Message Icon
Adresse E-Mail
Infofrance@deakos.com
Phone Icon
Numéro de téléphone
+39 0187 575150

Cystites hormonaux-dépendantes

Coucou les “futures-ex-galériennes” de ma compagnie !
Bon alors je vous fais le topo : dans le cabinet du Dr X (urologue de son état) et je lui dit : « Dr mais il existe un lien entre cycle hormonal et cystite ? Parce que j’ai remarqué que, chronologiquement, on dirait que oui » et le Dr X qui sourit (vous savez les sourires compatissants qui disent « elle a vraiment rien compris celle-là) et répond : « Non non, aucun lien, ça doit être psychosomatique »…
Cette scène, je l’ai vécu et je crois malheureusement ne pas être la seule. Et pourtant, malgré le ton affirmé du Dr X et malgré ses diplômes, je suis bien au regret de soutenir que SI, le lien existe et il suffit de lire et se documenter un peu (sans faire math sup’ hein) pour le comprendre.
Alors tout d’abord, les parties génitales externes et internes de la femme (la vulve, le vagin et l’utérus), ainsi que le trigone vésical (zone triangulaire située dans la vessie et délimitée par les orifices d’arrivée des uretères et de départ de l’urètre) ont la même origine embryonnaire. Cela signifie que les cellules qui les composent vont garder une sensibilité pour les hormones sexuelles (œstrogènes principalement). Du coup, les variations hormonales vont forcément faire réagir les organes de la sphère uro-génitale, chacun à leur façon bien sûr.
On connait très bien le mécanisme hormonal qui module l’appareil génital = quand le taux d’œstrogènes diminue il y a destruction de la paroi de l’utérus (règles) ; quand il augmente il y a construction de cette paroi.
Au niveau du trigone et des muqueuses vaginale et vulvaire cet effet existe en moins fort = quand il y a peu d’œstrogènes la muqueuse va comme “s’affiner”. Et qui dit plus “fine” (tout ceci est une métaphore hein) dit plus “fragile”. Du coup l’épaisseur réduite des muqueuses vaginale et vésicale cause une certaine « porosité » de ces deux organes. Pour les bactéries potentiellement pathogènes cette “porosité” est une vraie opportunité de migration. Du coup, s’il y a une présence bactérienne dans le vagin ou que la flore physiologique vaginale est compromise et n’arrive plus à jouer pleinement son rôle de défenses contre les attaquent bactériennes extérieures : bingo ! Et puis, si par-dessus le marché il y a un rapport (même soft soft soft hein, pas un truc sado-maso) à ce moment-là : double-bingo = la cystite revient au galop !
Les œstrogènes ont aussi un effet notoirement connu comme étant “pro-trophique”. Kesako ? Ils stimulent la “croissance” (le fameux trophisme) de la muqueuse vaginale mais aussi de la flore physiologique qui la recouvre et assure la première « ligne de défense » contre les bactéries potentiellement pathogènes.
Stimuler la croissance de la muqueuse vaginale ça signifie aussi “booster” son élasticité et sa souplesse (enfin tout ce qui se perd avec la ménopause). Du coup, vous imaginez bien que si la flore vaginale est “pas en forme” et que la muqueuse est élastique come du carton-pâte (j’exagère à peine) un rapport sexuel va « facilement » et à coup sûr causer des microlésions dans lesquelles vont se précipiter les bactéries que la flore n’aura pas réussi à neutraliser et… bingo ! Revoilà la cystite.
Du coup, vous aurez compris que si les cystites ont une tendance à se synchroniser sur votre cycle hormonale, ce n’est ni le fruit du hasard ni une vue de l’esprit (quoi qu’en dise le bon Dr X). Et vous comprenez aussi pourquoi les câlins 2 / 3 jours avant les règles sont plus “à risques” que les autres.
Mais hauts les cœurs ! Tout ceci étant dit et compris, il est beaucoup plus facile d’agir. Alors clairement, la “tip-top” antibiothérapie (vous prendrez 1 Monur*** par semaine pendant 6 mois) ben… on met au placard).
Et on se concentre sur :

  • Renforcer l’épaisseur (on parle d’épithélisation en langage médico-médical). Pour cela il faut apporter à la muqueuse les « briques de construction » dont elle a besoin pour se renforcer (se reconstituer si vous préférez). A l’heure actuelle, d’après ce que j’ai pu lire et les différents protocoles proposés dans certains hôpitaux, les substances les plus indiquées pour ça sont : l’acide hyaluronique, la chondroïtine sulfate, la quercétine et la broméliane. On les trouve assez facilement sur le net, mais acheter tout séparément revient relativement cher et puis bonjour le « petit chimiste » à devoir doser tout cela. Bref ! Pas pratique. Sinon quelques produits existent qui contiennent directement tous les ingrédients : le Cistiquer est mon “chouchou”
  • Soutenir le trophisme de la muqueuse vaginale

Alors là sans hésiter et sans faire de “chichi” je vous conseille à fond Ausilium Crema qui est juste la Rolls Royce (rien que ça) des crèmes vaginales. En effet, ce produit a été très bien pensé et contient des substances : anti-inflammatoires, anti-bactériennes, anti-mycotiques, hydrantes, apaisantes et cicatrisantes et lubrifiantes. Ouf ! Ah ouais… quand même !
Du coup, l’idée est la suivante : appliquer la crème « au besoin » (ah ben c’est clair ça). Je veux dire par là qu’il vaut mieux faire ce qui est bon pour vous : une fois par jour en cas de ménopause, une semaine par mois si les cystites sont vraiment concentrées sur la période avant les règles, juste avant et après les rapports si ce sont les seuls facteurs à l’origine des crises…Bref ! C’est à vous de jouer et de “tester” la modalité qui vous convient le mieux.
Faire de la prévention au moment du rapport en lui-même. Et là re-blablabla sur l’usage de la crème avant le rapport pour lubrifier + D-MannOro après pour neutraliser les bactéries pathogènes qui pourraient avoir atterri dans la vessie malgré tout.

J’espère ne pas avoir exagéré dans cet article. Des fois je suis trop “professoral” ce qui m’agace moins même, mais c’est pour être sûre d’être bien claire. Désolée.

GiGi

Ex-cystiteuse et professionnelle de santé !

16 Comments

  • Melissa
    23 octobre 2023

    Bonjour
    J’ai commencé mes infections urinaires il y a très longtemps toujours suite aux rapports sexuels. J’ai effectué énormément d examens sanguins, uroscanner, cystoscopie, détection ist, compte d Addis,…. Et évidemment l éternel ECBU avec tjs la même réponse présence de leucocytes, présence d une culture polymicrobienne, bactéries non significatives. Je n’ai pas eu d IU pendant ma grossesse ni pendant trois ans après. Et les revoilà tjs suite aux rapports. J’ai tjs pris toutes les mesures hygiéniques. Sauf que les sachets antibio ne marchent plus. Je viens de lire plusieurs articles du blog et je comprends pourquoi. J’ai pris beaucoup de cortisones je pense que cela doit jouer. Je pense que j’ai des IU hormono dépendantes. Je souhaite mettre en place toutes les mesures nécessaires. Pouvez vous m aiguiller sur les dosages des compléments que vous proposer ? Dmannose, aussilium… Merci d’avance

    Reply
    • Mary
      24 octobre 2023

      Merci pour ce commentaire Melissa et bien triste pour vous 🙁

      Je pense que le point le plus important ici concerne vos résultats d’ECBU qui mentionnent une “culture polymicrobienne” !!
      En effet, ce résultat n’est pas à proprement parlé suffisant pour définir vos cystites comme des “infections urinaires” (lisez ceci : https://cystiteetcompagnie.fr/2018/08/cystite-kesako/) et donc n’aurait peut être pas du être systématiquement déclencheur de traitement antibiotique (lisez ici: https://cystiteetcompagnie.fr/2018/03/cystites-infections-urinaires-recidivantes-antibiotiques-ne-marchent-plus/).

      Je m’explique, lorsque la cystite est post-coïtale, si aucune bactérie ne ressort de manière nette sur l’analyse d’urine, il est très probable que la majeure partie des symptômes soient d’origine inflammatoire. La culture polymicrobienne retrouvée dans ces circonstance montre donc “simplement” une présence de germes qui sont opportuniste de la situation irritative mais ne sont pas (loin de là) les premiers responsables de vos maux.
      Dans un tel cas de figure, prendre un antibiotique ne résoud pas tout car s’il chasse les bactéries, il va par contre aggraver l’inflammation ce qui peut faire empirer le cadre clinique ou, à minima (ce quie st malheureusement votre expérience actuelle) ne rien changer à vos troubles et douleurs…

      A ceci on peut ajouter que, si vos cystites ont disparues pendant vos grossesses, il est probable que le mérite soit celui des oestrogènes qui, en renforçant le trophisme des muqueuses, a permis de limiter la formation de microlésions durant les rapports et donc les irritations induisant l’inflammation. Pas d’inflammation = pas de cystite !
      Cet autre élément fait donc pencher ultérieuement la balance vers des cystites abactériennes.

      En mettant ces éléments en perspective, le “bon” conseil ici serait celui de discuter avec votre médecin de la réelle pertinence de prendre des antibiotiques pour vous ou bien de changer d’approche et miser d’avantage sur une intervention visant à réduire les irritations pendant le rapport et prévenir et/ou maitriser l’inflammation après.
      A ce titre, on imaginera un schéma posologique avec Ausilium Forte et Cistiquer pour la partie vésicale + Ausilium Lavanda, Crema et Gel pour l’action locale.
      Comme toujours, l’idéal est de demander un conseil personnalisé (avec schéma posologique complet) à : infofrance@deakos.com

      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Laetitia
    11 août 2023

    Bonjour,
    on m’a diagnostiqué de “nombreuses pétéchies qui pleurent le sang” lors d’une hydrodistension il y a plus de 10 ans.
    Pour résumer mon parcours : nombreuses cytites à germes plus jeune puis un jour plus de germes mais de grosses douleurs+ myctions fréquentes.
    L’alimentation a calmé le jeu mais le problème n’a jamais vraiment disparu depuis.

    En parallèle, mes règles ont toujours été extrêmement abondante et douloureuses. Petit à petit ça a empiré car je m’évanouissait aussi lors de l’ovulation.
    On m’a donc mise sous Optimizette. Plus de douleurs de règles ni d’ovulation depuis.

    Néanmoins toujours cette inflammation vésicale. Optimizette peut elle contribuer à l’inflammation vésicale ?
    Dans mon souvenir, optimizette a débarqué dans ma vie la même année que la CI ou peut être un an plus tard.

    Reply
    • Mary
      5 septembre 2023

      Merci pour ce commentaire Laetitia et vraiment triste pour vous 🙁
      Les « nombreuses pétéchies qui pleurent le sang » étant particulièrement évocatrices de cystite interstitielle j’imagine que c’est le diagnostic que vous avez reçu ?

      Pour répondre à votre question sur votre thérapie hormonale progestéronique : oui => cette pilule vous place dans une situation de ménopause artificielle ce qui vous expose aux mêmes effets secondaires que ceux rencontrés chez la femme ménopausée avec donc un risque d’assèchement des muqueuses qui va favoriser et promouvoir l’inflammation aigue comme chronique.

      Dans un cas comme le vôtre, espérant bien faire, je pense qu’une approche comme décrit ici serait bienvenue: https://www.deakos.com/fr/prodotto/soluzioni/equilibrio-vescicale

      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • SAMPERE
    24 mars 2021

    Bonjour à toutes,
    J’ai connu plusieurs phases d’IU avec plusieurs situations. Si je prend la cinétique de mes IU sur les 2 dernières années : j’étais sous stérilet cuivre : IU de façons anarchiques dans le cycle, 6 mois sous progestatif pour ttt de l’endométriose : aucune , 6 mois en cycle spontané : reprise des IU de façon anarchiques, chirurgie en janvier dernier pour endo (qui prend trop de place) : 2 IU la semaine de mon ovulation , au moment où le pic d’œstrogènes est le plus haut (souvent avec rapports associé) … qu en déduisez vous ?
    Hormono dépendant ? Les ECBU reviennent bactérien à l’EColi .
    Quelle pourrait être le schéma « tttque » des produits Deakos ? Pour contrer au mieux cette situation ? Le biofilm rentre en jeu ?
    Merci à vous

    Reply
    • Mary
      26 mars 2021

      Bonjour et merci pour ce commentaire.
      Bien triste pour vous et ce parcours si cahotique…

      Vous avez commenté un article qui décrit en quoi les variations du cycle hormonal peuvent avoir un rôle central dans la problématique des cystites récidivantes parce que, effectivement, vous notez un lien entre votre cycle et vos cystites.
      Toutefois, il est indispensable dans votre cas de prendre en compte “LE” facteur de risque principal : l’endométriose -> https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/11/15/lendometriose-cette-inconnue/

      1) S’il est vrai que vos cystites apparaissent à certains moments clés du cycle hormonal, votre situation est clairement favorisée par l’endométriose comme “terrain” à risque.
      Il serait ici particulièrement intéressant de comprendre pourquoi la thérapie hormonale (progestérone en continu) a été interrompue alors que c’est le meilleur outil actuellement disponible suite à une intervention pour prolonger les bénéfices de l’intervention (empêcher les lésions endométriosiques de revenir en particulier)?

      2) Vos cystites étant bactériennes, une première approche préventive basée sur la prise continue de D-Mannose serait sans doute utile: https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/05/17/on-parle-de-d-mannose/
      A ceci, il serait sans doute très opportun pour vous d’associer cette prise à des cycles de supplémentation en N-acétylcystéine (principe actif bénéfique tant du point de vue de la cystite récidivante* que de l’endométriose): https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2020/03/19/endometriose-et-approches-naturelles/
      * En effet, il est quasi-certain que des biofilms pathogènes entrent en jeu.

      3) Enfin, puisque le “terrain” est particulièrement inflammatoire (en raison de l’endométriose), la prise associée d’un supplément comme Alaquer pourrait être envisagée: https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2020/03/25/differences-entre-cistiquer-et-alaquer/

      En conclusion:
      – Ausilium NAC
      – Ausilium Forte / 20 PLUS
      – Alaquer
      sont les produits que je vous conseillerais + une réévaluation de la thérapie contre l’endométriose avec un spécialiste.

      Si vous souhaitez un schéma posologique exhaustif, je vous renvoie vers le bureau: infofrance@deakos.com

      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Lola
    9 janvier 2021

    Bonjour à toutes. Alors voila suite à un choc psychologique j’ai commencé à decelopper des infections à ruines claires. Aucune bactérie. Une pesanteur sur la vessie quotidienne une petite douleur en fin de miction quand même. Les douleurs pelviennes se calment en revanche lors de mes règles ce qui est l’inverse des autres témoignages. J’ai également l’impression d’avoir des irritations vaginales. J’ai vu plusieurs urologues, gynécologues et aucune réponse depuis maintenant 3 ans. L’acuponcture m’aide à me soulager ainsi que la quercétine et une diet drastique. Des idées? Des solutions je suis preneuse. Merci à toutes

    Reply
    • Mary
      11 janvier 2021

      Bonjour Lola et vraiment triste pour vous 🙁

      Il est ici important de distinguer :
      – cystite = ensemble de symptômes dérivants directement d’une inflammation des voies urinaires https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/08/03/cystite-kesako/
      – troubles pelviens, de type contracture / neuropathie, ayant un retentissement sur la vessie = qui semble d’avantage être votre situation https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/05/23/la-contracture-pelvienne/

      Le contexte de survenue de votre problématique, associé aux irritations vaginales, au soulagement donné par l’acupuncture et à la disparition (totale ou partielle) des douleurs pelviennes durant les menstruations constituent un ensemble d’indices qui peuvent conduire à supposer l’existence de troubles de type neuropathiques (sans doute hormonaux-dépendants). La lecture de cet article vous permettra d’approfondir ce point: https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/08/23/cystites-et-douleurs-vulvo-vaginales/

      Dans une situation comme la vôtre il serait indispensable de procéder à une évaluation complète du plancher pelvien auprès d’un professionnel en mesure de dépister tant les dysfonctionnements musculaires (contracture) que neuropathiques : https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/10/25/evaluation-du-plancher-pelvien-bilan-pelvi-perineal-pour-qui-pourquoi-comment/
      Les résultats de ce dépistage complet permettront sans doute d’orienter votre prise en charge et définir une stratégie appropriée.

      En fonction de la problématique repérée, une supplémentation orale avec des produits tels que Alaquer, PEA, Ausilium Forte et un usage local de Pealen et/ou Ausilium Lavanda et Ausilium Crema pourraient être recommandés. A ce sujet, si vous souhaitez de plus amples informations et un conseil personnalisé, je vous invite à contacter: infofrance@deakos.com après avoir réalisé le bilan pelvien.

      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Junie
    12 septembre 2020

    Bonjour !
    Avant tout, merciiii pour ce site incroyable !!!
    Cet article confirme mes impressions : j’ai souffert de cystites à répétitions pendant deux ans tant que j’étais sous pilule (cystites post-coïtales). J’ai arrêté la pilule car j’avais trop d’effets secondaires (troubles de l’humeur, transit pas top, libido qui dégringole…) et les cystites ont disparu !! Depuis quelques mois malheureusement j’ai l’impression d’avoir un déséquilibre hormonal (mes troubles de l’humeur réapparaissent, j’ai des SPM pas cools du tout)… et les cystites ont fait leur retour en force (3 en 2 mois…). Le problème c’est que tous les médecins lèvent les yeux au ciel quand je leur sors ma petite théorie ! L’une d’entre vous a-t-elle fini par trouver un médecin (généraliste, gynéco, urologue, endocrino ou autre) ouvert sur le sujet ?

    Reply
  • Osmose_74
    30 mai 2018

    Salut,
    Je suis un bel exemple de confirmation du lien entre cystite récidivante à E-coli et hormones. En effet, mes cystites ne se déclenchent qu’à partir de rapports sexuels entrepris en période pré-menstruelles. En dehors de cette période, RAS. Je me rappelle aussi que lorsque je prenais la pillule, mes crises de cystites mensuelles ont quasiment toutes disparues.
    Alors Docteur X, il serait peut-être temps de reprendre ses études pour une mise à jour de vos connaissances. Les découvertes scientifiques avancent ! 😉

    Reply
  • Gontier
    23 mai 2018

    Je me pose la question pourquoi je suis abonnée aux cystites (1 par mois au moins malgré toutes les précautions!!) et au premier jour de ma grossesse jusqu’à la fin de mon allaitement : 0 cystites ! Mon urologue n’a rien trouvé à me dire là dessus.. mais moi je suis persuadée que c’est hormonal…

    Reply
    • GiGi
      29 mai 2018

      Coucou ma belle 🙂
      Bon j’ai mis “pouce en l’air” pour ton commentaire mais c’est pas destiné à ton médecin lol
      Alors si tu as eu le courage de lire ma petite prose ci-dessus, j’espère que maintenant tu as la confirmation que ta conviction est bel et bien une réalité et que les variations hormonales sont effectivement, parfois, les responsables de la cystite.
      Pour faire simple: grossesse = œstrogènes “au taquet” = trophisme boosté = muqueuses vaginale et vésicale plus épaisses = moins de sensibilité à l’inflammation + moins de passage de bactéries pathogènes = pas de cystite !!
      Idem pendant l’allaitement.

      Alors du coup j’ai deux p’tits conseils pour toi 😉

      – D’abord hauts les cœurs! Tu as la “chance” (oui oui je suis une éternelle optimiste) de connaitre l’origine de tes cystites. Du coup, tu sais exactement sur quoi tu dois travailler pour t’en débarrasser ce qui n’est quand même pas rien.

      – Du coup tu peux te permettre de mettre le paquet sur la prévention ciblée.
      Je t’explique: puisque tu sais que le problème vient de l’épaisseur des muqueuses et que les bactéries pathogènes se pointent toujours au même moment de ton cycle, alors “bingo” il te “suffit” (oui je sais que c’est plus simple à dire qu’à faire) de:
      – Prendre un complément qui va aider tes muqueuses à être plus “épaisses” malgré la baisse du taux des œstrogènes. Je pense à Cistiquer ou Dimannart.
      – Te supplémenter avec du D-mannose à faibles doses en permanence (1 sachet de Ausilium fera largement l’affaire) et augmenter ce dosage à fond pendant la période à risque (tu la connais surement maintenant et tu dois malheureusement savoir reconnaitre les signes annonciateurs d’une nouvelle crise).

      Qu’est-ce que tu as comme contraception? Et ton gygy il en pense quoi?

      A plus et ne lâches pas maintenant que tu as fais le plus dur (trouver d’où ça vient).
      Bisessss

      Reply
    • Aurelie
      3 mai 2020

      Coucou. As tu trouvé une solution pour tes cystites ?

      Reply
      • Mary
        4 mai 2020

        Merci pour ce message Aurélie,

        En effet, Gigi est totalement sortie de la spirale des cystites récidivantes.
        Je vous invite à lire son témoignage ici: https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/29/qui-suis-je/
        Cet autre article pourra sans doute également vous donner des “pistes” et indications pour trouver “votre ” solution: https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2020/03/06/road-trip-se-debarrasser-de-la-cystite/
        Il est en effet indispensable, pour éradiquer la cystite et ses récidive, d’investiguer au préalable sur les causes de la problématique (facteurs prédiposants et précipitants) qui sont individuels et donc différents d’un sujet à l’autre. Une fois les origines des épisodes aigus déterminés, il est possible de mettre en place une stratégie de prévention personnalisée qui sera la méthode la plus efficace pour éviter les récidives et rechutes de manière efficace et durable.

        De tout coeur avec vous 🙂

        Reply
  • MONIQUE SZEVO
    17 mai 2018

    Super site où enfin, les “cystiteuses chroniques” sont prises au sérieux…

    Reply
    • GiGi
      21 mai 2018

      Coucou Monique et merci pour ce p’tit commentaire 😉
      Ah bon? on n’est pas prise au sérieux par les urologues hommes, la soixantaine un peu bedonnante, qui soignent des prostates à longueur de journée et finissent par nous dire que “c’est dans vôte tête ma p’tite dame” … Grrr
      Et ben tu sais quoi, tu as bien raison, ici on en parle sérieusement avec des VRAIS solutions pour s’en sortir autrement qu’en “s’essuyant de l’avant vers l’arrière” hahaha
      A plus ma belle
      Bisous

      Reply

Laisser un commentaire