur de l’équilibre vaginal et, en parallèle, de soulager les symptomes de la vaginite qui régressera d’elle-même au fil du rétablissement de l’équilibre de la flore et de l’arrêt des irritiations causées à la muqueuse.

Je vous recommande donc de suivre la posologie standard pour une intervention prolongée sur 3 mois avec :

-              Ausilium Lavanda

-              Lenicand Crema

-              Lenicand comprimés

Et d’éviter l’usage d’ovules (à moins que les conditions cliniques et/ou le résultat de prélèvement vaginal ne vous y obligent).

EditĂ© : Il y a 1 mois 

RĂ©pondreQuote
Lisa
 Lisa
(@lisa)
Active Member
Inscription:Il y a 1 mois 
Posts: 8
10/12/2018 11:41  

Je vous remercie d’ailleurs pour votre message ! Ça permet de vraiment comprendre et en effet je vais continuer vos traitement sur le long terme j’espère que ça marchera ! J’ai aussi décidé de voir une naturopathe mardi j’espère que elle pourra m’aider.

 

Je vous envoie aussi le résultat du prélèvement vaginal de la semaine dernière :

BACTERIOLOGIE

EXAMEN CYTOLOGIQUE

- Quelques hématies

 - Nombreux leucocytes

 - Nombreuses cellules vaginales

- Présence d’assez nombreuses levures

 

RECHERCHE DE TRICHOMONAS

 - Absence de TRICHOMONAS vaginalis.

 

EXAMEN DIRECT (après coloration de Gram)

 - Flore microbienne abondante

 - Absence de diplocoques Gram négatif intra ou extra cellulaires

 - Absence de "clue-cells"

 - Flore de type II: Lactobacilles prédominants avec présence d'une flore associée minoritaire

 - Score de Nugent-Krohn-Hillier = 1 (flore normale)

 

 CULTURES

- Il n’a pas été mis en évidence de bactéries pathogènes

- Recherche de NEISSERIA gonorrhoeae : négative

- Recherche de GARDNERELLA vaginalis : négative

- Recherche de Streptocoques beta-hémolytique : positive

- Recherche de Staphylococcus aureus : négative

- Recherche d'Escherichia coli : négative

 

 MYCOLOGIE

 - Cultures positives

- Souche (s) isolée (s) : CANDIDA albicans (assez nombreuses colonies)

 

En tout cas, je tenais à vous dire que ça fait chaud au cœur d’avoir des personnes qui prennent le temps de traiter chaque personne au cas par cas, c’est tellement rare. Ça fait plaisir de se sentir comprise à juste valeur, et surtout de ne pas minimiser la douleur comme beaucoup de médecins le font. C’est un réel soulagement d’avoir des personnes comme vous, qui répondent si vite, et qui aiment aider les gens !

Je suis vraiment contente d’avoir trouvé ce forum, totalement par hasard en plus... je me sens enfin moins seule face à ce que j’ai depuis si longtemps.

Grâce à votre analyse j’arrive à mieux comprendre et les choses deviennent plus logiques. Comme vous pouvez d’ailleurs le voir dans mon prélèvement, ça prend vraiment son sens et c’est comme ce que vous disiez dans votre analyse dans votre commentaire sous mon post.

En tout cas merci mais vraiment merci ça fait vraiment du bien d’avoir des réponses et du soutien, enfin !

EditĂ© : Il y a 1 mois 

RĂ©pondreQuote
Mary
 Mary
(@mary)
Membre Admin
Inscription:Il y a 1 annĂ©e 
Posts: 80
10/12/2018 11:42  

Bonjour Lisa

Que dire, merci infiniment pour vos mots ❤ Si cette aide, modeste, vous permet de mieux comprendre ce qui vous arrive alors je suis ravie 🙂

Comment allez-vous aujourd'hui?


RĂ©pondreQuote
Lisa
 Lisa
(@lisa)
Active Member
Inscription:Il y a 1 mois 
Posts: 8
10/12/2018 11:43  

C'est avec plaisir, cette aide modeste comme vous dites, c'est surement celle que peu de personne prenne le temps d'accorder !

Je vais plutôt bien, d'après l'analyse j'ai donc le candida albicans, et j'ai commence à le traiter avec le traitement standard et cela va déja beaucoup mieux. En parallèle je prend les produits que vous m'avez conseillé (Ausilium Lavanda, Lenicand comprimé) et dès que j'ai fini mon traitement j'utiliserai Lenicand crema.


RĂ©pondreQuote
Mary
 Mary
(@mary)
Membre Admin
Inscription:Il y a 1 annĂ©e 
Posts: 80
10/12/2018 11:45  
Formidable, ravie pour vous  😀 
 
La vaginose bactĂ©rienne Ă©tait donc bien "lĂ©gère" et sans obligation de traitement (comme le siggĂ©rait votre mĂ©decin) 😉 c'est un soulagement (pour vous et votre partenaire).
 
Votre approche est la bonne! 
 
Courage ❤️ 

RĂ©pondreQuote
Lisa
 Lisa
(@lisa)
Active Member
Inscription:Il y a 1 mois 
Posts: 8
10/12/2018 11:48  

Je ne sais pas si vous avez lu mes résultats, il n'y a donc aucun problème de flore c'est bien ça? Uniquement une présence élevée du candida albicans.

La crème Lenicand est elle conçu pour ""éliminer" le candida albicans, ou uniquement pour soulager les démangeaisons/irritations avec un large sprecte d'actions ?


RĂ©pondreQuote
Mary
 Mary
(@mary)
Membre Admin
Inscription:Il y a 1 annĂ©e 
Posts: 80
10/12/2018 11:48  

Concernant votre score de Nugent

Le score est « bon » (1) mais attention, ce score est indicatif et résulte d'un algorythme mathématique. Pour cette raison, face à votre candidose, on ne peut pas dire que votre flore "va bien". La candidose est une dysbiose à tous les effets, vous êtes donc dans les rares cas où le score ne reflète pas la réalité du terrain (score bon mais dysbiose avérée).

Je vous encourage donc à ne pas vous "accrocher" à ce résultat (pardon je suis sans doute dure) et à vous attacher à la réalité symptomatologique et aux résultats des cultures qui, eux, démontrent bel et bien une altération de la flore.

 

Concernant Lenicand Crema

Lenicand crema est effectivement conçue pour combattre frontalement le C. albicans.

Par contre, de nombreuses utilisatrices nous ont signalé un échauffement (pouvant aller jusqu'à la brulure) à l'application. Pour cette raison je vous recommande de l'utiliser dès maintenant mais en appliquant une quantité très petite : l'équivalent d'un grain de riz.


RĂ©pondreQuote
Lisa
 Lisa
(@lisa)
Active Member
Inscription:Il y a 1 mois 
Posts: 8
10/12/2018 11:49  

En effet comme vous dites, je ne m'attarde jamais trop sur ce score, mais plutĂ´t sur comment je ressens les choses moi. De toute manière je prend des probiotiques toute les jours ! 👍

Oui j'avais vu cette remarque venant de plusieurs utilisatrices. Je ne l'ai pas encore essayĂ© je verrais bien, je prendrais soins de ne pas en mettre trop 🙂

Je vais donc faire ce traitement dès que possible, et je vous tiendrais au courant de l'évolution !

Merci pour vos précieux conseils


RĂ©pondreQuote
Share:
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription