Cystite/Infection urinaire récidivantes: le biofilm comme explication

Salut la compagnie,

 

« Ex-cystiteuse » chronique (10 ans d’enfer derrière moi) et infirmière de métier, je me suis largement intéressée à la question et voulais partager avec vous une donnée très méconnue : l’implication du biofilm bactérien dans les infections urinaires basses chroniques.

 

Le biofilm bactérien est un ensemble de bactéries (parfois toutes de la même espèce, parfois d’espèces différents, parfois associées à des levures et autre micro-organismes) qui « tissent » un « manteau de protection » autour d’elles et s’enferment dedans. De cette façon elles s’installent durablement dans la vessie car à l’intérieur de cette « carapace » elles ne peuvent être attaquées ni par nos défenses naturelles, ni par les antibiotiques. Par contre elles interagissent avec le milieu extérieur et « apprennent » quelles sont nos défenses, mutent et deviennent de plus en plus résistantes. Voilà pourquoi la prise d’antibiotiques chronique est très fortement déconseillée surtout en cas de cystites récidivantes.

Cette pratique ne fait que renforcer l’antibio-résistance des « persisters cells » = bactéries « souches » qui sont à l’intérieur du biofilm. Ces dernières peuvent se mettre en sommeil pendant de longues périodes donnant ainsi l’impression d’une guérison totale puis se réveiller au moment propice (baisse des défenses immunitaires, grossesse…) pour « réattaquer ».

 

Pour en savoir plus sur les biofilms bactériens je vous renvoie à cette « leçon » très bien faite du Professeur Philippe Sansonetti, médecin et un chercheur en microbiologie, chercheur à l’Institut Pasteur et professeur au Collège de France:

https://www.college-de-france.fr/media/philippe-sansonetti/UPL6963899673740426872_20100114.pdf

 

En présence de biofilm bactérien le « parcours type » de la patiente (car cela concerne plus les femmes que les hommes pour des raisons anatomiques évidentes = urètre court) ressemble en général à ça :

– infection urinaire avec ecbu positif (par ex: e.coli) => traitement antibio => « guérison »

– mycose vaginale et/ou troubles digestifs dus à l’antibiotique (car en général c’est un antibiotique à spectre large qui est utilisé) + symptômes de cystite avec ecbu négatif => pas de traitement pour la cystite et « rémission spontanée » / ovules, gel intime… pour la mycose + probiotiques pour la flore intestinale (et régime alimentaire sans fibre pendant quelques jours)

– réinfection urinaire avec ecbu positif (parfois la bactérie est la même mais si le biofilm est polymicrobien cela peut être une autre, par ex: klebsiella) …etc

 

Je passe sur tous les effets collatéraux de ce cercle vicieux = libido en baisse, moral en baisse, arrêt de travail, douleurs…

Pour sortir de cette spirale « infernale » il convient d’adopter une approche radicalement différente du problème : il faut détruire le biofilm et combattre les bactéries ET, en même temps, protéger les bonnes flores et les aider à se restaurer pour que nos propres défenses naturelles puissent être efficaces.

Pour cela, il faut:

– employer une substance capable de « faire fondre » (pour le dire simplement) le biofilm : la N-AcétylCystéine (NAC).

– l’associer à du D-mannose qui va se charger des bactéries libérées au cours de la « dissolution » du biofilm. Il vient se lier aux bactéries qui deviennent donc vulnérables et les entraine vers l’extérieur de la vessie en même temps que les urines.

 

Vues les différents messages que je reçois au sujet de la dissolution du biofilm, j’ajoute un énorme ATTENTION : on trouve de la NAC dans tout un tas de produits (vendus sans ordonnance) comme par exemple dans les dispositifs médicaux qui font « fondre » les sécrétions nasales et bronchiques en cas de toux grasse ou nez bouché. Bien sûr, en cas de cystite il faut employer un produit ciblé sur la vessie comme Ausilium NAC et pas ceux-là. Sinon, vous courez droit à la catastrophe : dissolution du biofilm trop brutale et pas assez de D-mannose pour « gérer » les bactéries libérées => crise assurée et douleurs je vous en parle même pas. Avec Ausilium NAC, au contraire, les dosages sont conçus pour laisser le temps au D-mannose de faire son job de « nettoyage » et d’éliminer toutes les bactéries pathogènes.

 

En plus, le D-mannose est l’un des constituants normaux des parois de la vessie, il va donc aider à sa « reconstruction ». Et pas d’effets secondaires (contrairement aux antibio).

 

Pour ce qui est des flores intestinales et vaginales l’utilisation de probiotiques (plusieurs souches de lactobacilles et Bifidobacterium) associés à des prébiotiques (Fructooligosaccharides) est une bonne piste. A titre perso je conseille Deaflor mais là, vous avez l’embarras du choix.

 

Sachant que par « cystite chronique » on entend plus de 4 épisodes par an et que l’on estime qu’on estime que plus de 60% des infections bactériennes impliquent un biofilm bactérien, j’espère que cette petite explication sans prétention pourra aider certaines.

 

[ratings]

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Eve dit :

    Je sais pas si vous aller voir mon message … j’ai eu une infection urinaire ecoli bon recistante à la bactérie alors antibio os bon j’ai changer bref 1
    Mois et demi tjrs pression dans le bas du ventre … j’attend d’aller voir l’urologue et j’ai peur d’avoir une vessie douloureuse .

    Sa été long avant de ne plus avoir d’infection avec l’analyse d’urine mais là c’est négatif depuis 2 semaines ce qui me désole vraiment .
    Je suis au Canada qu’est ce que je peux prendre pour le biofilm
    Je prend du d-mannose
    Aidez moi svp

    • Mary dit :

      Merci pour ce commentaire Eve et bien triste de vous lire :-(

      Certains éléments de votre témoignage évoquent effectivement la possible présence d’un biofilm:
      – l’échec de la première thérapie antibiotique
      – la persistance de l’infection urinaire plus de 72h (ce qui favorise la formation de la matrice du biofilm qui permet aux germes de persister dans la vessie et devenir résistants aux antibiotiques)
      – la présence initiale d’E. coli (principale souche « biofilm-productrice)
      – la persistance d’une symptomatologie douloureuse malgré l’apparente résolution de l’infection

      Ce dernier point pourrait également être évocateur d’une inflammation vésicale importante.

      Dans tous les cas, penser à une SVD (syndrome de la vessie douloureuse) chez vous me semble prématuré et inapproprié, rassurez-vous ;-)

      Dans un cas comme le vôtre, je suggèrerais l’approche suivante:

      1) Une intervention spécifiquement ciblée contre le biofilm pathogène pour :
      – désagréger la matrice polysaccharidique
      – libérer, neutraliser et éliminer les germes uropathogènes persistants qu’elle contient
      – éradiquer le foyer infectieux latent

      2) Une intervention de soutien en faveur de :
      – la réépithélisation de la paroi vésicale
      – la reconstruction de la couche supérieure protectrice des GAG (glycosaminoglycanes)
      – la réduction de l’inflammation et de la symptomatologie (douleur, brulure, urgence et fréquence mictionnelle)

      3) Une prévention contre les récidives futures avec la prise associée de:
      – D-mannose pour combattre naturellement les germes uroapthogènes pouvant arriver dans la vessie
      – alcalinisant urinaire pour maitriser le pH des urines
      – anti-inflammatoire naturel (Morinda citrifolia) pour calmer la symptomatologie
      – immunomodulant pour soutenir les défenses immunitaires physiologiques
      + Il pourra être nécessaire de coutenir également les flores physiologiques (abimées par les thérapies antibiotiques successives) au travers une prise de probiotiques bien choisis.

      Plus pragmatiquement, ces conseils se traduisent de la manière suivante:

      1 + 3) Un premier cycle de 15 jours avec:
      – Ausilium NAC : 1 flacon, matin et soir, loin des repas
      – Ausilium 20 PLUS : 1 sachet, milieu de journée, loin des repas

      Suivi d’une phase de maintien / prévention de 4 semaines avec :
      – Ausilium NAC : 1 flacon par jour, loin des repas
      – Ausilium Forte : 1 mesurette rase, 1 à 3 fois par jour, loin des repas

      2) Une prise parallèle de Cistiquer (2 comprimés par jour) pendant 6 semaines au moins.
      Cette prise s’associant à une bonne hygiène de vie:
      – alimentation alcalinisante
      – hydratation abondante et régulière
      – mictions régulières et physiologique ( = vidange vésicale complète)
      – vêtements amples et sous-vêtements en coton blanc

      3) En parallèle également, une prise de probiotiques associés à des prébiotiques) comme par exemple Deaflor.

      PS: les produits cités sont disponibles chez Deakos avec expédition au Canada possible sur demande ;-)

      De tout coeur avec vous <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif