Cystite/Infection urinaire récidivantes: le biofilm comme explication

Salut la compagnie,

 

« Ex-cystiteuse » chronique (10 ans d’enfer derrière moi) et infirmière de métier, je me suis largement intéressée à la question et voulais partager avec vous une donnée très méconnue : l’implication du biofilm bactérien dans les infections urinaires basses chroniques.

 

Le biofilm bactérien est un ensemble de bactéries (parfois toutes de la même espèce, parfois d’espèces différents, parfois associées à des levures et autre micro-organismes) qui « tissent » un « manteau de protection » autour d’elles et s’enferment dedans. De cette façon elles s’installent durablement dans la vessie car à l’intérieur de cette « carapace » elles ne peuvent être attaquées ni par nos défenses naturelles, ni par les antibiotiques. Par contre elles interagissent avec le milieu extérieur et « apprennent » quelles sont nos défenses, mutent et deviennent de plus en plus résistantes. Voilà pourquoi la prise d’antibiotiques chronique est très fortement déconseillée surtout en cas de cystites récidivantes.

Cette pratique ne fait que renforcer l’antibio-résistance des « persisters cells » = bactéries « souches » qui sont à l’intérieur du biofilm. Ces dernières peuvent se mettre en sommeil pendant de longues périodes donnant ainsi l’impression d’une guérison totale puis se réveiller au moment propice (baisse des défenses immunitaires, grossesse…) pour « réattaquer ».

 

Pour en savoir plus sur les biofilms bactériens je vous renvoie à cette « leçon » très bien faite du Professeur Philippe Sansonetti, médecin et un chercheur en microbiologie, chercheur à l’Institut Pasteur et professeur au Collège de France:

https://www.college-de-france.fr/media/philippe-sansonetti/UPL6963899673740426872_20100114.pdf

 

En présence de biofilm bactérien le « parcours type » de la patiente (car cela concerne plus les femmes que les hommes pour des raisons anatomiques évidentes = urètre court) ressemble en général à ça :

– infection urinaire avec ecbu positif (par ex: e.coli) => traitement antibio => « guérison »

– mycose vaginale et/ou troubles digestifs dus à l’antibiotique (car en général c’est un antibiotique à spectre large qui est utilisé) + symptômes de cystite avec ecbu négatif => pas de traitement pour la cystite et « rémission spontanée » / ovules, gel intime… pour la mycose + probiotiques pour la flore intestinale (et régime alimentaire sans fibre pendant quelques jours)

– réinfection urinaire avec ecbu positif (parfois la bactérie est la même mais si le biofilm est polymicrobien cela peut être une autre, par ex: klebsiella) …etc

 

Je passe sur tous les effets collatéraux de ce cercle vicieux = libido en baisse, moral en baisse, arrêt de travail, douleurs…

Pour sortir de cette spirale « infernale » il convient d’adopter une approche radicalement différente du problème : il faut détruire le biofilm et combattre les bactéries ET, en même temps, protéger les bonnes flores et les aider à se restaurer pour que nos propres défenses naturelles puissent être efficaces.

Pour cela, il faut:

– employer une substance capable de « faire fondre » (pour le dire simplement) le biofilm : la N-AcétylCystéine (NAC).

– l’associer à du D-mannose qui va se charger des bactéries libérées au cours de la « dissolution » du biofilm. Il vient se lier aux bactéries qui deviennent donc vulnérables et les entraine vers l’extérieur de la vessie en même temps que les urines.

 

Vues les différents messages que je reçois au sujet de la dissolution du biofilm, j’ajoute un énorme ATTENTION : on trouve de la NAC dans tout un tas de produits (vendus sans ordonnance) comme par exemple dans les dispositifs médicaux qui font « fondre » les sécrétions nasales et bronchiques en cas de toux grasse ou nez bouché. Bien sûr, en cas de cystite il faut employer un produit ciblé sur la vessie comme Ausilium NAC et pas ceux-là. Sinon, vous courez droit à la catastrophe : dissolution du biofilm trop brutale et pas assez de D-mannose pour « gérer » les bactéries libérées => crise assurée et douleurs je vous en parle même pas. Avec Ausilium NAC, au contraire, les dosages sont conçus pour laisser le temps au D-mannose de faire son job de « nettoyage » et d’éliminer toutes les bactéries pathogènes.

 

En plus, le D-mannose est l’un des constituants normaux des parois de la vessie, il va donc aider à sa « reconstruction ». Et pas d’effets secondaires (contrairement aux antibio).

 

Pour ce qui est des flores intestinales et vaginales l’utilisation de probiotiques (plusieurs souches de lactobacilles et Bifidobacterium) associés à des prébiotiques (Fructooligosaccharides) est une bonne piste. A titre perso je conseille Deaflor mais là, vous avez l’embarras du choix.

 

Sachant que par « cystite chronique » on entend plus de 4 épisodes par an et que l’on estime qu’on estime que plus de 60% des infections bactériennes impliquent un biofilm bactérien, j’espère que cette petite explication sans prétention pourra aider certaines.

 

[ratings]

Vous aimerez aussi...

28 réponses

  1. I. dit :

    J ai oublie de preciser qu a une analyse d urine on m a decouvert un germe – Enterobacter aerogenes, mais en faible quantite, sans leucocyturie. Au cas ou c est cette bacterie responsable de la cystite et non pas E.Coli est-ce que la D mannose a d effet? Merci.

    I.

  2. I. dit :

    Bonjour,

    Je vous ecris car j ai un probleme similaire. Depuis 8 mois j ai une cystite chronique. Ca a debute avec des symptomes aggressifs d IU, j ai pris un monuril, ca ma soulage pour une semaine et puis les symptomes sont reapparus – douleur en bas de la vessie/uretre, urgence, frequence. Depuis lors les resultats sont negatifs. J ai pris differents antibiotiques pendant 1 mois qui ont fait pire et donc j ai decide d arreter les antibiotiques et changer mon regime alimentaire. Depuis 6 mois je privilegie les produits alcalins, j evite l alcool, cafe, condiments, argumes, etc et j ai vu une amelioration. Avec un peu d exercice maintenant je n ai pas beaucoup de frequence/urgence, mais une douleur persistante au niveau de l uretre et vessie, surtout quand la vessie se remplit (a 200-300 ml) et pendant les rapports sexuels. Une cytoscopie a confirme une legere cystite chronique. Mon urologue en France, Professeur Haab m a dit qu il s agit d une cystite chronique – donc une infection dans le paroi de la vessie qui va passer de soi, a son avis. Pourtant elle n est pas disparrus et mes douleurs sont plus ou moins intenses d une semaine a l autre. En ce moment, mon urologue au Luxembourg m a propose de faire des instillations de Gepan, 1 fois par semaine pendant 6 semaines. J ai fait une premiere instillation mercredi dernier mais je trouve que mes symptomes sont pires et les tests que je fais a la maison montrent des leucocytes. Est-ce que vous pensez que ces instillations peuvent aider ou faire encore pire? Je voudrais essayer D-Mannose et Ausilium NAC, je suis tombee sur votre site et je pense que c est une bonne piste. J ai achete Femmanose et je vais commander D-Mannose en gelules et Ausilium NAC (***LIEN COMMERCIAL MODIFIE PAR LA MODERATION***). Auriez-vous l amabilite de me guider un peu en ce qui concerne les dosages et combien de fois par jour? Est-ce qu il y a une limite dans le temps?

    Merci beaucoup d avance.

    I.

  3. maryline dit :

    Le dmannoro et au ausilium nac comment je doi lui donner et si Elle a une autre cystite la posologie du dmannoro pour ma fille 6 ans 22kilo

    • Mary dit :

      La posologie idéale serait la suivante (en phase aigue):
      – Matin: D-MannOro (1/2 sachet)
      – Midi : Ausilium NAC (2.5ml)
      – Goûter: D-MannOro (1/2 sachet)
      – Soirée: Ausilium NAC (2.5ml)

      Courage !

  4. maryline dit :

    Ausilium NAC est ce que sa va lui donner une autre cystite?

  5. maryline dit :

    Sans lausilium sa va pas detruire le biofilm chez dakos Elle me disai faire une cure de 15 jour avec ausilium NAC 2,5ml matin et soir quen pensez vous

    • Mary dit :

      Oui, c’est effectivement ce qu’il faudrait faire.
      L’usage de Ausilium NAC chez un enfant doit cependant être soumis à l’avis médical (ce produit est sans dangers mais le principe de précaution prime toujours en pédiatrie!) et se faire selon des dosages adaptés à la petite enfance = 1/4 de dose pour 25kg de poids.

  6. Florence DURAO dit :

    Bonjour, j’ai découvert votre site et vos recommandations pour traiter les infections urinaires récidivantes et/ou à germe résistant. Je suis moi même victime de ces infections urinaires depuis l’adolescence (j’ai maintenant 52 ans) traitées à chaque fois avec des antibio. il y a eu des périodes calmes et puis ça repartait. Je n’avait jamais fais la liaison avec les rapports sexuels car l’infection ne survenais pas le jour même mais le lendemain et pourtant je pense qu’il y a bien une relation. Cela était désagréable mais supportable jusqu’en déc 2019 ou je refais une I.U, je prends la Fosfomycine comme à l’accoutumé sauf que cette fois ci les symptômes réapparaissent 3j après, je consulte mon médecin qui me prescrit un antibiotique de la famille des quinolones mais les résultats n’étaient pas terribles. Au final après revisite chez le médecin et represcription d’antibio. je consulte internet et repère rapidement un traitement naturel « la D. mannose » j’arrête l’antibio. et le remplace par la D.mannose et le tour est joué. sauf qu’en juillet 2019 6mois après je refais une I.U je prends mon D.mannose mais ça ne suffit pas, les symptômes s’aggravent m’obligeant à prendre un autre antibio la « Cefixime » qui me cause des effets secondaires chaire de poule, vertige, maux de tête, nausée, j’arrête alors l’antibio et absorbe beaucoup de D.mannose et en viens à bout en 3j.
    Tout se passe bien jusqu’à la veille du réveillon du 31/12/2019 ou le lendemain d’un rapport sexuel je rechute. Comptant bien ne pas utiliser d’antibio. je prends le D.mannose + HE de tea tree 2 gouttes 2x/jours sur un morceau de banane pour éviter le sucre mais la situation s’aggrave avec des mixions répétitives et l’urine qui devient rose sur le papier. Je fais un ECBU qui indique bien 143000 leucocites mais le germe n’est pas identifier pour cause de multi/bactérie. j’avais si peut d’urine surtout après un 2ème jet et j’ai du mal m’y prendre ou mal me désinfecter du coup je reprends l’antibio qui m’avait soulagé mais pas guérit et le complète avec la D.Mannose mais là encore après 24h de tranquillité les symptômes reviennent. J’ai donc interrompu le Logiflox pour prendre de l’amoxiciline/acide clavulanique je complète avec la D.mannose et toujours l’HE de tea tree + de l’ERGYBASE qui est un désacidifiant que je viens d’acheter en pharmacie. la D. mannose que j’utilise « FE-Mannose » elle contient 2g de D-mannose/sachet et même en n’en prenant toutes les 2 heures je ne suis pas parvenu à bout des infections. Jusqu’à présent il s’agissait de l’Echerichiacoli. Je pense que c’est toujours lui en cause mais qu’il est devenu résistant. la D.mannose me soulage bien je sens bien la différence mais n’arrive pas à me guérir sans antibiotiques. Je suis très inquiète. Pour le moment les symptômes sont réduits au bout du 1.5j de prise d’Amoxiciline mais je crains que cela reparte.

  7. Maryline dit :

    Merci Mary ausilium light je peux lui en donner avec d-mannoro a ma fille, on a vu un specialiste qui veu lui faire une cystographie retrograde pour voir si elle a pas un reflux avec un calcul du debit urinaire pour voir si Elle vide bien sa vessie cdlt

    • Mary dit :

      Cet examen est effectivement indispensable pour exclure toute anomalie anatomique et pouvoir avancer dans la prévention et le combat contre les cystites de manière sereine.
      Si vous donnez déjà D-MannOro à votre fillette, inutile d’y ajouter Ausilium Light, le premier étant déjà 100% D-Mannose et orosoluble ce qui facilite la prise (et à bon goût pour les enfants).

      De tout coeur avec vous et votre fille :-)

  8. Maryline dit :

    Ma fille de 6 ans fait des cystite depuis 1ans et sa recidive tou les 2 mois maintenant tou les mois avec presence echericha colli est ce que je peux lui donner du d manner merci

    • Mary dit :

      Merci pour ce commentaire Maryline et bien triste pour votre petite fille.
      Le D-Mannose est un principe actif totalement sûr puisqu’il ne présente aucun effet secondaire ni risque de surdosage ou accoutumance. Il peut donc tout à fait être donné à votre enfant (à raison de 250mg par 25kg de poids). Vous pouvez donc d’ores et déjà opter pour Ausilium Light https://deakos.fr/prodotto.php?tid=143 ou D-MannOro https://deakos.fr/prodotto.php?tid=55 et lui en proposer 2 à 4 fois par jour, loin des repas (2h après / 1h avant de manger). L’idéal étant de pouvoir, avec l’accord de votre médecin, lui proposer Ausilium 20PLUS qui associe le D-Mannose à un immunostimulant et un alcalinisant urinaire pour les raisons évoquées dans cet article: https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/09/06/comment-choisir-un-bon-complement-a-base-de-d-mannose/

      Je me permets toutefois n’ajouter deux éléments à cette première suggestion:
      1) Nous commentons ici un article qui traite du biofilm comme explication probable de la chronicisation des épisodes aigus infectieux de cystite. J’imagine donc que c’est une hypothèse dans le cas de votre fillette et il convient alors de préciser que, pour éliminer ce facteur de risque (biofilm), il est nécessaire d’associer la prise de D-Mannose à une prise de N-acétylcystéine (Ausilium NAC https://deakos.fr/prodotto.php?tid=73). Cette association, en pédiatrie, devrait toujours être soumise à l’avis médicale avant d’agir (par précaution ;-) ).

      2) Vous évoquez une aggravation de la fréquence des épisodes aius (qui sont de plus en plus rapprochés). Hormis l’existence d’un biofilm, avez-vous pu identifier d’autres facteurs prédisposants et précipitants de ces épisodes ? En effet, la lutte et l’éradication de la cystite passe avant tout par l’identification de ses causes et la mise en oeuvre de mesures préventives adaptées à celles-ci.
      Exemples courants en pédiatrie:
      – constipation (aggravée par les thérapies antibiotiques répétées) -> nécessité de prendre, en parallèle, un complexe de pro- et prébiotiques + d’adapter l’alimentation et l’hydratation
      – vidange vésicale insuffisante (mictions rares ou rétention urinaires) -> nécessité d’augmenter l’hydratation + éducation thérapeutique de l’enfant + intervention auprès du personnel enseignant et des adultes qui la prennent en charge la journée
      – défaut d’hygiène -> nécessité de mettre en place une toilette intime systématique après le(s) passage(s) à la selle

      De tout coeur avec vous

  9. edwige dit :

    Bonjour, je suis très contente vous lire car je suis à bout de mes cystites, gingivites, tendinites …
    Je suis dans le cas chronique car au moins 4 infections ecbu + e. coli par an.
    Je ne veux plus d’antibiotique en monodose ou autre car 15 jours maximum les signes reviennent !!!
    C’est lors d’une séance de médecine chinoise que j’apprends l’existence du NAC.
    Pourriez vous me conseiller sur la posologieet la durée de la prise en période « calme » puis je m’en servir comme cure préventive ?
    Merci pour votre partage de connaissances .

    • Mary dit :

      Merci pour ce commentaire Edwige et désolée pour cette réponse plus que tardive :-(

      Lorsque le biofilm est le principal responsable des récidives, la prise de Ausilium NAC est suggérée (avec les associations à Ausilium PLUS et Ausilium Forte) telle que décrite dans cette formule: https://deakos.fr/kitdettaglio.php?tid=120&kit=1

      Je me permets toutefois d’attirer votre attention sur la nécessité absolue, pour garantir que votre approche puisse être efficace et durable, d’identifier l’ensemble des facteurs prédisposants et précipitants de vos épisodes aigus. Le biofilm est un facteur prédiposant mais savez-vous quel(s) est(sont) le(s) facteur(s) prédiposants et précipitants périphériques?

      De tout coeur avec vous

  10. Emma MC dit :

    Bonjour,
    je suis en France. Est-ce possible d’avoir ces médicaments sur ordonnance?
    Apres plusieurs antibiotiques, et des ECBU négatifs, je souffre toujours dans les reins et le bas ventre et urine très souvent je suis désespérée. Mais je vois que ces médicaments sont très chers (puisqu’il faut plusieurs exemplaires sur la durée…) Merci beaucoup!

    • Mary dit :

      Merci pour ce commentaire Emma et bien triste de vous lire.

      Avant de vous répondre au sujet des propduits (qui sont des compléments alimentaires en vente libre, sans ordonnance, et disponibles ici: https://deakos.fr/index.php),je me permets de réagir aux éléments et votre message avec deux remarques:

      1) Vous avez eu plusieurs thérapies antibiotiques, ce qui laisse supposé que votre problématique est, à l’origine, bactérienne.

      2) Vous avez une symptomatologie typique de la cystite tout en ayant des ECBU négatifs
      Ces caractéristiques peuvent être le signe de la présence d’un biofilm qui, effectivement, rend les germes occultes aux examens de laboratoire. Mais elles peuvent également signifier une inflammation de la vessie sans présence bactérienne et/ou la présence d’un germe atypique (non recherché au cours des ECBU standards).
      La démarche à entreprendre devrait donc s’articuler autour de ces différentes hypothèses avec:
      – une recherche bactériologique plus approfondie dans les urines (1er et 2ème jet)
      – une prise en charge de la présence potentielle du biofilm pathogène
      – une prise en charge de l’inflammation

      A ce titre, les produits indiqués pour vous seraient: *
      -> Ausilium NAC : contre le biofilm
      -> Ausilium 20PLUS: élimine les colonies bactériennes, combat l’inflammation, maintien un pH urinaire peu acide
      -> Cistiquer: anti-inflammatoire et réépithélisant urothélial

      Concernant le coût des produits, je me permets de préciser que Deakos propose systématiquement des promotions et remises personnalisées pour les commandes effectuées directement à : infofrance@deakos.com

      Enfin, il me semble pertinent d’insister sur l’importance du suivi médical dans votre cas (d’autant que vous semblez souffrir des reins également) afin de préciser le diagnostic et affiner la prise en charge le cas échéant.

      J’espère que tous ces éléments pourront vous aider.
      De tout coeur avec vous

  11. Notarianni dit :

    Bonjour,
    Sujette aux cystite depuis l’adolescence j’ai eu une période de répit suite à la naissance de mes 2 filles ( tranquille pendant 4 ans ) mais depuis un an rebelote, cystites tous les 2 mois, depuis ma dernière cystites prise de monuril j’ai eu l’impression d’etre Brûler au niveau de la vessie suite à la prise de cette antibiotique ( que j’avais eu aussi deux mois avant et même sensation) mais le problème c’est que depuis j’ai une gêne en permanence pas de brûlure mais une gêne au niveau il me semble de l’uretre Ou de la vessie comme un poids une pesanteur, j’ai refait deux ecbu négatif avec numération des germes à 10000ml à chaque fois donc pas d infection à proprement dit.
    Les médecins ne comprennent pas mais la gêne et toujours la.
    Est -il possible que j’ai la présence d’un biofilm?
    Merci à vous votre site est une mine d’information et nous montre que nous ne sommes pas seule https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gifhttps://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

    • Mary dit :

      Merci pour votre commentaire Notarianni et bien triste de vous lire.

      La situation que vous décrivez, symptomatologie persistante suite à une infection urinaire traitée par antibiotique et associée à des résultats d’ECBU positifs pour une présence bactérienne non-identifiée avec clarté ni « significative » du point de vue de sa numération, peut être le reflet de plusieurs problématique (seules ou associées):

      1) Une inflammation vésicale importante
      Je vous invite à lire cet article: https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/05/31/cystite-sans-bacterie/

      2) L’existence d’un biofilm pathogène
      Ce dernier soutient une présence bactérienne « faible » (donc difficile à identifier pour le laboratoire) mais constante ainsi qu’une inflammation urothéliale « sourde » mais pérenne avec pour conséquence ne symptomatologie « légère » mais permanente et qui pourrait évoluer vers une chronicisation de la douleur et d’autres complications afférentes.

      3) Le « glissement » de votre cystite vers une urétrite
      Vous trouverez toutes les informations à ce sujet ici : https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/03/01/uretrite-feminine-mais-ces-messieurs-peuvent-aussi-lire/

      Une stratégie adaptée ici serait donc de mener conjointement: une investigation plus approfondie concernant la présence bactérienne (ECBU 1er jet, recherche des souches atypiques que sont les Mycoplasmes et Ureaplasmes, prélèvement urétral) + une prise en charge globale de tous les facteurs possibles pouvant être à l’origine de vos maux:
      -> Combattre l’inflammation vésicale et soutenir la réépithélisation de l’urothélium
      -> Mettre en place des mesures visant à désagréger le biofilm et éliminer les germes uropathogènes qu’il convient
      -> Si l’urétrite est confirmer, associer les mesures précédentes à la mise en oeuvre de la Méthode MIM

      Espérant que ces conseils n’arrivent pas trop tardivement, je reste disponible ici ou sur notre groupe de soutien0 Facebook (Cystite récidivante) pour toutes questions ou besoin d’approfondissements :-)

  12. Briant dit :

    Une mesurette rase d’ausilium forte = ?

    • Mary dit :

      Ausilium Forte est un supplément alimentaire complet puisque sa composition comprend:
      – du D-Mannose
      – de la Morinda citrifolia -> aux propriétés anti-inflammatoire et immunostimulante
      – un alcalinisant urinaire
      – un myorelaxant
      – un neuromodulateur naturel

      Pour cette raison, la dose optimale par prise (définie par la cuillère doseur fournie dans le pot) est de 3g de produit complet (qui correspondent à 1g de D-Mannose).

  13. Juliette dit :

    Bonjour, je suis vraiment contente de tomber enfin sur un site comme le votre je me sens moins seule… Je souffre de cystites bactériennes depuis 15 ans (1 à 2 crises par mois, toujours e.coli). Au vu de la fréquence et de la gravité des crises, je suis suivie en médecine interne mais tous les examens cliniques ne parviennent pas à expliquer le problème. En dehors des crises, j’ai mal en permanence au niveau de l’urètre (brulures) et les mictions du matin sont insupportables.
    D’après ce que j’ai lu ici, je suis clairement concernée par le biofilm et je voudrais savoir exactement quel protocole vous me recommanderiez. J’ai commandé l’Ausilium NAC et le 20 plus ansi que la crème.
    J’essaye de contrebalancer les effets néfastes des antibiotiques ( qui ne fonctionnent plus du tout depuis le temps ) par une alimentation et une hygiène de vie irréprochable mais rien n’y fait…
    Dans l’attente de vous, je vous souhaite une bonne journée !

    • Mary dit :

      Merci pour ce commentaire Juliette et bienvenue également dans notre groupe Facebook où nous vous avons déjà répondu ;-)
      Belle journée et de tout coeur avec vous.

  14. Eve dit :

    Je sais pas si vous aller voir mon message … j’ai eu une infection urinaire ecoli bon recistante à la bactérie alors antibio os bon j’ai changer bref 1
    Mois et demi tjrs pression dans le bas du ventre … j’attend d’aller voir l’urologue et j’ai peur d’avoir une vessie douloureuse .

    Sa été long avant de ne plus avoir d’infection avec l’analyse d’urine mais là c’est négatif depuis 2 semaines ce qui me désole vraiment .
    Je suis au Canada qu’est ce que je peux prendre pour le biofilm
    Je prend du d-mannose
    Aidez moi svp

    • Mary dit :

      Merci pour ce commentaire Eve et bien triste de vous lire :-(

      Certains éléments de votre témoignage évoquent effectivement la possible présence d’un biofilm:
      – l’échec de la première thérapie antibiotique
      – la persistance de l’infection urinaire plus de 72h (ce qui favorise la formation de la matrice du biofilm qui permet aux germes de persister dans la vessie et devenir résistants aux antibiotiques)
      – la présence initiale d’E. coli (principale souche « biofilm-productrice)
      – la persistance d’une symptomatologie douloureuse malgré l’apparente résolution de l’infection

      Ce dernier point pourrait également être évocateur d’une inflammation vésicale importante.

      Dans tous les cas, penser à une SVD (syndrome de la vessie douloureuse) chez vous me semble prématuré et inapproprié, rassurez-vous ;-)

      Dans un cas comme le vôtre, je suggèrerais l’approche suivante:

      1) Une intervention spécifiquement ciblée contre le biofilm pathogène pour :
      – désagréger la matrice polysaccharidique
      – libérer, neutraliser et éliminer les germes uropathogènes persistants qu’elle contient
      – éradiquer le foyer infectieux latent

      2) Une intervention de soutien en faveur de :
      – la réépithélisation de la paroi vésicale
      – la reconstruction de la couche supérieure protectrice des GAG (glycosaminoglycanes)
      – la réduction de l’inflammation et de la symptomatologie (douleur, brulure, urgence et fréquence mictionnelle)

      3) Une prévention contre les récidives futures avec la prise associée de:
      – D-mannose pour combattre naturellement les germes uroapthogènes pouvant arriver dans la vessie
      – alcalinisant urinaire pour maitriser le pH des urines
      – anti-inflammatoire naturel (Morinda citrifolia) pour calmer la symptomatologie
      – immunomodulant pour soutenir les défenses immunitaires physiologiques
      + Il pourra être nécessaire de coutenir également les flores physiologiques (abimées par les thérapies antibiotiques successives) au travers une prise de probiotiques bien choisis.

      Plus pragmatiquement, ces conseils se traduisent de la manière suivante:

      1 + 3) Un premier cycle de 15 jours avec:
      – Ausilium NAC : 1 flacon, matin et soir, loin des repas
      – Ausilium 20 PLUS : 1 sachet, milieu de journée, loin des repas

      Suivi d’une phase de maintien / prévention de 4 semaines avec :
      – Ausilium NAC : 1 flacon par jour, loin des repas
      – Ausilium Forte : 1 mesurette rase, 1 à 3 fois par jour, loin des repas

      2) Une prise parallèle de Cistiquer (2 comprimés par jour) pendant 6 semaines au moins.
      Cette prise s’associant à une bonne hygiène de vie:
      – alimentation alcalinisante
      – hydratation abondante et régulière
      – mictions régulières et physiologique ( = vidange vésicale complète)
      – vêtements amples et sous-vêtements en coton blanc

      3) En parallèle également, une prise de probiotiques associés à des prébiotiques) comme par exemple Deaflor.

      PS: les produits cités sont disponibles chez Deakos avec expédition au Canada possible sur demande ;-)

      De tout coeur avec vous <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif