Message Icon
Adresse E-Mail
Infofrance@deakos.com
Phone Icon
Numéro de téléphone
+39 0187 575150

La toilette intime

Pourquoi effectuer une toilette intime ?
Une toilette intime efficace n’est pas forcément une toilette agressive au “karcher”. Il s’agit d’éliminer les bactéries commensales intestinales qui pourraient être présentes au niveau anal pour empêcher leur migration vers la zone uro-génitale et ainsi lutter contre le risque de vaginose (colonisation du vagin) et infection urinaire (colonisation de la vessie) par remonté.
Pour cela, il convient d’appliquer une methode d’hygiène qui aura pour fil conducteur le sens dans lequel la toilette va être pratiquée : de l’avant (urètre) vers l’arrière (anus), et jamais le contraire. Ceci vaut à toutes les étapes : lavage, rinçage, séchage ; et quel que soit le moyen employé : bidet, douche, serviettes humides ou gant de toilette.

Comment effectuer une toilette intime?
Dans tous les cas, la toilette n’intéresse que les zones externes à en aucun cas l’intérieur du vagin.

Toilette intime dans la douche ou sur le bidet

  • Commencer par se laver les mains (eau + savon) et les rincer
  • Mouiller la zone intéressée par la toilette intime
  • Utiliser une noix de soin de toilette intime sans savon et nettoyer d’abord la zone urogénitale et ensuite la zone anale (sans revenir en arrière)
  • Rincer en suivant le même ordre et en évitant que l’écoulement de l’eau entraine les résidus de “savon” de l’arrière vers l’avant. En d’autre terme: orienter le jet d’eau pour rincer de l’avant vers l’arrière
  • Utiliser une serviette propre pour le séchage et sécher par tamponnement toujours en commençant par la zone uro-génitale et en finissant par la zone anale sans retour en arrière. Il est fondamental que ce séchage soit effectué correctement

Toilette intime au gant de toilette

  • Commencer par se laver les mains (eau + savon) et les rincer
  • Mouiller le gant de toilette
  • Y déposer une noix de soin de toilette intime sans savon et faire mousser
  • Laver la zone uro-génitale
  • Rincer abondamment le gant de toilette et rincer la zone uro-génitale
  • Recommencer les mêmes opérations pour la zone anale
  • Ne pas réutiliser le gant de toilette pour la zone uro-génitale : il est préférable de le mettre au sale après chaque toilette intime
  • Utiliser une serviette propre pour le séchage et sécher par tamponnement toujours en commençant par la zone uro-génitale et en finissant par la zone anale sans retour en arrière. Il est fondamental que ce séchage soit effectué correctement

Toilette intime avec des serviettes humides pré imprégnées
Cette dernière méthode est à employer uniquement si les précédentes ne sont pas réalisables et à exclure définitivement en cas de contracture pelvienne, troubles gynécologiques associés ou vulvodynie

  • Commencer par se laver les mains (eau + savon) et les rincer , ou bien, les laver avec soin avec deux ou trois serviettes pré imprégnèes
  • Utiliser une serviette pour “laver” la zone uro-génitale et une deuxième pour “rincer” cette même zone
  • Utiliser une serviette pour “laver” la zone anale et une deuxième pour la “rincer”
  • Utiliser une serviette propre ou des mouchoirs secs à usage unique pour le séchage et sécher par tamponnement toujours en commençant par la zone uro-génitale (un mouchoir) et en finissant par la zone anale (un deuxième mouchoir) sans retour en arrière. Il est fondamental que ce séchage soit effectué correctement

Quand effectuer une toilette intime ?
Au minimum une fois par jour.
Après chaque passage à la selle.
Avant et après chaque rapport sexuel.

Et en cas de cystite post-coïtale ?
Cette toilette intime (avant et après rapport) est l’un des principaux facteurs de prévention de ce type de cystite. Elle doit précéder le rapport sexuel (même à distance d’une heure ou plus) et doit suivre la miction d’après rapport.
Elle peut être complétée par trois autres mesures :

2 Comments

  • Gaelle
    17 octobre 2019

    Merci pour cet article. C’est sûr que dans la mesure du possible j’évite les lingettes, mais parfois c’est le moyen le plus pratique. J’ai cherché sur les sites spécialisés la composition des lingettes spéciale autosondage, et je suis effarée par ce que je lis. Une composition soit disant “médicale” donc à laquelle on fait confiance, et en fait bourrées de phenoxyethanol, paraben etc !

    Personnellement, même si il faut les éviter, j’utilise Natur’Intime de Douce nature (Aqua, aloe barbadensis leaf juice*, glycerin, Centaurea Cyanus Flower Water*, Melissa Officinalis Flower/Leaf/Stem Water *, coco-glucoside, sodium benzoate, potassium sorbate, levulinic acid, sodium levulinate, parfum, citric acid.) .

    Sinon j’ai vu les lingettes Love and Green, qui incluent des prébiotiques (Aqua, glycerin, coco-glucoside, hamamelis virginiana water*, sodium benzoate, potassium sorbate, levulinic acid, sodium levulinate, polysorbate 20, parfum, citrus aurantium amara flower water*, citric acid) . J’ai l’impression que ces deux marques limitent assez les “dégâts” si on est amenées à les utiliser malgré tout.

    Reply
    • Mary
      18 octobre 2019

      Merci beaucoup pour votre “enquête” et cet excellent complément d’information Gaelle 🙂

      Reply

Laisser un commentaire