Distinguer le vrai du faux : les trois conseils « bateau » contre la cystite

Salut la compagnie,

En farfouillant dans mon ordinateur j’ai mis la main sur cette jolie prose et je ne résiste pas au plaisir de vous la faire lire.

Le pitch : un post sur un forum, l’appelle au secours d’une fille qui subissait des cystites « à gogo » depuis des mois et, après son rdv chez l’urologue, s’en revenait avec, tenez-vous bien : non pas un, non pas deux mais bien trois conseils (et une ordonnance pour six mois d’antibiotiques grrrr).

 

Conseil n°1 : Suivre une diète alcaline

C’est vrai que ce régime alimentaire est très « à la mode ». Dans l’hôpital où je travaille de nombreux patients disent le suivre (plus ou moins bien sûr). Je pense que, fondamentalement, ce régime est « sain » (suivi de façon cool et sans extrémisme) puisqu’il se base sur la consommation de fruits, légumes et céréales et cherche à réduire les sucres, et l’excès de protéines animales. En gros c’est une version « moderne » (plus « fun ») du régime crétois…

Ce qui est VRAI :

– En cas de cystite, la muqueuse vésicale est irritée par les bactéries pathogènes. Ces dernières ont des petits hameçons qui leur permettent de s’accrocher à la paroi de la vessie. C’est en plantant ces hameçons qu’elles causent une irritation de la muqueuse. Chaque bactéries dispose de centaines de ces hameçons ; et lors d’une infection urinaire on compte parfois des millions de bactéries par ml d’urine… imaginez donc combien de hameçons seront plantés dans la muqueuse vésicale (aïe). L’irritation devient donc très vite une inflammation de la paroi = cause principale de la douleur et des envies fréquentes et urgentes.

– Suivre ce régime peut, dans une certaine mesure, permettre de maintenir un pH urinaire légèrement alcalin.

– Des urines moins acides (plus alcalines) sont moins « agressives » pour la muqueuse vésicale irritée ce qui participe à « adoucir » les douleurs en cas de cystite.

=> Alcaliniser est donc une bonne idée pour lutter contre la symptomatologie douloureuse.

Ce qui est FAUX :

– La diète alcaline n’a pas d’incidence sur les autres pH corporels (vaginal, sanguin, gastrique…etc) car notre organisme, heureusement, est équipé de tous les processus nécessaires pour maintenir son équilibre acido-basique indépendamment de notre régime alimentaire.

– Le pH urinaire ne peut pas être modifié au point de permettre une élimination des bactéries.

=> Il est absolument faux de croire qu’on peut se débarrasser d’une infection urinaire simplement en changeant ce que l’on mange ! Le pH urinaire ne peut pas devenir tel qu’il tue les bactéries (sinon il nous tuerait aussi hein !).

 

Conseil n°2 (la star des conseils) : Boire beaucoup d’eau

Ahhh si seulement j’avais pu gagner 1 euro à chaque fois que j’ai entendu ce précieux conseil !! Sauf que voilà… si on y réfléchi bien cela ne veut rien dire   Ben oui, c’est quoi beaucoup (1 litre, 2, 5)? Et puis il faudrait la boire quand (je dois me mettre le réveil la nuit pour boire)?

Ce qui est VRAI   :

– Un adulte moyen devrait boire 1.2 litres d’eau par jour (Apports Journaliers Recommandés en France d’après l’AFSSA). Du coup, boire « beaucoup » signifie déjà dépasser cette apport.

– Boire « beaucoup » s’entend avant tout par boire « fréquemment ». Il s’agit donc surtout de boire tout au long de la journée pour arriver à un total de 2 à 3 litres d’eau.

– Augmenter son hydratation augmente inévitablement le volume d’urines produit ce qui va avoir pour conséquence une dilution des urines. Et des urines plus diluées sont… tadam : moins acides!!

=> Ce conseil vise donc également à réduire la douleur liée à l’irritation de la muqueuse.

Ce qui est FAUX :

– La polydipsie (= consommation excessive de liquides) est une pratique dangereuse pour plusieurs raisons (surcharge rénale, prise de poids, rétention hydrique, œdèmes, troubles hydro-électriques…). Il est donc fortement recommandé de ne pas excéder 10 litres par jour.

– Les bactéries pathogènes responsables d’infection urinaire ont la faculté de se « coller » à la paroi de la vessie (grâce à leurs fameux petits « hameçons »). Uriner des litres ne permet en aucun cas de les « décoller ».

=> La surconsommation d’eau ne permet donc pas d’éliminer les bactéries responsables de la cystite.

 

Conseil n°3 : Vider totalement sa vessie à chaque miction

Je vais être plus brève : c’est un excellent conseil. Mais toujours pas pour se débarrasser de l’infection urinaire (c’te bonne blague). Il vrai que laisser « stagner » les urines dans la vessie fournit aux bactéries les conditions idéales pour se multiplier encore plus rapidement. De plus des urines qui restent longtemps dans la vessie se concentrent. On obtient donc des urines plus concentrées… donc plus acides (tient tient nous y revoilà) et avec une charge bactérienne majeure. Donc au final plus d’agressions sur la muqueuse et du coup plus de douleurs, d’envie d’uriner et d’urgence pour y aller.

=> Vider sa vessie totalement à chaque fois permet donc encore une fois d’amoindrir les symptômes mais pas d’éliminer les bactéries.

 

Ce petit « exposé » (sans prétention j’insiste) pour comprendre pourquoi les conseils habituellement donnés par les médecins sont toujours associés à un traitement antibiotique :

– les conseils (boire beaucoup, bien uriner, manger « alcalin »…) c’est pour atténuer la douleur et les autres symptômes

– l’antibiotique pour éliminer les bactéries causant l’infection urinaire

Pourtant il existe une autre solution pour se débarrasser des bactéries sans antibiotique !

Je reviens à mon expérience. Car il y a quelques années, j’ai pu venir à bout de mes cystites sans antibiotique. Pour cela le médecin m’a conseillé des compléments alimentaires à base de D-mannose. Ce sucre naturel est capable d’empêcher les bactéries de se « coller » à la paroi de la vessie. De cette façon, les bactéries se retrouvent en suspension dans l’urine et sont donc expulsée hors de la vessie avec la miction.  Ni vu, ni connu : adieu les antibio, adieu la cystite [et compagnie] !

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *