Skip to content

Sperme et cystite.

Les « légendes » et « lieux communs » au sujet de l’impact du contact avec le sperme sur la santé de la sphère uro-génitale féminine sont légion ! Votre post est l’occasion de faire un peu de clarté 🙂

Il est important, en préambule, de préciser que:

– le sperme a un pH physiologique compris entre 7,2 et 8 (neutre / alcalin) alors que le milieu vaginal se situe entre 3.8 et 4.5 (acide)

– le sperme n’est pas un fluide stérile (il contient une certaine charge bactérienne)

Pour ces raisons, au moment de l’éjaculation, l’arrivée de sperme dans la cavité vaginal va causer quelques « chamboulements » qui nécessite, de la part de l’entier éco-système vulvo-vaginal une certaine réactivité pour:

– restaurer rapidement un pH physiologique (les Lactobacilles vont devoir travailler dur pour produire de l’acide lactique en quantité suffisante pour combattre l’alcalinité du sperme)

– prendre en charge et inhiber tout potentiel pathogène des bactéries véhiculées par le sperme afin d’empêcher une vaginose bactérienne successive au rapport

A ceci on ajoutera que l’éjaculation arrive (la plupart du temps) au terme d’un rapport pénétratif qui implique des frottements répétés et prolongés de la muqueuse, source parfois d’irritations et/ou formation de microlésions et d’aggressions mécaniques des Lactobacilles.

Sperme et cystite.

Lorsque l’ensemble de ces « aggressions » interviennent dans un contexte fragile (thérapie antibiotique récente, dysbiose latente, ménopause, syndrome génito-urinaire, contraception inadaptée, troubles du transit, maladie saisonnière...) le scénario peut être l’éjaculation devient de facteur précipitant de l’épisode aigu de cystite un peu comme on pousserait le premier domino d’une file:

– éjaculation

– modification du pH vaginal

– raréfaction des Lactobacilles

– diminution de l’immunité locale

– passage de bactéries uropathogènes vers le méat urinaire

– coloniation vésicale, prolifération bactérienne

cystite

Pour contrecarrer cet enchainement, il est possible d’agir à plusieurs niveau:

1) Soutenir l’équilibre et la « bonne santé » de l’éco-système vulvo-vaginal de manière constante

2) Utiliser un lubrifiant à base de D-Mannose (Ausilium Gel ou Ausilium Crema) au moment du rapport

3) Effectuer une application de Ausilium Lavanda et / ou Ausilium Crema après le rapport

4) Suivre une prophylaxie à base de D-Mannose (D-MannOro) juste après le rapport

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *