Message Icon
Adresse E-Mail
Infofrance@deakos.com
Phone Icon
Numéro de téléphone
+39 0187 575150

Urétrite féminine (mais les messieurs peuvent aussi lire)

Salut la compagnie !
Ce week-end j’ai un peu fouillé dans mes tiroirs, convaincue d’avoir déjà écrit sur le sujet, et j’ai exhumé un topic (écrit pour un forum grand public hihihi) sur l’urétrite. Du coup, tadam : voici un article écolo (« recyclé » lol) sur l’urétrite de la femme, souvent confondue avec la cystite abactérienne.
Donc pour reprendre le sujet de départ : ma petit prose répondait à un sujet où il était question “d’inflammation urinaire sans infection” chez une femme, suite à des cystites bactériennes chroniques. Je voulais vraiment répondre pour deux raisons :

  • ce que l’auteure décrivait est typique d’une problématique commune à de nombreuses femmes souffrant de cystites récidivantes (et dont j’ai fait partie pendant de longues années) et, pourtant, c’est une situation que le corps médical a du mal à affronter et résoudre 🙁
    il est tout à fait possible de résoudre cela grâce à des mesures simples mais très méconnue 😀

De quoi s’agit-il?
Dans mon expérience (comme dans celle de l’auteure de ce topic) voici comment cela s’est passé:
Pendant des mois / années j’ai enchainé cystites et traitements antibiotiques. Mes cystites (en tout cas au début) étaient toujours liées à des infections urinaires (= ECBU positifs). Mais les antibiotiques étaient peu ou pas efficaces et la récidive pointait régulièrement le bout de son nez. De plus, les traitements étaient souvent accompagnés de leurs effets indésirables : mycoses, irritations, troubles digestifs, fatigue, baisse des défenses immunitaires… Je suis aujourd’hui convaincue que cela contribuait même à la récidive de mes cystites pfff….
Après environ 3/4 ans de tribulations (visites médicales à gogo, examens en tout genre, heures de cours puis journée de travail perdues, beaucoup d’argent jeté par la fenêtre etc.) j’ai commencé à ressentir comme une gêne quasi permanente au niveau du bas ventre. Au début c’était une sensation “sourde” dont je ne me rendais même pas toujours compte et dont j’avais même du mal à identifier l’origine. Mais plus le temps passait, plus cette gêne, devenue des picotements, était présente et localisée “au fond de la vessie” (celles qui ont cela comprendront) et dans l’urètre. Au bout de quelques mois (je ne saurais même pas dire avec précision combien de temps il a fallu) c’est devenu une véritable sensation de brulure, similaire à celle ressentie lors des cystites mais à la fois très différente : je n’avais pas mal quand j’urinais ! C’était même le contraire : uriner me soulageait ! Et dès que la miction était terminée la douleur reprenait et augmentait graduellement jusqu’à la miction suivante. Au point que j’allais aux toilettes de plus en plus fréquemment et sans en avoir envie juste pour “reseter” la douleur. Mon médecin et les deux urologues que je consultais à l’époque (un à l’hôpital et un en ville) n’arrivaient pas à m’expliquer ce qui m’arrivait. Les ECBU revenaient tous négatifs, du coup on parlait d’inflammation (ou irritation) mais pas d’infection. Un urologue a parlé de cystite interstitielle, un autre de problème d’ordre psychologique (sympa quand on souffre!!).
Finalement, à force de chercher, j’ai trouvé des éléments de réponse dans la littérature médicale anglo-saxonne. Il s’agissait “tout simplement” d’une urétrite bactérienne.
Chez une femme, ce diagnostic est souvent exclu pour des raisons anatomiques évidentes: l’urètre est très court. Mais un organe, aussi petit soit-il, peut quand même être malade les amis !!
En effet, on suppose que les bactéries responsables de cystites ne peuvent pas “nider” dans l’urètre féminin car elles n’y restent pas suffisamment longtemps pour pouvoir “s’accrocher”. C’est sans doute vrai pour une femme qui fait une infection urinaire dans toute sa vie. Mais quand on fait 12 à 15 par an c’est une autre paire de manches!! Dans un cas comme celui-là, l’adhésion des bactéries pathogènes sur la paroi de l’urètre est favorisée par deux mécanismes :

  • une fréquence de contact entre paroi et bactéries qui augmente énormément

  • une “qualité” et “résistance” de la paroi de l’urètre qui est diminuée à cause des infections chroniques et des traitements antibiotiques qui, en tuant les germes pathogènes, provoquent une grande productions de toxines (relâchées par les bactéries au moment de leur destruction) qui ont un effet « abrasif » (ce n’est pas très scientifique dit comme ça mais c’est l’idée) sur les muqueuses vésicale et urétrale

Et les ECBU négatifs me direz-vous ??  Et bien c’est simple : pour faire un prélèvement d’urines on écarte le premier jet ! Et c’est précisément celui-ci qui peut contenir les bactéries provenant de l’urètre. De plus, la capacité des bactéries pathogènes à créer un biofilm les rend parfois “invisibles” aux analyses de laboratoire.

Que faire contre une urétrite bactérienne chez la femme ?
FBI = Fausse bonne idée
En bonne infirmière que je suis, une fois cette hypothèse de diagnostic en main, j’ai couru chez mon médecin réclamer un antibiotique, puis un autre, puis un traitement plus long etc. Toujours de joyeux effets indésirables mais des résultats très peu probants sur mes maux (sans parler des cystites qui continuaient de s’enchainer).
Je n’ai pas trouvé d’explications “scientifiques” au fait qu’un antibiotique pourtant conçu pour lutter contre les infections urinaires n’arrive pas à agir au niveau urétral. Je suppose que cela vient du fait de l’urètre est vascularisé d’une certaine façon qui “freine” de quelques façon l’arrivée de l’antibiotique dans cette zone. Cette explication ne me satisfait pas mais, pour l’instant je n’ai rien de mieux.
Ce n’est que des années plus tard que j’ai trouvé des solutions, lorsque j’ai commencé à me renseigner sur les forums italiens (je suis mariée à un italien). Voici donc quelques conseils que j’ai suivi et qui m’ont bien réussi ! 🙂 🙂

1er: arrêter ou modérer les antibiotiques
Lorsqu’on est une femme et qu’on arrive au point d’avoir une infection bactérienne localisée uniquement dans l’urètre c’est, en général, qu’on fait des infections urinaires ou vaginales fréquentes. Les antibiotiques dans ce cas-là ne sont plus une solution fiable car ils entrainent une résistance toujours plus importante des germes en cause et amenuisent les défenses immunitaires du fait de leurs effets secondaires sur les flores physiologiques du corps.
De plus, les antibiotiques sont totalement inefficaces sur les biofilms bactériens. Lesquels sont présents dans plus de 60% des cas et, probablement, encore plus fréquemment en cas d’urétrite.

2ème: limiter les sources d’irritation de l’urètre autres que les bactéries
Pour cela “THE” conseil c’est ALCALINISER les urines. Donc: au placard les jus de cranberry et autres canneberge et busserole qui acidifient fortement les urines et les rendent plus “piquantes” ou “brulantes” si l’on veut. Il est aussi fortement conseillé de limiter les produits animaux : viandes (rouges et blanches), charcuteries, poissons et fruits de mer, laitages et fromages; ainsi que les alcools et les aliments ayant subi un processus de fermentation (pain, pizza…).
Et puis on chouchoute son méat urinaire en évitant les frottements : lubrifiant pour les rapports (en évitant le missionnaire), vêtements amples, pas de vélo ou de cheval…

3ème: se débarrasser du biofilm bactérien et des bactéries pathogènes
Pour cela, il faut mettre en contact le biofilm avec de la N-acétylcystéine (NAC) pour le “dissoudre”. Et, mettre en contact les bactéries pathogènes relâchées par le biofilm et du D-mannose pour qu’ils se lient ensemble et que le “complexe D-Mannose/bactéries” formé soit éliminé avec le flux urinaires
Si les mécanismes exacts de fonctionnement vous intéressent, tout est expliqué ici 🙂
Sauf que, “mettre en contact” des substances contenues dans l’urine avec des bactéries présentent dans l’urètre c’est plus facile à dire qu’à faire ! En effet, le temps moyen d’une miction n’est que de quelques secondes. Cette durée est donc insuffisante pour obtenir les effets bénéfiques recherchés.

4ème: la méthode MIM
C’est par ici les amis 😉

GiGi

Ex-cystiteuse et professionnelle de santé !

10 Comments

  • So
    22 février 2024

    Bonjour,
    Je n’ai jamais été sujette aux infections urinaires ou cystites, je n’en n’ai d’ailleurs jamais eu!
    Récemment, après reprise de rapports sexuels après une longue période d’abstinence, j’ai commencé à sentir des chatouilles au niveau de l’entrée du vagin, ce qui m’a poussé à consulter pour prélèvements et analyses IST. Les résultats chlamydia / gonocoques se sont avérés négatifs et il est apparu dans les analyses la présence de quelques colonies de Candida Albicans pour lesquels j’ai été traitée dans un premier temps par crème et ovules (2) puis après consultation en urgence chez la gynécologue par voie orale (deux comprimés). cette dernière m’a demandé de faire une recherche PCR urines de Microplasme qui s’est avérée négative.
    Depuis, et après deux/trois semaines de tous ces symptômes, j’ai commencé a ressentir des douleurs aux lombaires (inhabituelles), au niveau de ce qui me semblent être les reins et une envie plus fréquente d’uriner et de façon impérieuse. Sans aucune sensation de douleurs ou de brûlures ni de difficultés à évacuer.
    J’ai reconsulté mon médecin qui m’a donc prescrit ECBU et prise de sang. Pas de leucocytes dans les usines mais une Hématurie. La recherche bactériologique indique la présence d’une flore polymorphe et donc la recherche n’est pas poursuivie car l’échantillon est selon eux contaminé (j’ai pourtant lavé et désinfecté mes mains, puis mon vagin, puis évacué le premier jet et respecté toutes les étapes!)
    Je suis donc retournée chez le médecin ce matin, qui me prescrit une nouvelle analyse plus recherche des protéines et autres choses plus écho vessie et voies rénales.
    Ma question et mes doutes sont les suivants:
    Est-il possible que la recherche de mircoplasme par pcr soit moins efficace?
    J’ai lu que l’urétrite est forcément la conséquence d’une IST ( https://www.sante.fr/antibiomalin-pour-savoir-comment-bien-utiliser-les-antibiotiques/uretrite-infection-sexuellement-transmissible ). Si toutes les recherches d’Ist se sont avérées négatives puis-je évacuer le diagnostique urétrite?
    Enfin, dernier symptôme, lors de mon dernier rapport j’ai senti une douleur type pression pelvienne, avec envie d’uriner…cela peut-il être lié?
    Je précise que mes analyses sanguines sont dans l’ensemble satisfaisantes et ne manifestent pas d’anomalies…

    Merci enfin pour tous vos articles et détails offerts dans vos différentes réponses!

    Reply
    • Mary
      22 février 2024

      Merci pour ce commentaire So et bien triste pour vous et cette situation :-/

      Je me permets ici (encore) de rappeler, par soucis éthique de transparence, que l’équipe qui gère le blog n’est pas composée de médecins et que nos remarques et suggestions ne se substituent en aucun cas à un avis médical et ne constituent donc en aucun cas un diagnostic ou prescription.

      1) Concernant la détection des Mycoplasmes par PCR
      En effet, cet examen peut donner lieu à des « faux négatifs » surtout lorsqu’il est effectué sur des fluides (sang ou urines). En effet, les Mycoplasmes sont des bactéries très particulières qui ont transformé leur faiblesse en force : étant très petites et fragiles (car privées de membrane externe) elles colonisent les tissus par le biais d’un mécanisme de pénétration intracellulaire. Les examens les plus fiables pour les détecter s’effectueront donc sur des prélèvements tels que le PV (prélèvement vaginal) ou le prélèvement urétral (de moins en moins proposé et pratiqué en raison des difficultés de la manœuvre et sa nature invasive).
      2) Concernant les causes de l’urétrite
      Les informations que vous avez lu ne sont que partiellement vraies et concernent majoritairement les cas masculins. En effet, s’il est vrai que la majorité des diagnostics d’urétrite sont posés pour l’homme et dans un contexte d’IST, il n’en demeure pas moins que cette problématique :
      – Existe aussi chez la femme
      – Peut être la conséquence d’irritations répétées du canal urétral sans lien avec une IST mais de nature infectieuse urinaire et/ou vaginale
      – Peut survenir dans un contexte totalement abactérien et pour d’autres causes (inflammatoires)

      3) Bien que votre commentaire soit très complet au sujet de l’historique récent, avec des éléments qui peuvent être lus comme « clé » pour comprendre votre problématique (je pense à des troubles inflammatoires et dysbiotiques vulvo-vaginaux et urinaires post-coïtaux), quelques informations fondamentales sont manquantes ; je me permets donc de vous demander :
      – votre âge
      – votre contraception
      – l’état de votre flore de Döderlein (Lactobacilles) sur le dernier prélèvement vaginal

      Espérant que ces premiers éléments vous soient utiles pour avancer, de tout cœur avec vous ❤

      Reply
  • Paulina
    13 janvier 2022

    Bonjour,
    J’ai toujours ete sensible aux infections urinaires, depuis petite fille j’en faisais regulierement. Ca s’est calmer adolescente.
    Puis ensuite j’ai ete sujette aux infections urinaires post coitales, avec beaucoup de rechutes. J’ai parfois eu des annees ou il ne se passait rien et d’autres ou je faisais plusieurs infections par mois.
    Il y a deux ans j’ai eu des douleurs uirnaires et vesicales, et une legere irriation des muqueuse pendant 6 mois (!!!) j’ai multiples ECBU et autres tests (tous negatifs), pris multiples antibiotiques (sans success), fais une cystoscopie (rien d’anormal) …. finalement lassee de voir tous docteurs qui n’y comprennait rien et me disait que c’etait dans ma tete, j’ai tout arrete. Je prennais juste des anti-inflamatoires contre les douleurs. Et s’est passe complement.

    Depuis quelaues jours suite a un rapport je ressens de nouveau ces etranges douleurs. Je prend du ausilium forte, Dmannoro et ausslium crema, je bois d vinaigre de cidre dans l’eau pour alcaniser les urines… mais les symptomes restent legerement.

    Du coup, je m’interroge sur la presence d’un biofilm (comment savoir ?), si c’est une uretrite ou meme une mycose ?

    Reply
    • Coco
      25 janvier 2022

      Bonjour Pauline, un grand merci pour ton commentaire et ta description si détaillée de votre situation !
      Je suis désolée qu’au cours de votre parcours tu n’aies pas pu trouver une oreille attentive, mais malheureusement cela arrive assez souvent.
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2021/02/26/cystite-recidivantes-stress-et-errance-medicale/

      Maintenant, l’important est d’agir sur les facteurs de risques de ta problématique (que tu sembles avoir bien identifié) et mettre en place une démarche ciblée.
      Tu mentionnes de cystite post coïtale et au même temps une situation abactérienne, les résultats de tes examens sont tous négatifs ce qui ne soupçonne pas la présence d’une mycose comme tu demandes.
      Surement la récidivité des cystites (pour le plus post-coïtales ) et la prise répété d’antibiotiques a créé un « cercle vicieux » qui a contribué à baisser l’immunité locale de ta flore et augmenter l’irritation de la muqueuse vésicale et des muqueuses vulvo-vaginales, ce qui peut expliquer tes douleurs suite à un rapport.

      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/11/09/mecanismes-de-la-cystite-post-coitale-et-pistes-de-prevention/
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/06/06/anatomie-des-voies-urinaires-basses-et-gags/
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2021/10/19/cystite-abacterienne-synthese/

      Concernant ta question sur la présence ou non d’un biofilm , effectivement même une situation abactérienne et récidive comme la tienne ne peut exclure la présence d’un biofilm pathogène.
      Même si, dans ton cas et vus tes antécédents ce n’est pas la première chose à laquelle on pense.

      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/09/06/biofilm-en-long-en-large-et-en-travers/

      Dans un cas comme celui-ci il convient surtout d’agir contre les irritations et l’inflammation avec une série de mesures:

      – soutenir les fonctions de réépithélisation de la paroi vésicale comme de sa couche protectrice (GAGs)
      – soutenir le trophisme vulvo-vaginal
      – recoloniser et renforcer la flore de Döderlein
      – restaurer les défenses immunitaires locales
      – réduire les irritations de la sphère uro-génitale
      – plaquer l’inflammation
      – dissoudre un éventuel biofilm
      – un régime alimentaire tendanciellement alcalinisant comme tu es déjà en train de faire
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2021/02/05/cystite-diete-alcaline/

      Concernant les produits Deakos serait d’associer :
      – Cistiquer et Dimmanart pour retablir l’equilibre des muqueuses et combattre l’inflamation
      – Ausilium Crema tous les jours pour apaiser et hydrater tes muqueuses (appliquer en interne et externe)
      – Pealen crema (en externe) t’aiderait sans doute également car plus actif sur la partie gêne / douleur
      +
      – Faire un cycle de Ausilium NAC et Ausilium 20 Plus pour agir contre le biofilm
      – Ausilium Lavanda pour recoloniser et renforcer la flore de Döderlein
      +
      – Ausilium Crema : 1 application avant chaque rapport et, si nécessaire, après
      – D-MannOro : 1 sachet, après chaque rapport.

      Pour la posologie je te conseille de contacter directement Deakos et d’écrire un mail : infofrance@deakos.com

      Espérant que ma réponse te sera utile, plein de bonnes choses !
      Coco

      Reply
  • Boop
    10 avril 2019

    Bonjour Olga,

    Vous soulevez plusieurs questions, très intéressantes. J’aimerais, avant toute chose, vous demander quel est ce médicament antispasmodique que vous a prescrit l’urologue pour l’urètre, car je souffre aussi de spasmes urétraux et on ne m’a jamais rien donné pour cela, pourtant, c’est une douleur intense.
    A t-on déjà trouvé une bactérie dans vos urines ? Avez-vous contracté, un jour, une urétrite ? Evidemment, cela fait longtemps que vous souffrez et il arrive qu’une bactérie s’enkyste et on ne la voit plus, bien protégée qu’elle est par le biofilm.
    Apparemment, les manipulations visant à réduire les douleurs liées au nerf pudendal vous soulagent, ce qui est une véritable bonne nouvelle. Vous avez pris les choses à temps et c’est bien. Si vous trouvez déjà une amélioration après ces 2 séances, il y a des chances pour que ce problème soit résolu.
    Que faire pour vous soulager plus encore ? je n’arrive pas bien à cerner quel est le degré de vos douleurs, si ce sont des douleurs, si ce sont des cystites à répétition, quels sont les symptômes exacts.
    Si vous pensez qu’un germe, puisque vous en parlez, a pu s’enkyster, vous pouvez tenter une cure de NAC et prendre du d-mannose, cela sur une période donnée, que vous pouvez définir avec Mary. Si vous voyez un changement, cela vous aidera à cerner l’origine de votre problème : biofilm ou pas .
    Pour la méthode MIM qui a été citée, je l’ai testée. Je pense avoir une urétrite (pour le coup, je sais quand j’ai contracté la MST) qui s’est chronicisée. Je fais des cures de NAC et d’ausilium depuis l’an dernier, ce qui a permis de diminuer le taux de la bactérie qui était présente (et visible dans les urines). Cependant, l’urètre me fait terriblement mal, toujours. Et je ne peux absolument pas appliquer la méthode MIM. J’ai essayé une première fois, je n’y parvenais pas, il est déjà difficile, pour moi en tout cas, de bien connaitre mon anatomie intime, mais le méat, c’est pire que tout, même les infirmières d’une clinique ont eu du mal à le trouver. Aussi, alors que l’on a une envie pressante, que l’on a pris le d-mannose 1 heure avant (et, sur moi, il a l’effet suivant, il me donne très vite envie d’uriner), s’assoir sur les toilettes et empêcher l’urine de sortir en posant ses doigts au niveau du méat, c’était impossible. Et surtout, j’ai eu très mal ensuite. Mary m’a donc conseillé d’arrêter. Environ 1 an plus tard, j’ai voulu tenter de nouveau, mon état s’était amélioré, et les séances de kiné m’ont permis de mieux prendre conscience de mon périnée, d’en avoir moins peur. J’ai donc tenté une seconde fois, il y a quelques semaines, j’y suis parvenue, ayant appris à décontracter mon périnée, je pense que je respectais la technique MIM. Mais, là encore, j’ai eu affreusement mal par la suite, mon urètre semblait s’être “raidi”, et, si, par malheur, j’avais effectué cette manoeuvre le soir, avant d’aller dormir, je ne dormais pas du tout, tant j’avais mal. Aussi, je ne sais pas si cette technique me convient. Il est bien d’essayer mais faut-il insister, là, je ne saurais le dire. Pour ma part, je n’ai pas continué.
    Vous pouvez tenter une cure de NAC et ausilium, tenter la méthode MIM et voir les effets, et poursuivre la kinésithérapie qui semble beaucoup vous aider.
    Vous nous tiendrez au courant si vous le souhaitez.

    Reply
  • Olga
    25 mars 2019

    Bonjour
    Je mis attentivement votre site depuis plusieurs semaines, mille mercis pour vos articles et votre aide !!!

    J’ai la quarantaine, et j’ai depuis au moins 10 ans des épisodes de cystite sans bactérie, mais plutôt léger et qui duraient maximum 1 semaine. J’avais remarqué que le port de pantalons serrés et les rapports (aussi ceux sans coit) pouvaient en provoquer.

    Mais depuis 1 an, les épisodes durent plus longtemps et sont plus intenses. Actuellement, cela fait 2 mois….
    J’ai consulté un urologue qui m’a prescrit un antispasmodique pour l’urètre et de la bruyère. J’avais en effet de grosses douleurs à l’urètre.
    Je fais aussi des séances chez le kine pour détendre le plancher pelvien. Cela va déjà mieux.

    J’ai, supprimé les aliments très acides et j’ai l’impression aussi qu’il y a du mieux.

    Un autre kine m’a manipulé car j’avais des douleurs au niveau de la cuisse qui irradiaient et qui venait du nerf pubendal. Je dois y retourner car j’ai encore des douleurs (moins depuis la manipulation).

    Donc pour résumer, et après bien lu vos articles, j’ai l’impression d’avoir une uretrite (je n’ai pourtant eu qu au maximum 5 cystite avec des germes dans ma vie). Et aussi avoir le nerf pubendal qui est compressé et irradie.

    Pensez vous qu’une cure d asilium serait profitable ou il vaut mieux être sûr des causes ?
    Que feriez vous à ma place ?

    Merci d’avance pour votre réponse…. Et du temps que vous y passerez si vous le pouvez.

    Reply
  • Ju
    2 mars 2019

    Je suis concernée par ce problème depuis bientôt deux ans. J’avais des douleurs au quotidien (vessie urètre). Grâce aux produits Deakos, j’ai pu soigner mes douleurs vésicales. Mais mon urètre continuait à me faire souffrir, notamment le soir au moment d’aller me coucher.
    Depuis quelques semaines je pratique la méthode MIM (grâce aux mails des conseillers Deakos qui sont très à l’écoute) sincèrement les résultats sont déjà là : je peux compter sur les doigts de la main les douleurs que j’ai eues ce mois-ci et je vais me coucher sans souffrances ces dernières semaines ! Il faudra certainement encore du temps et des efforts pour régler mes problèmes d’infections urinaires mais ne plus souffrir c’est déjà énorme ! Alors lancez-vous 🙂 Je dis ça car j’ai hésité à pratiquer cette méthode (j’avais déjà lu ce conseil dans un article de Gigi mais je ne m’étais pas lancée) pour différentes raisons, je ne trouvais pas ça pratique et j’avais peur d’avoir mal davantage. Il est vrai que ça peut être parfois désagréable ou douloureux sur l’instant mais personnellement une fois la miction terminée je sens tout de suite les bienfaits !
    Courage à toutes et à tous et merci Gigi pour cet article 😀

    Reply
    • Mary
      18 mars 2019

      Un grand merci pour ce commentaire Ju et pour votre feed-back 🙂
      Ravie que votre apprpche et vos efforts soient récompensés et de tout coeur avec vous pour la suite <3

      Reply
  • Verolmb
    1 mars 2019

    Les deux nouveaux articles qui concernent également ces messieurs me paraissent complémentaires, complets et très intéressants. Bravo pour votre travail

    Reply

Laisser un commentaire