Le témoignage de Justine: devenir acteur de sa santé!

Chères toutes et Chers tous,

Tout d’abord je tiens à m’excuser mon témoignage risque d’être un peu long mais j’ai tant à vous raconter … Des présentations s’imposent : Je suis Justine, 30 ans, menant la vie de bohème pendant plusieurs années, je me suis enfin posée en couple récemment.

J’ai commencé le cercle infernal des cystites il y a un peu plus de deux ans. Avant cela j’avais déjà, une ou deux fois par an, des petites cystites qui passaient seules en buvant beaucoup. Rien de méchant.  

L’année 2016 était très difficile au niveau personnel mais aussi professionnel. J’ai connu de nombreux bas mais aussi des très hauts. En 2017, j’ai un nouvel amoureux, le job que je convoitais depuis 5 ans et j’habite dans une ville de rêve, en bord de mer. Seule ombre au tableau, mon conjoint vit à 500 km de chez moi. L’année 2017 passe vite et de façon idyllique !

Mais en novembre 2017, voilà que durant un week-end en amoureux, j’ai mal en faisant pipi. Première fois que ça m’arrive. Je soupçonne fortement une infection, je vérifie sur mon téléphone, bon tout semble coller : les mauvaises odeurs, les douleurs, les envies d’aller aux toilettes toutes les 5 mn… ce n’est pas grave nous sommes dimanche après-midi, j’irai chez le médecin lundi matin… Dimanche dans la soirée, la fièvre et les douleurs dans le rein droit ne présagent rien de bon. Mon conjoint m’emmène aux urgences, la douleur est intolérable et je ne sais plus comment me positionner pour ne pas souffrir. Il y en aurait des anecdotes à raconter sur cette nuit aux urgences : entre l’infirmière qui a oublié sa seringue sur mon lit et mon conjoint qui allait s’asseoir dessus, le plan drague de l’interne à l’infirmière alors qu’il était dans mon box … enfin … le verdict tombe : pyélonéphrite au niveau du rein droit, antibiotique pour 15 jours, arrêt maladie, bonne journée madame en revoir.

Késako une pyélonéphrite ? comment faire pour ne pas reproduire cette horreur ! J’ai fait histoire de l’art moi, pas médecine ! Explications très brèves du médecin, et les fameux conseils que je vais entendre 100 fois par la suite (je suis certaine que vous les connaissez !!) : faire pipi après les rapports, s’essuyer d’avant en arrière, mettre de slips en coton, buvez beaucoup …  Tout ce que je fais déjà en somme. Je suis donc repartie avec peu d’informations sur le sujet. Les antibiotiques ont fait effet tout de suite mais m’ont rendu malade, j’ai perdu beaucoup de poids très vite et j’ai repris le travail dans un état de grande fatigue.

Février 2017, la soirée de la saint Valentin s’est déroulée dans les urgences ! Une nouvelle pyélonéphrite. Rebelotte : antibiotiques, arrêt maladie… Cependant, à partir de ce jour, je vais mettre 3 mois à me débarrasser de la cystite. C’était très dur moralement et physiquement. J’ai donc décidé de prendre les choses en main vu le peu d’informations et d’intérêts qu’on porte à ce problème. Mon médecin traitant m’a fait passer tous les tests possibles pour éliminer un problème de calculs, de malformation ou d’endométriose : RAS !

Il m’a donc dirigé vers une urologue ! Ceci reste à ce jour une expérience terriblement amère. Ignorante sur le sujet et sur comment m’aider, elle a donc préféré me dire que c’était mon conjoint le problème (malgré lui aussi des tests qui ne révèlent rien) ou une mycose.

On a arrêté les frais et je me suis tournée vers la médecine alternative. Je suis tombée sur un médecin homéopathe qui a pris le temps de m’expliquer pas mal de choses et j’ai commencé à lire la presse anglo saxonne (et oui, il n’y a pas grand-chose en France) :

Bref beaucoup de ces sujets sont traités sur ce blog !

L’homéopathie m’a aidé pendant un temps. J’ai vécu 6 mois sans aucune cystite. Le bonheur ! Entre temps, j’ai décidé de quitter mon job et de rejoindre mon conjoint.

Octobre 2018, après mon pot de départ et des adieux déchirants, le cercle infernal recommence : une cystite par mois mais moins difficiles. Entre temps, à force de lire, je découvre que le Professeur B******* exerce à Tours et est le spécialiste des infections récidivantes. J’ai attendu 3 mois pour un rdv mais ça en valait la peine. J’ai pris les devants en faisant un calendrier mictionnel sur trois jours et en inscrivant dans un calendrier mes cystites sur deux ans, l’antibiotique pris, le facteur déclenchant (cystite post coïtale mais souvent il y avait aussi un facteur environnemental, émotionnel …) … Il a pris le temps de lire toutes mes analyses, les rapports médicaux, les calendriers. Il a très clairement énoncé que dans 95% des cas on ne trouve pas de raisons tangibles, scientifiques à ces récidives (pas de calculs, de malformations …), que c’est un tord de la médecine occidentale d’être aussi ignorent sur le sujet, mais qu’il a quelques pistes.

La première piste est le déséquilibre du microbiote. Il y aussi un article sur le sujet dans le blog je vous laisse le lire. C’est un problème d’hyperperméabilité intestinale à la suite de nombreux facteurs comme la prise d’antibiotique, l’alimentation, les allergies, les intolérances, la fatigue, le stress …. Il m’a donc recommandé auprès d’un micro-nutritionniste.

Autre facteur, le stress ! Alors sur le coup, je me suis dit bon ok mais je ne suis pas stressée en permanence et d’autres sont stressés et n’ont rien de tout ça. Il m’a expliqué que lorsqu’il parle de stress c’est un mot global pour parler d’émotions refoulées, de facteurs environnementaux … Je me suis donc tournée vers une thérapeute ayurvédique (j’adore le yoga).

Et enfin, il m’a parlé du D-mannose qui fait ses preuves depuis quelques années.

Avec le micro-nutritionniste j’ai réalisé une prise de sang qu’on ne propose pas en France (les analyses se font à l’étranger) on m’a bien trouvé une hyper perméabilité intestinale ainsi que de très nombreuses intolérances alimentaires comme le blé par exemple : à chaque fois que je mangeais un plat de pates je m’empoisonnais. Voilà donc d’où viennent ces gonflements de ventre incessants. La prise de sang révèle aussi des carences en vitamine. J’ai donc à long travail à faire à ce niveau. On peut mettre plusieurs années à se refaire une flore intestinale et vaginale.

Ensuite, avec ma thérapeute, j’ai découvert d’autres facteurs favorisants l’apparition de mes infections : la pollution des ondes (wi fi très présentes chez nous), ma chronobiologie bouleversée, certaines émotions refoulées ou ma contradiction entre celle que je suis et celle que je veux être et enfin l’alimentation. Et bien là où je me suis dit, elle est douée, c’est qu’elle m’a donné la même liste d’aliments sensibles que la prise de sang. Je commence donc à travailler sur le sujet et nettoyer mon corps de toutes ces saletés.

En prévention j’utilise un complément alimentaire à base de D-Mannose prescrit par le professeur B*******. Il y a eu une rechute en 4 mois … c’est un bon début.

Tout ce long parcours pour vous témoigner de l’importance de devenir acteur de sa santé. Je ne savais ni lire une prise de sang, ni un ecbu. J’ignorais comment fonctionne l’appareil urinaire et rénal … Maintenant je pense pouvoir tenir des conversations pointues sur le sujet. Autre point important, il y a toujours une bonne raison à la récidive d’une cystite, il faut trouver le pourquoi du comment (les facteurs prédisposants et précipitants), même si ça met du temps (et aussi de l’argent). Je reste persuader que pour bon nombre d’entre nous, tout vient de l’appareil digestif, notre deuxième cerveau si fragile et malmené. Il peut être la cause de très nombreuses maladies. D’autant que, sans faire le rapprochement, mes antécédents familiaux sont importants.

Mon témoignage n’est pas parole d’évangile, juste l’exposition de mon parcours, ce qui reste un parcours personnel. J’espère à vous toutes une guérison pour qu’un jour la cystite ne soit qu’un vilain souvenir.    

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Verolmb dit :

    BRAVO pour ce témoignage Justine, je pense comme toi que nous devons apprendre à écouter notre corps pour mieux agir et le soigner. L’alimentation joue un grand rôle pour moi aussi depuis que je suis devenue « flexitarienne » et la consommation de produits alcalinisant. Depuis 1 an je revis. Merci et encore bravo pour ton témoignage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif