Forum

Cystite, biofilm et stérilet ?  

  RSS

Questions Retweetees
(@questions-retweetees)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 21
20/06/2018 12:03  

Bonjour, je commande régulièrement sur le site DEAKOS et vos produits m'ont beaucoup aidé. J'ai de ce fait depuis 1 an et demi plus 1 seule cystite. J'ai posé un stérilet en cuivre en novembre qui me convient très bien mais cependant j'ai entendu dire qu'il pouvait être idéal pour la création d'un biofilm autour. Cela est-il vrai ? J’ai commandé Ausilium NAC et Ausilium 20PLUS au cas où j'aurais à faire une cure pour faire disparaitre se possible biofilm mais j'aurais voulu savoir au préalable si cela est bien réel et fréquent ? Dans l'attente de votre réponse, cordialement.


Quote
Mary
 Mary
(@mary)
Membre Admin
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 112
20/06/2018 12:05  

Bonjour et merci pour votre question  ? 

Le biofilm bactérien correspond à une stratégie défensive mise en place par les bactéries pathogènes pour ne pas être atteintes ni par les défenses immunitaires naturelles de notre organisme, ni par les antibiotiques. 

Le biofilm peut apparaitre dès la première infection urinaire et se forme tant sur les superficies vivantes (urothélium ou muqueuse vaginale) que sur celles inertes (ex: dispositifs médicaux comme les DIU, prothèses...). Sa formation sur un stérilet est donc bien possible.

C'est une matrice polysaccharidique fabriquée par les bactéries elles-mêmes (d'une même espèce, de plusieurs espèces différentes ou même d’une association de bactéries et levures coopératives). Le biofilm mature expulse régulièrement dans la vessie des bactéries pathogènes, provoquant ainsi de nouvelles cystites. De cette façon, il semble que les cystites sont récidivantes quand, en réalité, il s'agit de la même infection.

Dans ces conditions, aucun traitement n'est capable d'atteindre les bactéries renfermées dans le biofilm. A titre d'exemple, un antibiotique ne permet que d'éliminer les bactéries libérées dans la vessie mais pas celles contenues dans le biofilm. C'est pourquoi, la cystite se représente à chaque arrêt de la thérapie.

 

Pour venir à bout de ce problème, il faut donc agir contre le biofilm et surtout, dans un cas comme le vôtre où le biofilm mature est désormais absent (absence confirmée par la durée écoulée sans épisode aigu), empêcher sa possible reformation lors d'un épisode aigu.

 

La seule substance capable de dissoudre un biofilm bactérien et d'empêcher l'agrégation cellulaire (première étape de sa formation) comme celui dont nous parlons est la N-AcétylCystéine.

Il est important que la N-Acétylcystéine soit prise avec du D-Mannose et de la Lactoferrine. Le premier, un sucre naturel, est une substance capable d'intervenir au niveau des bactéries libérées par le biofilm lors de sa dissolution et d'empêcher leur adhésion sur la paroi de la vessie. Le second afin de neutraliser immédiatement les levures relâchées lors de la dissolution du biofilm pour empêcher leur diffusion et prolifération dans l’appareil urinaire. Ainsi, les agents pathogènes seront éliminés avec le flux urinaire sans causer de nouvel épisode aigu ni former de nouveau biofilm ce qui tend à réduire significativement la fréquence et l’intensité des cystites.

 

=> En conclusion, il semble que vous ayez parfaitement compris les mécanismes de la formation du biofilm et que vous stratégie soit la bonne ? A savoir, si un épisode aigu devait se présenter:

- effectuer une bandelette urinaire pour un premier autodiagnostic de la présence bactérienne

- faire un examen cytobactériologique des urines (ECBU) [qui peut être fait sans ordonnance ou grâce à une ordonnance renouvelable qu'aura bien voulu vous faire votre généraliste ou urologue]

- consulter un médecin pour l'interprétation des résultats d'examens

- évaluer avec le médecin l'approche thérapeutique adaptée en fonction de la situation et des antécédents

 

En parallèle il est tout à fait possible d'agir dès l'apparition des premiers symptômes avec nos produits en suivant un cycle de 15 jours (seul ou en association avec l'antibiotique) avec :

- Ausilium NAC : 1 flacon, matin et soir, loin des repas

- Ausilium 20 PLUS : 1 sachet, milieu de journée, loin des repas


RépondreQuote
Questions Retweetees
(@questions-retweetees)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 21
20/06/2018 12:06  

Merci pour cette réponse plus que clair ! J'ai juste 3 interrogations par la suite de votre message :

J’ai effectivement contracté une cystite la semaine dernière avec bactérie E.coli (ECBU a l'appui), mais cette infection peut être justifiée par un manque clair de lubrification et l'absence de prise de D mannose par la suite, chose que je ne fais jamais. Bien que cet épisode soit exceptionnel et justifié, dois-je tout de même faire la cure de 15 jours ou attendre le prochain épisode pour la commencer ?

 

Ensuite, si je fais ce traitement sur 15 jours, je suis sure par la suite qu'aucun biofilm ne se formera à cause du stérilet ou il faudrait en refaire régulièrement ?

 

Dernière question : combien de temps met en moyenne un biofilm pour se former ? Est-il nécessaire qu'il y ait une première infection pour sa formation ?

 

Autre petite question : les fils du stérilet sont coupés très court à tel points qu'ils ne dépassent pas dans le vagin, est-ce possible que de ce fait aucun biofilm ne se créer ?

 

Je tiens à vous remercier pour les produits que vous commercialisez ainsi que la bienveillance avec laquelle vous chercher à aider les femmes dans mon cas.

En l'attente de votre réponse, cordialement


RépondreQuote
Mary
 Mary
(@mary)
Membre Admin
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 112
20/06/2018 12:10  

Merci pour cette réponse et pour ces questions et votre retour positif sur notre service client et notre approche.

Si vous avez un instant, pensez à laisser votre avis concernant nos produits / approche sur notre page  ?   https://www.facebook.com/pg/deakosfrance/reviews/?ref=page_internal

Ci-dessous, veuillez trouver des éléments et conseils utiles et adaptés à votre situation :

VOTRE DERNIERE CYSTITE ETAIT BACTERIENNE ET POST-COÏTALE

 

La cystite post-coïtale est une problématique multifactorielle.

 

- Les frottements provoqués par les rapports sexuels, notamment en présence d'une sécheresse vaginale (même modérée), vont causer des micro lésions de la muqueuse dans lesquelles les bactéries pathogènes peuvent facilement s'insinuer pour instaurer une infection (vaginose bactérienne souvent asymptomatique).

 

- L'infection urinaire suite à un rapport sexuel peut advenir selon plusieurs schémas :

1/ Les bactéries pathogènes responsables de cystites sont dotées de flagelles qui leur donnent une certaine mobilité autonome. Cette particularité permet aux bactéries pathogènes présentes dans le milieu vaginal d'atteindre le méat urinaire, donnant lieu à une cystite dite "par remontée".

2/ Les bactéries pathogènes ont également une dimension suffisamment petite pour leur permettre de "migrer" directement du vagin à la vessie en traversant les muqueuses. Ce phénomène est aussi amplifié en présence de sécheresse vaginale ou de dysbiose de la flore de Döderlein (flore physiologique vaginale) suite à une prise antibiotique.

3/ Les bactéries pathogènes peuvent également "migrer" directement des intestins vers la vessie en raison d'une réduction de la distance anatomique séparant ces deux organes.

 

Dans tous les cas les rapports sexuels constituent un facteur mécanique favorisant la remontée des bactéries du vagin vers l'urètre et la migration bactérienne de la muqueuse vaginale à l'urothélium ou de la muqueuse intestinale à l'urothélium.

 

Pour lutter contre cela, il est donc recommandé aux femmes sujettes aux cystites post-coïtales d'utiliser une crème vaginale avant chaque rapport sexuel pour  lubrifier et hydrater la muqueuse, réduire les frottements et augmenter la vitesse de guérison de la muqueuse vaginale;

Il est important que cette crème contienne du D-Mannose, substance naturellement présente dans notre corps, capable d'intervenir au niveau des bactéries pathogènes et d'empêcher leur adhésion sur la paroi du vagin. Ainsi, les bactéries pathogènes ne pourront remonter jusqu'à la vessie.

 

- L'hygiène intime est aussi un élément fondamental pour lutter contre les cystites post-coïtales. En ce sens, une miction (même en l'absence d'envie) dans la demi-heure suivant chaque rapport est indispensable pour chasser les bactéries qui tenteraient de remonter dans l'urètre vers la vessie. Cette miction devrait être suivie d'une toilette intime avec un soin lavant adapté.

 

- La prise prophylactique de D-Mannose après un rapport sexuel peut jouer un rôle déterminant dans la lutte contre la cystite post-coïtale car, si malgré les mesures précédentes, des bactéries parviennent à atteindre la vessie "par remonté", une prise rapide de D-Mannose va empêcher leur adhésion et favoriser leur élimination avec la miction suivante.

 

- Il nous parait pertinent de préciser que la capacité des germes pathogènes à se déplacer de façon autonome pour rejoindre la vessie après un rapport sexuel a été évaluées lors de différents travaux scientifiques au cours desquels le lien de causalité entre le coït et un épisode de cystite aigu a été établit dans un laps de temps allant jusqu'à 72h après le rapport.

 

VOUS SOUHAITEZ SAVOIR S’IL EST UTILE DE SUIVRE DES A PRESENT L’APPROCHE « PREMIERS PAS » ASSOCIANT AUSILIUM NAC ET AUSILIUM 20PLUS SUR 15 JOURS

 

Absolument. Aux vues des éléments de votre situation (que vous avez eu la gentillesse de partager avec nous), cette solution semble parfaitement adaptée à vous puisqu’elle permet de :

- Désagréger un éventuel biofilm ayant pu se former au cours de cet épisode aigu (effectivement les biofilms pouvant se former dès le premier épisode de cystite bactérienne aigue)

- Neutraliser et éliminer immédiatement les agents pathogènes relâchés par les biofilms lors de leur désagrégation

- Inhiber l’agrégation bactérienne, première étape de reformation d’un nouveau biofilm

- Eliminer les colonies bactériennes ayant pu persister malgré la thérapie mise en œuvre

- Mettre en œuvre une action anti inflammatoire, antimycotique et apaisante de la douleur

- Alcaliniser le pH urinaire

 

En conclusion, la prise de ces compléments alimentaires dès à présent vous offre la possibilité de mettre en œuvre immédiatement une approche préventive visant à éviter la survenue de futurs épisodes de récidives.

 

CONCERNANT LA FORMATION POSSIBLE D’UN BIOFILM SUR LE DISPOSITIF INTRA-UTERIN

 

Les données scientifiques à notre disposition permettent d’affirmer que la formation d’un biofilm pathogène peut survenir dès la première infection urinaire (dans les 72h)

Toutefois, vous avez raison de penser que la formation de ce biofilm est potentialisée par la proximité du fil du DIU et les germes pouvant se trouver sur la muqueuse vaginale.

Dans votre cas spécifique donc, il est peu probable qu’un tel phénomène ait eu lieu.

 

=>> En conclusion, aux vues des éléments de votre message et des considérations précédentes, nous pouvons vous suggérer comme approche préventive à débuter dès maintenant :

 

-> Un premier cycle de 15 jours avec :

- Ausilium NAC : 1 flacon, matin et soir, loin des repas

- Ausilium 20 PLUS : 1 sachet, milieu de journée, loin des repas

 

-> Une phase de maintien / prévention successive avec :

- Ausilium Forte : 1 mesurette rase, 1 à 3 fois par jour, loin des repas

 

-> En parallèle de ces mesures, une intervention ciblée contre le facteur précipitant de vos cystites avec :

- Ausilium Crema : 1 application avant chaque rapport et, si nécessaire, après

- D-MannOro : 1 sachet, après chaque rapport


RépondreQuote
Questions Retweetees
(@questions-retweetees)
Eminent Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 21
20/06/2018 12:10  

Merci beaucoup pour ces messages qui vont vraiment m'aider. J'essaye le plus possible de parler de vos produits autour de moi ! ? 


Mary aime
RépondreQuote
Mary
 Mary
(@mary)
Membre Admin
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 112
20/06/2018 12:11  

Avec plaisir  ❤️ 


RépondreQuote
Manonmlz
(@manonmlz)
New Member
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 1
27/07/2018 10:02  

Bonjour Mary ! Dans le cas où les bactéries logeraient sur le stérilet, on devrait les retrouver lors d'un prélèvement vaginal non ? J'ai moi même un stérilet et comme vous le savez un problème relativement long ! J'avais déjà effectué un prélèvement qui était négatif alors que mes ecbu elles étaient bien positives à un certains germe ?


RépondreQuote
Mary
 Mary
(@mary)
Membre Admin
Inscription: Il y a 2 ans
Posts: 112
31/07/2018 6:06  

Bonjour et désolée d'avoir tardé à vous répondre (j'ai préféré interroger notre biologiste pour avoir tous les éléments ;-) ).

 

Il est tout d'abord utile de rappeler que le biofilm est une structure organique microscopique (nous parlons ici de quelques millimètres, parfois moins) que l’on peut imaginer comme un mucus plutôt dense et hermétique.

Les germes uropathogènes qui y sont contenus ne s’éparpillent donc pas en périphérie ni dans le milieu, à moins que le biofilm s’ouvre. Mais dans ce cas-là, la numération est telle qu’elle s’accompagne d’une symptomatologie typique.

 

Dans ces conditions, si un biofilm existe sur le DIU, l’examen vaginal ne peut révéler la présence bactérienne puisque les points de prélèvement de l’échantillon se situent sur la muqueuse vaginale.

 

En cas de suspicion de la présence d’un biofilm sur le stérilet, la seule approche possible consiste donc à retirer ce DIU et le remplacer par un nouveau dispositif.  Il conviendra alors de s’assurer que cette manœuvre se fasse en l’absence de dysbiose, mycose ou infection bactérienne et qu’aucune infection impliquant la zone uro-génitale (cystite ou autre) ne survienne dans les 40 jours suivants la mise ne place du DIU.


RépondreQuote
Share:
  
En travaux

Veuillez Connexion ou Inscription