Skip to content

Ausilium Flora se présente !

Comme nous l’avons souvent préciser sur ce blog, le soin porté aux flores (vaginale comme digestive) commensale est une pierre angulaire de la prévention de nombreux troubles uro-gynécologiques comme de leur chronicisation.

Nous avions déjà souligné l’importance, selon les cas, d’une correcte supplémentation en probiotiques pour soutenir microbiote comme défenses immunitaires.

Espérant que ce soit utile, cet article permet de présenter une approche concrète au niveau vulvo-vaginal et fournit des « modèles » de schémas posologiques appropriés en fonction de différentes situations fréquemment rencontrées.

Nous partirons donc de la présentation de Ausilium Flora comme « produit ressource » dans ce type de démarches.

Ce produit innovant associe des probiotiques [Lactobacilles vivants des souches B. coagulans (Sporogenes), L. acidophilus et L. crispatus)] à du D-Mannose, de la Lactoferrine, de la NAC, le la Morinda citrifolia et la Vitamine A.

Cette composition très complète offre une multitudes de bénéfices parmi lesquels on citera :

-> restauration de la flore de Döderlein

-> soutien de l’équilibre de la flore physiologique et donc des défenses immunitaires locales de la sphère uro-génitale

-> lutte contre les infections bactériennes et fongiques vaginales

-> action contre les biofilms pathogènes vaginaux

-> réduction des problématiques et troubles inflammatoires des muqueuses vulvo-vaginales

-> renforcement et promotion du trophisme et de l’hydratation des muqueuses

-> prévention des infections urinaires trouvant origine dans un trouble vulvo-vaginal inflammatoire, immunitaire, dysbiotique ou infectieux   

Ausilium Flora se présente

Le « petit plus »

Ausilium Flora présente l’intérêt d’un usage versatile et adaptable aux différentes situations puisque sa formulation comme présentation (capsule et ingrédients) offrent la possibilité d’un usage sous forme de prise orale comme application locale.

Ces caractéristiques font que le schéma posologique peut s’adapter à plusieurs situations :

-> Dysbiose vaginale « légère » sans infection ni symptômes = altération de la flore de Döderlein constatée sur un prélèvement vaginal de contrôle :

– 1 comprimé vaginal, au coucher*

jusqu’à restauration de l’intégrité de la flore de Döderlein (vérifiée sur la base du résultat d’un prélèvement vaginal de contrôle).

-> Dysbiose vaginale sans infection associée à des symptômes (vaginite):

– 1 comprimé oral par jour, au petit déjeuner ou déjeuner

– 1 comprimé vaginal, au coucher*

jusqu’à disparition de la symptomatologie et restauration de l’intégrité de la flore de Döderlein (vérifiée sur la base du résultat d’un prélèvement vaginal de contrôle).

-> Dysbiose vaginale importante = mycose, vaginose, altération sévère de la flore de Döderlein, ménopause associée à sécheresse vaginale et/ou atrophie des muqueuses, chimiothérapie, radiothérapie… :

– 2 comprimés oraux par jour, 1 comprimé durant un repas + 1 comprimé

– 1 comprimé vaginal, au coucher*

jusqu’à disparition de l’infection et de la symptomatologie et restauration de l’intégrité de la flore de Döderlein (vérifiée sur la base du résultat d’un prélèvement vaginal de contrôle).

*idéalement, l’usage vaginale de comprimés probiotiques devrait se contextualiser dans un schéma d’application complet : Ausilium Lavanda -> puis Ausilium Crema + probiotiques au coucher

Vous aimerez aussi...

16 réponses

  1. xxxxxx dit :

    Bonjour,
    Pour éviter cystites en général, j’utilise, grâce à vos conseils, depuis un bon moment, tous les soirs au coucher et le matin après ma toilette, Ausillium crema (en sachet) je ne mets pas tout le sachet …..
    Pour éviter cystites post coitales, je mets ausillium crema avant rapport et je prends Dmanoro après.
    Vous nous présentez ausilium Flora, dans quelle situation, peut on l’utiliser ?

    Pour info, dernièrement j’ai eu une infection urinaire (klebsiella pneumoniae ???) prise pdt 1 semaine de l’antibiotique bactrim…. qui a enrayé la cystite (contrôle effectué) ; s’en est suivie période assez longue et qui persiste où j’ai la sensation d’envie d’uriner surtout la nuit, (aucune douleur en urinant) et le matin lorsque je suis encore allongée ; il y a des matins (pas tous les matins) où je ressens des douleurs au niveau du pubis qui s’apaisent dès que je suis debout. Par ailleurs, je ressens quasiment en permanence dans la journée, (en ce moment, davantage), comme des inflammations uro génitales ????
    J’ai chez moi des sachets d’ausillium 20 ; je ne sais pas quand je dois l’utilser et pour quel usage précisément.
    Tous les achats de ces produits, je les effectue auprès d’ une pharmacie parisienne
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Paula

    • Mary dit :

      Un grand merci pour ce commentaire Paula et ravie de lire que votre approche naturelle vous permet une amélioration significative 🙂

      Plusieurs remarques et conseils pour vous répondre:

      1) Vos cystites étant post-coïtales et récidivantes, la prévention devrait s’articuler sur 3 objectifs:
      -> Désagréger les biofilms matures (cause sous-jacente de récidive dans plus de la moitié des cas de chronicisation)
      De cette manière, vous pourrez éliminer les cellules pathogènes persistantes dans la vessie et ainsi vous débarrasser des foyers infectieux latents.

      -> Mettre en oeuvre une prophylaxie « de base » basée sur la prise quotidienne réduite de D-Mannose
      C’est ici qu’entre en jeu Ausilium 20PLUS qui est un produit complet vous permettant :
      – d’éliminer les colonies bactériennes pouvant être présentes dans la vessie et empêcher leur prolifération (qui conduit à l’épisode aigu)
      – de maintenir un pH urinaire peu acide ce qui limite les irritations de la paroi*
      – de soutenir les défenses immunitaires pour améliorer la lutte contre les colonisations bactériennes
      – de combattre l’inflammation de l’urothélium vésical*
      * Ces deux actions (permises par la présence dans le produit d’un alcalinisant urinaire et de Morinda citrifolia) sont fondamentales pour limiter les symptômes gênants et douloureux que vous mentionnez. Si toutefois vos maux dérivent d’une inflammation plus profonde et importante de l’urothélium, il est possible de compléter la prise de Ausilium 20PLUS par une prise de Cistiquer qui est un complément alimentaire formulé spécifiquement pour agir contre la composante inflammatoire de la cystite et en faveur d’une réépithélisation de la paroi de la vessie (parfois endommagée par les IU et prises antibiotiques récidivantes).

      -> En complément de ces mesures « de fond », comme vous le faites déjà, l’intervention préventive ciblée au moment du rapport est déterminante :
      – application de Ausilium Crema avant le rapport (il est utile de préciser ici que le sachet est prévu pour une dose optimale de produit et serait donc à appliquer en entier)
      – prise de D-MannOro juste après le rapport pour neutraliser les germes uropathogènes dès leur arrivée dans les voies urinaires
      – toilette intime + lavage des mains des deux partenaires avant et après le rapport

      2) Concernant Ausilium Flora
      Comme dit dans cet article, il s’agit d’un produit innovant principalement pour deux raisons:
      -> Il associe les probiotiques vivants (dont une souche de L. crispatus) à d’autres principes actifs particulièrement utiles pour le soutien de l’éco-système vulvo-vaginal dans son ensemble (flore mais aussi muqueuse, pH et hydratation)
      -> Son usage est versatile puisqu’il peut être pris par voie orale ou locale (ou les deux combinées)

      Ce produit peut donc être un excellent co-adjuvant dans une démarche de prévention comme la vôtre afin de restaurer et soutenir l’équilibre de la flore de Döderlein (souvent perturbée par les prises antibiotiques) dans le but de remettre en place une compétence immunitaire locale (de la sphère uro-génitale) optimale = autre facteur de prévention contre les IU, surtout si ces dernières sont post-coïtales.

      Concernant la posologie, on peut décrire schématiquement deux types d’approches :
      -> en l’absence de dysbiose vaginale avérée (résultat de prélèvement vaginal ne montrant pas d’infection bactérienne ou fongique et une flore de Döderlein préservée): une simple prise orale (2 comprimés par jour) pendant 1 mois peut être suffisante
      -> en cas de dysbiose et/ou vaginite: la prise orale associée à des applications locales est préférable [ici le schéma serait à définir « sur mesure » sur la base de votre situation spécifique = pour cela vous pouvez contacter le bureau à infofrance@deakos.com]

      Espérant que ces suggestions et info pourront vous aider, de tout coeur avec vous ❤

  2. Stef dit :

    Bonjour, je souffre depuis plus d’un mois d’envies d’uriner très fréquentes qui ne me soulagent pas. 2 ecbu ont été faits et je n’ai pas d’infection urinaire. Une vaginose bactérienne sans germe spécifique a été trouvée par ma gyneco dans le prélèvement vaginal. J’ai une flore très dégradée. Les trois sortes d’antibio plus des antifongiques n’ont rien donné. Parfois j’arrive à avoir 2 ou 3 jours de répit et puis ça repart. Mon Dr m’a fait une échographie des voies urinaires, je n’ai rien. Il m’a prescrit des anticholinergiques pour hyperactivité vésicale. Et c’est pareil, parfois 2-3 jours de répit et puis ça repart. J’ ai rdv avec un urologue dans un mois. Je n’en peux déjà plus.

    • Mary dit :

      Merci pour ce commentaire Stef et bien désolée pour votre situation.

      Etant donnés les éléments suivants:
      – absence d’infection urinaire sur les ECBU
      – flore de Döderlein « très dégradée »
      – vaginose aspécifique et persistante malgré les différentes thérapies essayées

      Il apparait ici que vos symptômes d’urgence et, surtout, fréquence mictionnelle soient liés à une importante vulvo-vaginite (inflammation des tissus de la sphère uro-génitale) causée par la profonde dysbiose vaginale et l’usage répété de thérapies locales comme orales.
      Une prise en charge alternative naturelle à vos premières tentative devrait donc se concentrer sur les mesures visant à :
      1) Réduire l’inflammation de toute la zone pelvienne
      2) Restaurer une flore de Döderlein équilibrée et abondante en chassant les pathogènes, recolonisant le milieu avec des « bonnes » bactéries (Lactobacilles) et hydrater/apaiser les muqueuses

      De manière concrète et pragmatique, il est donc possible de vous suggérer le schéma posologique suivant, à mettre en oeuvre sur 1 mois:

      – Ausilium Lavanda: 2 applications par semaine (1 + 2)
      – Ausilium Flora: 1 compirmé oral au déjeuner + 1 comprimé vaginal au coucher (appliqué avec Ausilium Crema) (1 + 2)
      – Ausilium Crema: 1 à 2 applications par jour (matin et soir), tous les jours (1 + 2)
      – Cistiquer: 1 comprimé, 2 à 3 fois par jour (1)
      +
      – Ausilium 20PLUS: 1 sachet, 1 à 2 fois par jour (de préférence loin des repas) (1)

      Je vous invite, en outre, si vous le souhaitez, à contacter le bureau: infofrance@deakos.com si vous souhaitez un conseil personnalisé ou de plus amples éléments d’information sur l’approche proposée ci-dessus.

      De tout coeur avec vous ❤

      • Stef dit :

        Merci beaucoup pour toutes ces informations. J’ai déjà commandé ausilium Lavanda, flora et crema que je vais recevoir aujourd’hui. Je vais racheter Cistiquer et Ausilium 20 plus. Je ne sais pas trop comment je vais utiliser ausilium lavanda car j’ai un peu peur de la douche vaginale. J’espère que tout ça va marcher car je m’inquiète en voyant toutes ces maladies récidivantes.

        • Mary dit :

          Merci pour ce retour rapide Stef 🙂

          -> Concernant l’usage de Ausilium Lavanda je vous invite à consulter cet échange sur le forum qui aborde la question « pratique » 😉
          https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/forum/trucs-et-astuces/comment-utiliser-correctement-ausilium-lavanda/#post-15

          -> Concernant l’évolution de votre situation
          Vous faites tout ce que vous pouvez pour améliorer les choses et avez entrepris une prise en charge complète, il n’y a pas de raison que cela ne fonctionne pas !!

          De tout coeur avec vous ❤

          • Stef dit :

            Merci pour l’aide et les encouragements

          • Mary dit :

            Avec plaisir et toujours disponible si besoin ❤

          • Stef dit :

            Une dernière chose, en cas de règles puis-je prendre le traitement mentionné sans problèmes ?

          • Mary dit :

            Durant la période menstruelle, les applications de Ausilium Crema et Flora sont à interrompre tandis que Ausilium Lavanda et les produts par voie orale peuvent être poursuivis sans soucis.

          • Stef dit :

            Bonjour,
            J’ai reçu Ausilium Lavanda mais ce sont des doses de 100ml, est-ce que c’est toute une bouteille que je dois utiliser pour une seule douche vaginale ??? Car cela me semble énorme !!

          • Coco dit :

            Chère Stéphanie, merci pour ton commentaire et ta confiance.

            Ausilium Lavanda est un dispositif médical conçu pour une application locale (sous forme de douche vaginale) d’un complexe associant :

            – des lactobacilles vivants pour une recolonisation de la flore de Döderlein

            – de la N-acétylcystéine pour désagréger les biofilms pathogènes

            – du D-Mannose pour neutraliser les germes pathogènes

            – de la Morinda citrifolia pour une action anti-inflammatoire et immunostimulante

            – un pH adapté et favorable à rétablir l’équilibre du milieu vaginal

            Pour répondre à ta question, oui, la quantité de liquide est exactement la même que celle à insérer lors de l’application, sachant qu’une petite quantité de liquide sortira certainement lors de son utilisation.
            Comment appliquer la douche vaginale ?

            Ausilium Lavanda a fait l’objet d’un essai clinique publié en juin 2013 dans lequel les chercheurs ont évalué son efficacité pendant 9 semaines sur un groupe de 87 femmes souffrants de vaginoses bactériennes, vaginites aérobies et formes mixtes présentant une dysbiose vaginale ( = flore de Döderlein altérée).

            Au cours de cet essai clinique, les 87 femmes ont utilisé la douche vaginale selon les modalités suggérées :

            – accroupies sous la douche

            – assises sur un bidet ou sur les toilettes

            – semi-allongées dans une baignoire

            De cette manière, le liquide contenu dans la douche vaginale s’écoulait rapidement après son introduction dans le vagin.

            Les conclusions de cette étude sont les suivantes :

            – Après seulement 8 jours 96.5% des femmes (84/87) présentaient déjà une complète recolonisation lactobacillaire, un pH vaginale inférieur à 4.5 et un frottis négatif pour la présence bactérienne. Les 3 femmes présentant une persistance de l’infection bactérienne (vaginose) ont reçu un traitement antibiotique d’une durée de 10 jours en association avec les douches vaginales

            – A l’issue des 4 premières semaines 100% des femmes présentaient une complète recolonisation lactobacillaire, un pH vaginale inférieur à 4.5 et une absence d’infection vaginale.

            Il semble utile d’ajouter que certains de gynécologues et sages-femmes conseils proposent à leurs patientes une application de Ausilium Lavanda au moment de leur visite gynécologique. Dans ces conditions, sur le lit d’examen et en position gynécologique (les pieds relevés), ils appliquent le liquide contenu dans les douches vaginales et demandent à leurs patientes de rester allongées 30 secondes environ sur le dos, 30 secondes environ sur le côté droit et 30 secondes environ sur le côté gauche avant de laisser s’écouler le liquide. De cette manière, le temps de contact entre le produit et la muqueuse vaginale est prolongée.

            Il est important de préciser que chaque flacon de Ausilium Lavanda est à usage unique. En effet, même si la quantité peut sembler importante pour une seule application, il est fondamental d’envisager chaque flacon comme une monodose et ce pour plusieurs raisons :
            Appliquer la juste quantité des principes actifs pour un résultat optimal
            Eviter de réutiliser la canule = risque de contamination croisée
            Eviter toute altération du produit après ouverture = risque d’inefficacité

            En espérant avoir été utile je reste à disposition,
            Coco

      • Stef dit :

        Bonjour,
        Je voulais vous informer que suite à vos conseils et les produits achetés, je vais bien mieux ! Je continue ainsi les produits après deux semaines d’utilisation, je n’ai plus aucun symptôme urinaire, il me reste quelques symptômes de brûlures au niveau du vagin, parfois dans la journée. Merci mille fois ! !
        Je pense continuer, après le mois de traitement, à prendre en quantité moindre les produits car je ne veux pas de récidive. Si vous avez des conseils sur ce point, merci par avance

        • Mary dit :

          Un grand grand merci pour ce commentaire Stef !! Quelle joie de savoir que nos conseils et nos efforts permettent des améliorations aussi significatives que dans votre cas 🙂
          Concernant le prolongement éventuel de votre approche naturelle et ses modalités, le mieux serait de contacter le bureau (infofrance@deakos.com) en leur expliquant votre parcours et le schéma posologique suivi pour l’instant. De cette manière, ils pourront vous orienter de manière optimale.
          Encore ravie poru vous et tous mes voeux pour la suite ♥

  3. Tetelle dit :

    Bonjour, je souhaitais connaître l’effet du nac lorsque l’on utilise la gellule vaginal. Le nac de façon oral on le connaît deja mais en version vaginale comment fait il effet ?
    Par avance merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.