Lecture de l’examen cytobactériologique des urines (ECBU)

Cet article nait suite à la question suivante :

Un ECBU avec une flore polymorphe est ce nécessairement le signe d’un ECBU contaminé ? Pas d’hématurie et leucocytes a 18000 (mais j’ai toujours des leucocytes élevés dans mes urines). Merci beaucoup de m’avoir lu.

Manon sur le groupe Facebook « Cystite récidivante »

La question de l’existence ou non d’une infection urinaire aux vues d’un résultat d’ECBU est très délicate puisqu’elle revient à interpréter des données objectives (analyse de laboratoire et antécédents) et subjectives (symptomatologie, ressenti personnel, odeur et couleur des urines…) pour aboutir à ce qui pourrait être défini comme un diagnostic et donc un acte qui relève de la compétence médicale et devrait, de ce fait, être laissé à l’appréciation du médecin ;-)

Ces précautions étant prises, il est toutefois possible d’utiliser des « outils » pour tenter de « lire » au mieux une situation :

  • La première chose à faire est mettre en perspective les résultats de l’ECBU avec la symptomatologie

S’il est vrai que la cystite abactérienne est en tous points identique à l’infection urinaire dans sa symptomatologie, il n’en demeure pas moins que l’interprétation des résultats d’un ECBU doit être contextualisée avec les raisons qui ont poussées la personne à réaliser cet examen.

Rappelons ici que les recommandations en vigueur ne préconisent pas d’antibiothérapie systématique en cas de cystite bactérienne asymptomatique.

  • La présence de leucocytes

Ce premier paramètre est extrêmement délicat à interpréter puisque les leucocytes sont à envisager non pas comme croissants en parallèle à la numération des germes mais plutôt comme les marqueurs de la réponse immunitaire dans son ensemble :

  • Réponse immunitaire spécifique -> dirigée de manière ciblée contre un agent pathogène (cas de l’infection urinaire)
  • Réponse immunitaire aspécifique -> en réponse à une agression, irritation, sollicitation vésicale ou pelvienne, évènement inflammatoire pelvien (cas de la cystite abactérienne mais aussi suite à l’ovulation, à un rapport, en cas d’atrophie vaginale ou de vaginite…)

Pour ces raisons, une leucocyturie significative est toujours à « prendre avec des pincettes » et doit être contextualisée avec le cadre générale, les symptômes et les résultat de la bactériologie.

NB : dans la pratique il est tout à fait possible d’avoir une leucocyturie significative sans infection ou bien une absence de leucocyturie significative en présence de germes uropathogènes.

  • La présence d’hématies

L’hématurie microscopique correspond à la présence de globules rouges dans les urines et, bien que très impressionnant, constitue un paramètre qui n’est pas forcément corrélé à la « gravité » de la situation.

En cas d’hématurie significative on peut supposer une altération de la paroi vésicale.

Cette idée est renforcée par la présence de cellules épithéliales dans le prélèvement qui sont le signe d’une forme d’abrasion de la paroi vésicale (urothélium) en cas de « souffrance » urothéliale.

  • Culture bactériologique polymorphe

C’est la seule situation ambiguë qui nécessite un peu de clairvoyance  ;-) car ce résultat peut être signe de différentes situations :

-> Une contamination de l’échantillon d’urine avec ou sans infection en cours (l’un n’excluant pas l’autre)

-> Une infection à germes atypiques (mycoplasmes ou ureaplasmes)

-> Une infection soutenue par la présence d’un biofilm polymicrobien (qui associe plusieurs souches bactériennes)

-> Une urétrite

Dans tous les cas, l’ECBU est à répéter.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Blueyes dit :

    Ce n’est malheureusement pas simple . Quand la pathologie se répété souvent, on n’a pas toujours envie de faire faire un ECBU à chaque fois, cela finit par être très contraignant !

    • Mary dit :

      Je vous comprends tout à fait néanmoins (comme le précise cet article: https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/02/15/la-collectionneuse-decbu-examen-cytobacteriologique-des-urines/) la réalisation de l’ECBU est vraiment indispensable pour ne pas passer à côté d’épisodes abactériens ou pour être certaine de choisir l’antibiotique adapté (lorsque la prise de celui-ci ne peut être évitée). Certaines « astuces » vous permettront toutefois de limiter les contraintes -> avoir une ordonnance et un pot de prélèvement d’avance, connaitre le laboratoire de garde en cas de jour férié / week-end, faire le reccueil d’urine au moindre doute (quitte à finalement ne pas l’apporter si les symptômes disparaissent). Courage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif 
https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif