Message Icon
Adresse E-Mail
Infofrance@deakos.com
Phone Icon
Numéro de téléphone
+39 0187 575150

Cystite sans germe

Chers lecteurs,
Dans un premier article, Ghislaine abordait en détail la différence substantielle qui existe entre cystite bactérienne et abactérienne.
Récemment, une question sur notre groupe d’échange Facebook (partagée ci-dessous) m’a fait prendre conscience que cet article méritait sans doute d’être complété par de plus amples informations au sujet de la cystite abactérienne. C’est-à-dire, dans toutes les situations où il existe une symptomatologie typique de la cystite aigue (urgence et fréquence mictionnelle, brulure à la miction, douleurs localisées dans les voies urinaires basses) mais que l’ECBU de contrôle ne révèle pas de présence bactérienne (ou pas de présence bactérienne « franche » = numération faible d’une flore polymorphe).

« J’ai une question concernant la différence de symptômes et traitements entre cystite bactérienne et inflammation de la vessie. J’ai eu énormément de cystites il y a qqs année. Cette année, j’ai été enceinte et ça a repris … Depuis la fin de la grossesse, j’ai des douleurs dans la vessie mais sans envie d’y aller très souvent. Et parfois, les douleurs finissent par passer seules juste en buvant de l’eau. Or, je sais que lorsque j’avais des cystites, c’était impossible que ça parte comme ça.”

Mes questions sont les suivantes : comment différer cystite bactérienne et inflammation de la vessie ?  à quoi est due une inflammation de la vessie ? Comment lutter contre les inflammations de la vessie ?”

Groupe Facebook “Cystite récidivante”

1) Comment distinguer infection urinaire et inflammation de la vessie ?
Dans un cas comme dans l’autre nous parlons bien de cystite :

  • la première bactérienne puisque due à une présence de germes uropathogènes dans la vessie
  • la seconde uniquement inflammatoire, due à l’irritation de la paroi vésicale

La distinction entre ces deux situations symptomatologiquement identiques réside donc dans l’identification d’une présence bactérienne dans les urines. Identification qui n’est possible qu’au moyen d’un ECBU (seul examen permettant de déceler sans équivoque les bactéries).
Il est ici important de préciser que, en cas de cystite abactérienne, la leucocyturie reste élevée (supérieure ou très proche du seuil de significativité en général) puisque cette valeur offre une information sur la réponse immunitaire spécifique (tournée vers un agent pathogène) comme aspécifique (en réaction aux divers processus inflammatoires).

2) A quoi est due une inflammation de la vessie ?
L’inflammation vésicale est une problématique multifactorielle qui nait souvent d’un enchainement d’évènements délétères pour la paroi vésicale et, surtout, pour la couche des GAGs (glycosaminoglycanes) qui la recouvrent et assurent sa protection.

a) Causes fréquentes
Parmi les causes les plus fréquentes d’inflammation de la vessie, on peut citer :

  • Les infections urinaires

Les IU correspondent à la présence dans la vessie de bactéries qui, pour se fixer sur la paroi vésicale, disposent d’adhésines. Ces « pattes » se comportent vis-à-vis de l’urothélium comme des « harpons » qui consentent au germe un ancrage solide sur la paroi pour ensuite pouvoir proliférer.
Lors des épisodes bactériens aigus, les millions / milliards de micro-irritations causées par ces adhésines peuvent endommager la couche des GAGs et l’urothélium au point de provoquer un processus inflammatoire qui peut ensuite perdurer au-delà de la résolution de l’épisode aigu, lorsque l’ECBU redevient négatif pour la présence bactérienne.

Les thérapies proposées en cas de cystite bactérienne, pourtant nécessaires dans certains cas, entrainent une production de toxines inflammatoires qui endommagent la paroi vésicale et de radicaux libres (résidus organiques des bactéries tuées par l’antibiotique) qui causent un dommage oxydatif et peuvent se lier aux minéraux présents dans les urines et former des calculs.
Ces toxines et radicaux libres sont souvent responsables du prolongement de la symptomatologie même après la résolution de l’épisode aigu et augmentent le risque de chronicisation de la douleur inflammatoire.

  • Le cycle hormonal

Les variations hormonales (en particulier dans les taux d’œstrogènes et de progestérone) peuvent également interférer avec le niveau d’épithélisation de l’urothélium. C’est particulièrement le cas chez la femme ménopausée.
En effet la chute du taux d’œstrogènes qui précède puis accompagne les menstruations peu réduire les fonctions de trophisme (croissance) des muqueuses (génitales mais aussi vésicale). De cette façon, les parois des voies urinaires basses deviennent comme plus « fines » et donc plus sensibles et fragiles vis-à-vis des irritations ce qui prédispose ou aggrave l’inflammation.
D’autres problématiques inhérentes à ce phénomène, comme l’endométriose avec invasion du tissu dans la vessie, peuvent être responsables d’inflammation chronique.

  • L’alimentation et l’hydratation

Ces facteurs environnementaux peuvent aussi avoir une incidence positive comme négative sur l’inflammation vésicale puisqu’ils influent sur le pH urinaire lequel, en fonction de son niveau d’acidité, peut constituer un facteur d’agression constante pour la couche des GAGs et l’urothélium.

  • Les rapports sexuels

Durant les préliminaires et/ou le coït, les frottements et sollicitations de la zone génitale et pelvienne peuvent entrainer une irritation de la paroi vésicale donnant lieu à un épisode de cystite aigue abactérienne.

  • Les cristaux et calculs rénaux

La présence de concrétions (cristaux ou calculs) dans les urines peut également causer des dommages à la paroi vésicale (un peu comme si elle était griffée) occasionnant une altération de la couche des GAGs et de l’urothélium.

Cette situation, plus complexe, donne lieu à des ECBU apparemment négatifs ou « contaminés »  = présence d’une flore polymorphe avec une numération faible ( <10^4 ) mais correspond pourtant à une infection chronique latente.
Dans ces conditions, la présence du biofilm est un facteur pro-inflammatoire à part entière puisque :

  • la matrice polysaccharidique entraine des dommages tant sur la couche des GAGs qu’à l’urothélium
  • la présence bactérienne, faible mais permanente, agresse continuellement la paroi vésicale

Ici, la prise en charge de la cystite apparemment abactérienne sera tournée vers la désagrégation du biofilm pour éradiquer le foyer infection latent.

b) Altération de la couche des GAGs
Je vous propose ici un approfondissement anatomique pour bien comprendre comment se présente la vessie et sa paroi et, surtout, comprendre en quoi l’altération ou endommagement de la couche des GAGs représente un facteur de risque important dans la chronicisation de la cystite abactérienne vers des problématiques plus invalidantes comme le SVD ou la perte de coating vésical.

c) Cas particulier de la « cystite abactérienne » non vésicale !
Lorsque l’on parle de cystite il apparait logique de placer l’inflammation comme “vésicale” ; or il peut arriver (plus souvent qu’on ne le pense) de localiser la racine du problème dans la vessie parce que la symptomatologie est de nature mictionnelle (urgence et fréquence des mictions, brulure mictionnelles, douleurs qui correspondent à la zone anatomique vésicale…) alors que le site de l’inflammation est voisin de cet organe : contracture pelvienne, neuropathie, vulvo-vaginite, endométriose…
Il convient donc (en faisant un ECBU et, si besoin, des examens complémentaires et visites spécialisées) de déterminer avec certitude la localisation de l’inflammation.
En particulier, l’absence de leucocytes sur l’ECBU doit orienter les investigations vers d’autres organes que la vessie.

3) Comment lutter contre l’inflammation vésicale / cystite abactérienne ?
Une fois déterminé avec certitude que la cystite est bien abactérienne (pas de biofilm ni d’infection aigue en cours) la prise en charge de l’inflammation s’articule autour de 3 axes :

a) Réduire les irritations et agressions de la muqueuse :

b) Prévenir et empêcher les futures infections urinaires et prises d’antibiotiques consécutives
Ici, je vous renvoie simplement vers cet autre article 😉

c) Soutenir et stimuler la réparation de la couche des GAGs et la réépithélisation urothéliale
La reconstruction de la couche des GAGs est, c’est important de le souligner, une ambition tout à fait atteignable !
Cette approche a pour objectif de diminuer la perméabilité de la paroi vésicale à l’urine, éviter que les substances irritantes ne franchissent cette barrière protectrice pour réduire les agressions de l’urothélium et améliorer ainsi les symptômes.
Le GAG le plus utilisé est le polysulfate de pentosan sodique (Elmiron), considéré comme l’une des thérapies les plus spécifiques pour la prise en charge du SVD. Sa prise, qui doit être d’une durée minimum de 6 mois pour que les effets soient objectivement évaluables, devrait atténuer considérablement la douleur de la vessie et en général le sentiment d’inconfort du patient. Il agit à la fois comme reconstructeur de la couche de GAG, prévention contre les infections urinaire et comme anti-inflammatoire inhibant la sécrétion d’histamine par les mastocytes.
D’autres substances sont toutefois tout autant pertinentes pour restaurer l’intégrité de la couches des GAGs : les héparines, l’acide hyaluronique, la chondroïtine sulfate, la glucosamine, la quercétine, le methylsulfonylmethane, le D-mannose (qui est un GAG !)…
Les GAGs peuvent être administrés :

-> Par instillations intravésicale
Cette procédure, qui fait appel à la mise en place d’une sonde (introduite via l’urètre directement dans la vessie) est une manœuvre hospitalière qui présente l’avantage d’une mise en contact directe entre GAGs et paroi vésicale. Cette mise en contact laisse donc supposer une liaison des GAGs à la muqueuse vésicale facilité pour une efficacité significative en termes de restauration de la couche vésicale protectrice.
Toutefois, c’est une méthode qui présente également des contraintes et points négatifs :

  • nécessité de se rendre à l’hôpital à chaque fois
  • manœuvre invasive pouvant comporter une contamination de la vessie en raison de l’entrée de la sonde (infection urinaire) malgré des mesures de prévention et d’hygiène optimales
  • selon l’opérateur sanitaire, risque d’irritation de l’urètre en raison du passage de la sonde (douleurs consécutives à la manœuvre)
  • nécessité de conserver le produit dans la vessie pendant une durée minimum de 1h (durée qui varie selon les produits employés)

Pour ces raisons, les études montrent une faible compliance des patients avec donc des résultats effectifs de cette approche en demi-teinte.

-> Par voie orale
C’est le cas de Elmiron qui annonce toutefois clairement une « biodisponibilité systémique observée après une administration orale de polysulfate de pentosan sodique est inférieure à 1 % ». Concrètement donc, la prise de ce traitement selon les suggestions posologiques standard (3 comprimés par jour) permet de fournir à la vessie 3mg de principe actif environ seulement. Malgré tout, cette thérapie présente le grand intérêt d’être gratuite pour les patients bénéficiant de l’ALD.
Il existe également des compléments alimentaires naturels comme Cistiquer et Dimannart qui bénéficient de bons résultats lors des essais cliniques et pourraient donc être envisagés comme premier step d’une approche de restauration de la couche des GAGs avant Elmiron car ils présentent des avantages non négligeables :

  • une biodisponibilité bien plus avantageuse de leurs principes actifs
  • une durée de prise minimum de 1 à 2 mois pour évaluer pleinement leurs bénéfices
  • aucun effet secondaire ni contre-indications
  • compatibles avec toutes les autres thérapies en cours (y compris les anticoagulants)
  • compatibles avec la grossesse et l’allaitement

Leur coût, à la charge du patient, présente toutefois malheureusement un frein important même s’ils sont beaucoup plus abordables que Elmiron pour les personnes ne bénéficiants pas d’ALD.

Pour plus d’informations, consultez cette vidéo :

67 Comments

  • Lou
    4 mai 2024

    Bonjour,
    Je me permets de vous contacter.
    Nous sommes un week-end et j’ai effectué un ECBU et 2 Bandelettes, les 2 Bandelettes étaient positives leucocytes, sang, nitrites. Seulement, mes 1er résultats preliminaire de lECBU ne montre pas de leucocytes (3000) mais 13000 hématies.
    Je n’aurai le résultats final que dans quelques jours et ensuite il y a des jours fériés. Mais l’absence de leucocytes sur ce début dECBU m’interpellent, habituellement lorsque que j’ai ces résultats mon médecin me conseille du dmanose uniquement, mais la je ne sais pas si je dois me rendre aux urgences pour avoir un antibiotique, comte tenu des Bandelettes qui elles, étaient positives ?
    J’espère que mon message est assez clair,
    Je vous remercie,
    Bonne journée

    Reply
    • Mary
      8 mai 2024

      Merci pour ce commentaire Lou et bien triste pour votre situation (et ma réponse bien tardive 🙁 )
      Commment allez-vous aujourd’hui ?

      Pour répondre à votre question: se rendre aux urgences est toujours une démarche difficile (car cela suppose un déplacement, beaucoup de temps d’attente et peut être pas un très bon accueil…) mais si vos symptômes ne vous laissent pas le choix… Je parle ici bien de symptômes car les résultats de la BU (bien moins fiables que ceux de l’ECBU) sont à mettre en perspective avec le cadre clinique. Dit concrètement, si la BU est positives pour leucocytes, hématies et nitrites mais que vous allez plutôt bien = pas besoind e vous déplacer aux urgences.

      A très vite et de tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Maïwenn
    22 février 2024

    Bonjour,
    Merci pour cet article intéressant et qui m’amène à vous demander une précision :
    Il est dit que la biodisponibilité des principes actifs de Cistiquer et Dimannart est “bien plus avantageuse” que celui d’Elmiron, mais pouvez-vous préciser de combien de pourcentage exactement, afin que l’on puisse comparer ? et pourquoi cette différence ?
    Merci par avance
    PS : désolée je n’avais pas posté le commentaire au bon endroit ^^

    Reply
    • Mary
      22 février 2024

      Bonjour Maiwenn et merci pour votre commentaire et cette question précise et pertinente qui est l’occasion de mettre à jour et améliorer cet article avec des précisions supplémentaires

      Notre remarque au sujet de l’avantage des compléments alimentaires concerne en réalité deux aspects :
      1) Les dosages en glycosamino-glycanes journaliers
      300mg pour Elmiron : pentosane polysulfate sodique
      640mg pour Cistiquer : sulfate de glucosamine, sulfate de chondroïtine, hyaluronate de sodium
      2240mg pour Dimannart : D-Mannose, MSM (Méthyl-sulfonyl-méthane), Sulfate de chondroïtine, Sulfate de glucosamine
      2) La biodisponibilité des principes actifs
      1% pour le pentosane polysulfate sodique
      9.4% pour la glusamine sulfate (à titre d’exemple)

      Précisons toutefois que si Elmiron est un médicament ce n’est pas par hasard et les preuves de son efficacité thérapeutique ne sont plus à démontrer. Il est certainement efficace et puissant en termes de cicatrisation de la muqueuse en cas d’ulcères, pièges ou interventions chirurgicales qui nécessitent une restauration complète de l’urothélium (situation de ‘vraie’ CI = SVD de Type 1). Il s’agit donc du médicament d’élection en cas de SVD de Type 1 et de nombreux patients en tirent un grand bénéfice.

      Notre remarque concerne donc surtout l’utilisation de ce médicament dans les cas de SVD de types 2, 3, 4 et 5 car il présente aussi des grosses criticités d’usage, telles que les effets collatéraux, les contre-indications, un cout non-négligeable et une durée minimale de prise très longue. Dans ces situations, il serait peut-être préférable, en première intention, de privilégier des compléments alimentaires (qui présentent par ailleurs des bienfaits et avantages objectifs) et n’ont aucun effet secondaire, contre-indication ou obligation de posologie longue.

      Espérant que ces précisions vous soient utiles, de tout cœur avec vous ❤

      Reply
  • Florence
    17 février 2024

    Bonjour

    Je suis heureuse de trouver ce blog qui, même s’il est soutenu par un laboratoire pharmaceutique, explique bien les mécanismes, bien mieux que celui sur la CI.
    Je suis concernée depuis dix ans ( ménopause puis hormonothérapie suite à un cancer du sein) par des alternances de cystites bactériennes et a-bactériennes, j’ai fait tous les examens pour éliminer CI, problème de plancher pelvien, atteinte des nerfs…Je suis soulagée par le laroxyl mais avec des poussées…
    Donc voici ma question: vous indiquez que la canneberge (cranberry) est un irritant vésical…mais la D mannose est le sucre du cranberry et vous l’incluez dans les traitements de la cystite a-bactérienne, donc d’inflammation. Il y a sans doute là un mécanisme que je ne comprends pas, pouvez vous m’expliquer?
    Merci!
    Florence

    Reply
    • Mary
      19 février 2024

      Merci pour votre commentaire Florence et votre lecture attentive du blog 😉

      Je me permets de vous répondre en trois temps :

      1. Au sujet de l’origine du D-Mannose
      Votre remarque est pertinente mais résulte d’une fausse information ! En effet, le D-Mannose vendu sous forme de compléments n’est pas extrait de la canneberge. Il est vrai que la cranberry contient un peu de D-Mannose mais les compléments alimentaires formulés avec ce principe actif n’ont pas origine de cette baie (ce serait un processus trop couteux avec un rendement insuffisant).
      Le D-Mannose peut être extrait du maïs, de l’écorce de bouleau ou bien, dérivé du glucose.
      Nous conseillons (dans cet article qui explique bien pourquoi: https://cystiteetcompagnie.fr/2019/09/comment-choisir-un-bon-complement-a-base-de-d-mannose/) de privilégier le D-Mannose extrait du bouleau comme c’est le cas dans les produits de Deakos.

      2. Concernant les indications d’usage du D-Mannose
      Il est important de bien comprendre que ce principe actif a une action inhibitrice contre l’adhésione des bactéries sur la paroi vésicale. Son rôle est donc essentiellement celui d’agir contre la composante bactérienne de la cystite. Le d-mannose n’a aucun potentiel anti-inflammatoire.
      En revanche, il est capable de se lier également avec la couche superficielle de l’urothélium et, pour cette raison, on peut lui prêter des actions réépithélisantes. C’est à cet effet qu’il peut être indiqué en cas de SVD ou cystite abactérienne mais avec une plus grande force dans la recommandation si, comme c’est le cas pour vous, ces troubles troubles inflammatories sont contextualisés dans un cadre d’alternance avec des infections.

      3. Concernant votre problématique personnelle
      Ménopause + hormonothérapie évoquent un SGU qui pourrait être la cause de vos troubles bactériens comme abactériens…
      Cette piste a-t-elle été évoquée pour vous ?
      https://cystiteetcompagnie.fr/2022/05/syndrome-genito-urinaire-chez-la-femme-menopausee/

      J’espère que ces éléments vous seront utiles
      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Lolo
    13 février 2024

    Bonjour,
    Je viens solliciter votre aide pour un problème qui me pourri la vie depuis maintenant plus d’un an. Merci pour la création de ce blog car je me sens bien seule.
    Tout a commencé il y a un an et demi, du jour au lendemain, une envie constante d’uriner. Toutes les 20 minutes, ou toutes les heures ou toutes les 2h. Parfois des moments d’acalmies (très rare) et parfois des moments de « grosse crise » ou j’ai l’impression que tout se contracte et des passages aux toilettes toutes les 15 minutes avec des volumes élevées d’urine. Je précise que je dois boire 1L d’eau par jour.
    Suite à cela, 3 ECBU négatif, une échographie de la vessie normal, rendez vous urologue qui me dit que j’ai une « vessie hyperactive », elle me prescrit du vesicare, ça ne change rien. Suite à ça, rdv gyneco car ça me brulait (toujours en dehors de la miction) qui avec un frottis révèle une mycose. La gynecologue me prescrit 2 ovules, ça ne passe pas. Prélèvement vaginal qui démontre une vaginose bactérienne. Elle me prescrit du polyginax, a bout je consulte un hypnothérapeuthe, par je ne sais quelle miracle, ça disparait au bout de 5 mois tout de même!! J’ai fais un bilan uro dynamique + échographie vaginale, tout est normal.
    La moitié de l’année 2023 se passe, je revis, enfin normalement, j’ai donc mis ça sur le coup du stress, ce que me dise les médecins. Jusqu’a décembre 2023, les mêmes symptômes qui reviennent.. je n’y crois pas, le cauchemar reprend. Je revois le médecin, prélèvement vaginale qui démontre a nouveau une infection bacterienne, cette fois ci j’ai ovule, creme, + antiobiotique metrodinazol et probiotique vaginaux pendant 14 jours. Ca ne passe pas, les brulures s’atténuent un peu. Mais toujours cette envie constante d’uriner et surtout cette gêne permanente!! Parfois je vais aux toilettes 15 fois par jours, parfois 6…. Mais cette gène est vraiment constante. Je refais un prelevement vaginal, tout est ok, ecbu negatif : leucocytes 4/mm3
    Hematies : 3/mm3
    Nombreuses cellules épithéliales

    J’ai rendez vous pour un IRM fin mars. Les médecins me disent qu’a ce stade c’est psychosomatique. Cela me pèse tellement que je dois prendre des antidépresseurs, j’ai 25 ans.
    Je suis angoissée de nature mais je sens bien que quelque chose est enflammée. J’aimerai retrouver ma vie. Jai commanxé cistiquer et assilium nac aujourd’hui, au vu du prix je retardais mais cest mon dernier espoir.
    Merci a vous de m’avoir lu et merci de tout coeur pour votre aide.

    Reply
    • Mary
      20 février 2024

      Merci pour ce commentaire Lolo et bien triste pour vous et cette situation qui se prolonge… 🙁
      Je me permets, en préambule, d’insister sur le fait que ce blog, bien que très riche en informations et conseils étayés par des études et une ample littérature scientifique, ne se substitue pas à l’avis médical. Il n’est donc en aucun cas ici question de formuler un diagnostic sur votre problématique. Je vais par contre, au travers un raisonnement par exclusion, essayer de vous guider et partager ma « lecture » de votre problématique au travers une mise en perspective de plusieurs éléments « clés » de votre témoignage.
      D’avance pardon pour la longueur de ma réponse que je souhaite la plus claire possible (éventuellement même en vue de la soumettre à votre médecin si nécessaire).

      1) « Tout a commencé il y a un an et demi, du jour au lendemain »
      En l’absence d’évènement marquant à cette date (choc émotionnel, traumatisme physique tel qu’un accident, une chute…) ou de traitement ponctuel ou maladie aigue… bref, si aucune cause ne justifie cette apparition brusque de symptômes, la première hypothèse possible est celle d’une infection urinaire.
      2) « une envie constante d’uriner. Toutes les 20 minutes, ou toutes les heures ou toutes les 2h. Parfois des moments d’accalmies (très rares) et parfois des moments de « grosse crise » ou j’ai l’impression que tout se contracte et des passages aux toilettes toutes les 15 minutes avec des volumes élevées d’urine. »
      La description de ces symptômes « colle en tout point » à ceux d’une cystite aigue selon les guides de bonne pratique en urologie. Encore une fois, nous tenant aux statistiques épidémiologiques, ce type d’évènement est causé dans la majorité des cas par une infection.
      3) « Suite à cela, 3 ECBU négatif, une échographie de la vessie normal »
      Ces examens ont donc permis d’exclure :
      – L’infection BACTERIENNE : pas de présence de bactéries uropathogènes sur les analyses de laboratoire
      – L’œdème de la paroi vésicale parfois visible (pas toujours) lors des épisodes aigus en raison d’une inflammation de la paroi urothéliale qui fait augmenter son épaisseur lors de l’observation échographique

      4) « rendez-vous urologue qui me dit que j’ai une « vessie hyperactive », elle me prescrit du vesicare, ça ne change rien. »
      Concernant le diagnostic de « vessie hyperactive » sans examen, je me contenterais ici de vous renvoyer à la lecture de cet article : https://cystiteetcompagnie.fr/2021/11/vessie-hypercative/
      En revanche, l’inefficacité du Vesicare pour vous est particulièrement intéressante car elle permet d’exclure une cause spasmodique et/ou neurologique de vos impériosités mictionnelles. D’autant que l’hyperactivité vésicale est rarement accompagnée de douleurs vésicales…
      Encore une fois, nous revenons à une suspicion d’infection plutôt que de cause inflammatoire…
      5) « rdv gyneco car ça me brulait (toujours en dehors de la miction) qui avec un frottis révèle une mycose. »
      Un autre élément qui retient mon attention : cet examen, réalisé sommes toute précocement suite à la première apparition de vos troubles a donc permis de trouver, sur le col de l’utérus (puisqu’il s’agit d’un frottis et non d’un prélèvement vaginal) et donc sur une portion « haute » de l’appareil génital, une infection FONGIQUE.
      6) « La gynécologue me prescrit 2 ovules, ça ne passe pas »
      Le traitement proposé était donc local (à usage uniquement gynécologique) et sans efficacité sur une symptomatologie vésicale…. Rien d’étonnant vous ne trouvez pas ?
      7) « Prélèvement vaginal qui démontre une vaginose bactérienne. Elle me prescrit du polyginax »
      Cet autre élément confirme donc que le traitement local a été efficace localement ! puisque l’infection génitale fongique a disparu au profit d’une infection bactérienne. Mais, en parallèle, la symptomatologie urinaire demeure…
      La thérapie antibiotique orale prescrite alors est sans effet sur la symptomatologie urinaire mais résout sans doute la vaginose.
      8) « ça disparait au bout de 5 mois tout de même. Jusqu’a décembre 2023, les mêmes symptômes qui reviennent.. je n’y crois pas, le cauchemar reprend»
      Ce qui pourrait évoquer une mise en quiescence d’une infection sous l’effet de la formation de biofilms pathogènes : https://cystiteetcompagnie.fr/2018/03/biofilm-scenario-de-guerre/ puis un « reveil » de l’infection suite à une simple baisse des défenses immunitaires…
      9) « Je revois le médecin, prélèvement vaginale qui démontre a nouveau une infection bacterienne, cette fois ci j’ai ovule, creme, + antiobiotique metrodinazol et probiotique vaginaux pendant 14 jours. Ca ne passe pas, les brulures s’atténuent un peu. »
      Il est ici fondamental de bien comprendre et « lire » cette légère régression des brulures suite à une thérapie orale (metronidazole) qui a non seulement une efficacité antibiotique (anti-bactéries) mais aussi, périfériquement, une faible action antifongique

      J’arrive donc à ma conclusion (peut être erronée et qui ne se substitue pas à un avis médicale) : je pense que vous pourriez avoir une infection urinaire fongique : https://cystiteetcompagnie.fr/2020/06/le-temoignage-de-manon-cystite-fongique-cest-rare-mais-ca-existe/
      Ce type d’IU échappe aux ECBU (car la recherche microbienne est bactériologique = uniquement les bactéries et non les levures), ne cause pas forcément de grosse réponse immunitaire (leucocyturie dans la norme chez vous), ne répond évidemment pas aux antibiotiques ni aux antifongiques lorsqu’ils sont utilisés localement en intra-vaginale comme ça a été le cas pour vous, peut « plier » avec le traitement au métronidazole (comme semblerait l’indiquer la récente évolution) mais se manifeste comme une IU classique dans les symptômes et se trouve souvent associée à une dysbiose vaginale (mycose décelée dans un premier temps chez vous).
      Bref, je vous conseille d’en discuter avec votre médecin et de procéder à une recherche spécifique pour les levures dans les urines (cytologie urinaire).
      Côté complément alimentaire :
      -> Etant donnée la désormais « ancienneté » de la problématique, Ausilium NAC est tout à fait indiqué car il permettrait de combattre les (probables) biofilms pathogènes et, de surcroit, la présence de lactoferrine dans la composition serait un « plus » pour inhiber la potentielle prolifération fongique
      -> Plutôt que Cistiquer, je conseillerais ici Lenicand dont la formulation permet de soutenir les flores, réduire l’inflammation des muqueuses, renforcer l’immunité, et combattre de manière plus « frontale » une possible infection fongique

      Sur la question économique, je comprends vos réticences mais me permets de souligner la nature complète de ces produits qui permettent, en peu de prises quotidiennes (2 pour chacune des références indiquées pour être précise), d’affronter de manière cohérente la supposée problématique.
      Enfin, en contactant le bureau (infofrance@deakos.com) vous pourrez demander un devis et obtenir une remise si vous souhaitez vous procurer ces compléments.

      Espérant que cette « piste » pourra vous être utile ; de tout cœur avec vous ❤

      Reply
  • Marie
    12 janvier 2024

    Bonjour,
    Où peut-on trouver le comprimé vaginal Femelle tel qu’indiqué dans les commentaires ? Je ne le trouve nulle part sur internet.
    Merci

    Reply
    • Mary
      12 janvier 2024

      Merci pour ce commentaire Marie
      Le complément alimentaire Femelle a été remplacé avantageusement par Ausilium Flora dont la formulation est plus complète et donc l’efficacité meilleure en cas de dysbiose vaginale, vaginite ou vaginose.
      Néanmoins, dans les cas où Ausilium Flora ne pourra pas être utilisé (ex: grossesse), Femelle reste disponible à la vente chez Deakos sur simple demande écrite par mail: infofrance@deakos.com

      Pour lire la fiche technique du produit, vous pouvez vous référer au site du fabriquant (en utilisant la traduction automatique de google): https://www.bromatech.it/prodotti

      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Laura
    1 janvier 2024

    Bonjour,

    Je viens solliciter vos témoignages et votre aide concernant une situation que je vis depuis environ 2 mois. Pour info, je ne suis pas sujette aux infections urinaires j’ai du en avoir 3/4 en tout ma vie (j’ai 25 ans).

    Donc il y a deux mois j’ai commencé à avoir une pression au niveau de la vessie faisant que je devais me rendre aux toilettes toutes les 5 mn. Je faisais pipi, parfois normalement parfois très peu, mais 0 douleurs contrairement aux autres fois ou j’ai eu des cystites bactériennes donc je trouvais ça bizarre. J’ai tout de même été voir un médecin pour avoir le sachet mono dose qu’on donne et ça n’est pas passé. J’ai même commencé à avoir mal au niveau des reins. J’ai donc été faire un EBCU et en attendant on m’a prescrit un autre antibiotique. Les résultats sont revenus négatifs mais on ne savait pas si c’était à cause de l’antibiotique ou pas.

    Entre temps j’ai eu de plus en plus de mal à ne pas uriner, et bien que la douleur aux reins étaient finalement passée le traitement ne fonctionnait pas et ça faisait déjà 2 semaines, j’ai été faire plusieurs examens et la conclusion a été que je n’avais aucune infection bactérienne classique de cystite. J’ai aussi fais des examens gynécologique et prise de sang RAS aussi.
    L’envie est finalement partie d’elle-même (j’ai arrêté mon traitement antibiotique puisque ça ne servait à rien) et j’ai mis ça sous le compte du stress.

    Mais voilà que 1 mois après cette envie est revenue, toujours sans aucune douleur mais avec cette envie d’uriner et je ne sais pas quoi faire car c’est assez handicapant…

    Pendant mes examens le médecin m’a parlé d’une possibilité de cystite interstitielle mais en cherchant sur internet je ne trouve que des témoignages de gens avec des douleurs, chose que je n’ai pas, et surtout visiblement de mon côté ça vient et ça repart.

    Si certaines d’entre vous on vécu cette expérience ou savent ce que cela pourrait être n’hésitez pas !!

    Merci

    Reply
    • Coco
      8 janvier 2024

      Bonjour Laura et merci pour ce commentaire 🙂
      Les douleurs aux reins pourraient-elles être plutôt lombaires ?
      La description de votre problématique, sa chronologie et les symptômes que vous décrivez (pas de brulure pendant la miction mais fréquence mictionnelle), me font penser au point 2c de cet article : la problématique pourrait être extra-vésicale, avoir un retentissement sur la vessie et créer une fréquence mictionnelle plus importante ; je pense ici en particulier à une contracture musculaire, ce qui expliquerait pourquoi ça vient e ça repart. Ici il pourrait être utile d’investiguer sur votre activité physique : quel sport pratiquez-vous ? Quelle est votre activité professionnelle ?
      Le premier conseil ici serait d’effectuer une évaluation du plancher pelvien auprès d’un spécialiste (sage-femme ou kinésithérapeute). A ce propos, je me permet de vous renvoyer à la lecture de l’article suivant : https://cystiteetcompagnie.fr/2019/10/evaluation-du-plancher-pelvien-bilan-pelvi-perineal-pour-qui-pourquoi-comment/. En outre nous avons toute une section dédiée aux professionnels de santé conseillés par les patients. Voici le lien : https://cystiteetcompagnie.fr/annuaire/.
      En attendant vos réponses, vous pouvez réduire les symptômes en utilisant Cistiquer. Pour un conseil plus personnalisé, je vous invite à écrire un mail à infofrance@deakos.com.
      Bon courage !

      Reply
  • Marine
    1 décembre 2023

    Bonjour, merci bcp pr ce blog très bien écrit, où l’on apprend énormément de chose, avec du vocabulaire approprié, je viens du monde médical.
    Je vous écris afin d’avoir un avis, j’ai cherché sur plusieurs article, la réponse à ma question en vain, avant de vous déranger.
    J’ai 23ans, et fait deux cystites cet été espacés de 2/3 semaines. Pour la première je n’ai pas prit d’antibiothérapies, et je sentais que les symptômes persistaient, pour la deuxième tellement atroce, j’ai une monodose de fosfomycine. Qui d’ailleurs a agit rapidement. Cependant, depuis, donc après 4mois ma dernière cystite, je ne ressens plus les brulures mictionelles mais j’ai le reste des symptômes c’est a dire pollakiurie, miction impérieuse, ça peut me bruler de temps en temps quand je cours, et surtout le symptôme qui me dérange le plus est que je conserve un globe vésical comme c’est le cas pendant mes cystites. C’est a dire, j’ai beau vider ma vessie, mon bas du ventre reste énorme avec la forme de ma vessie apparente. Je me suis énormément renseignée, j’ai pensée à une vessie distendue étant donnée sportive et que je bois bcp (2/3L /jour), j’ai donc diminué mon apport hydrique, j’ai également pensé au faite que ça aurait pu être à cause que je force pour uriner et donc stopper également cette mauvaise habitude, qui pourrait faire que mon détrusor soit incompétent.
    Alors voila, ma question est la suivante, l’existence d’un biofilm peut il donner cette aspect de vessie gonflée persistante?
    J’ai oublié de préciser que j’ai fait un ECBU il y a peu, ni leucocyturie, ni de bactérie, ni d’hématurie. Ma prise de sang est normale.
    J’ai donc commandé le Ausilium NAC pr une cure de 2 semaines, à voir…
    En attente de votre réponse,
    Marine

    Reply
    • Coco
      4 décembre 2023

      Bonjour Marine et merci pour votre commentaire.
      Tout d’abord, je suis navrée pour vous et ces symptômes douloureux.

      Concernant ce que vous décrivez comme « bas du ventre qui reste énorme avec la forme de ma vessie apparente », ces troubles pourraient vous donner l’idée qu’il s’agit de votre vessie et notamment d’un « globe vésical ». Toutefois, précisions que que le globe vésical est un évènement rare, aigu et grave qui se présente comme conséquence de l’impossibilité de vider la vessie (pas de mictions possibles donc), ce qui ne correspond donc pas à votre situation actuelle (heureusement ! ).

      D’un autre côté, il est légitime et compréhensible d’éprouver un mal-être face à un ventre gonflé en permanence (d’autre plus vu votre âgé et votre profil sportif). Et vues vos indications, on ne devrait pas sous-estimer la situation et on peut pas exclure la présence d’un œdème lié à une inflammation des tissus contenus dans le plancher pelvien.
      Pour revenir à vos symptômes vésicaux (qui ne sont pas à négliger non plus) – comme pollakiurie, miction impérieuse, parfois brulures –, ils semblent donc être devenus chroniques après le dernier épisode aigu.
      En tenant compte du cadre général, la possible présence de biofilm est ici exclue en première intention (parce que vous n’avez pas des épisodes bactériens aigus et récurrents). Votre situation fait donc penser plutôt à une problématique inflammatoire, enclenchée par l’épisode aigu initial.

      Je ne suis pas médecin, et j’essaie d’imaginer le cas le plus extrême, mais cette situation pourrait vaguement rassemble à un cas d’endométriose.
      Dans tous les cas, l’’’inflammation est un point commun entre les differentes hypothèses.
      Donc, au lieu d’Ausilium NAC, j’aurais plutôt vous conseillé pour vous une association de Ausilium Forte et Cistiquer/Alaquer (en prises alternées)
      + une visite chez un gynécologue afin d’enquêter l’éventuelle présence d’une endométriose (IRM) serait également opportune.
      Je vous souhaite d’arriver à obtenir une réponse satisfaisante à vos doutes et reste disponible pour toutes questions ou, simplement, vous donner du soutien.
      Courage <3

      Reply
  • Bernier lucie
    16 novembre 2023

    Merci beaucoup pour votre réponse.

    La maladie dont je souffre est un covid long depuis 2 ans, maladie inflammatoire et système immunitaire déréglée.

    Je précise que ecbu sans germe sans leucocytes sans neutro
    Merci

    Reply
    • Mary
      17 novembre 2023

      Un grand merci pour votre réponse Lucie

      Dans un cas comme le vôtre, on peut donc confirmer les points précédents:
      – une inflammation +++ causée par un emballement du système immunitaire (peut être même un SAMA)
      – toujours la suspicion de contracture pelvienne
      – une forte suspicion de neuropathie pelvienne

      Consulter un spécialiste du plancher pelvien semble donc une (très) bonne idée pour faire un point 😉

      Côté supplémentation orale, pour être pragmatique, je conseillerais ici :
      – D-Magnesio : 1 mesurette, 2 fois par jour, à la fin du repas
      – Cistiquer: 1 comprimé, midi et soir, aux repas
      – Pealen: 2 comprimés, midi et soir, aux repas (soit 4 comprimés par jour)
      – Acide alfa-lipoïque -> LIPOICO ACTI-NERV RETARD pour citer un produit : 1 comprimé par jour, au petit déjeuner

      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Bernier lucie
    13 novembre 2023

    Bonjour, je poste ce message pour avoir de mettre en place un protocole qui fonctionne. J ai des infections urinaires depuis de nombreuses années qui s étaient calmées un peu mais revenues depuis une maladie qui est toujours d actualité.

    Maintenant mes cystites semblent abacteriennes, pas de germe retrouve leucocytes et neutro ok mais j ai bien tous les symptômes d une cystite brûlures constantes à l uretres, sensation de devoir uriner, temps de latence pour évacuer l urine, etc. Ces symptômes sont toujours déclenchés par le coût donc je ne peux plus avoir de rapport avec penetration. Depuis 2 semaines je n arrive pas a ma debar1sser des symptômes. Je prends 2 sachets de femmanose par jour depuis 3 jours mais pas d effet.

    Pourriez vous m orienter sur un protocole dans mon cas ?

    Je précise que le prélèvement vaginal est OK, flore ok.

    Merci beaucoup pour votre retour
    Lucie

    Reply
    • Mary
      16 novembre 2023

      Merci pour ce commentaire Lucie et bien triste pour vous 🙁

      1) Il est bien dommage de ne pas avoir préciser de quelle maladie vous souffrez car, de toutes évidence, elle est directement ou indirectement responsable du retour de vos troubles uro-gynécologiques… Si vous lisez ma réponse et pouvez préciser ce point, ce serait surement un “plus” pour vous fournir des indications précises et plus adaptées.

      2) La description du cadre clinique (symptômes) et des résultats de vos analyses (négatives pour la présence bactérienne / positives pour la présence de leucocytes) laisse effectivement penser à une problématique de cystites abactériennes pour vous.
      https://cystiteetcompagnie.fr/2021/10/cystite-abacterienne-synthese/

      3) A ceci on ajoutera par contre que des éléments dans la présentation de vos maux (brulures urétrales et dysurie en particulier) et dans le facteur déclenchant qui les provoque (coup dans la région pelvienne ou rapports pénétratifs) ouvrent une piste intéressante sur une possible contracture pelvienne comme facteur de risque principal: https://cystiteetcompagnie.fr/2019/05/la-contracture-pelvienne/

      4) Les analyses d’urines étant négatives pour la présence bactérienne, une supplémenttion orale avec de hauts dosages en D-Mannose comme vous le faites actuellement n’est pas la première mesure naturelle que l’on pourrait conseiller chez vous. En effet, ce principe actif, très indiqué et recommandé en cas de cystite bactérienne, n’a que peu ou pas d’activité anti-inflammatoire et n’est donc pas très utile en cas de cystite abactérienne (ce qui est votre cas): https://cystiteetcompagnie.fr/2019/02/d-mannose-contre-la-cystite-ca-marche-ah-ben-en-fait-non-mais-si-en-fait-si/

      5) Dans un cas comme le vôtre donc, on conseillera plutôt:

      -> Si nécessaire, d’établir un lien entre la pathologie en cours (non spécifiée) et vos cystites abactériennes

      -> De rencontrer un spécialiste du plancher pelvien afin d’effectuer un bilan complet pour confirmer ou exclure la présence d’une hypertonicité ou de contractures :
      https://cystiteetcompagnie.fr/2023/07/visite-chez-le-kine-ou-pourquoi-effectuer-un-bilan-mecanique-en-cas-de-cystite/

      -> De réorienter votre approche phytothérapeutique vers une démarche anti-inflammatoire. Sur ce point, je conseillerais une prise combinée de: Ausilium Forte + Cistiquer +/- Alaquer +/- Pealen*

      *Pour un schéma posologique complet, vous pouvez interpeller le bureau : infofrance@deakos.com

      Prenez bien le temps et le soin de lire les articles suggérés au fil de cette réponse pour comprendre “à fond” mon propos 😉
      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Elorie_22
    20 septembre 2023

    Bonjour,
    Je souffre depuis plus de trois semaines de la vessie.
    Cela a commencé par les symptômes d’une infection urinaire ; Mictions impérieuses et fréquentes mais moindre, besoin d’uriner plusieurs fois/ nuit, vessie lourde.
    Je pensais que cela allait passer à l’aide de paracétamol, mais au final, ne tenant plus, je suis allée voir un médecin de garde.
    Celui-ci, après m’avoir fait faire un test urinaire sur bandelette, a déclaré que j’avais une infection urinaire. Il m’a prescris deux doses Fosfomycine ( Une première prise, suivi d’une deuxième 72 h plus tard si symptômes persistants ).
    Le mal ne passant pas et malgré ces deux antibiotiques, je suis allée voir mon généraliste qui m’a prescrit un ecbu + ensuite, du cefixime ( Deux cachets / jours pdt 8 jours )
    – Pas de présence de leucocytes dans l’ecbu, RAS, mais présence d’une flore polymorphe – 2 espèces bactériennes différentes. <1000 UFC/ml <10.3UFC/ml
    – Face au résultat de l'ecbu, mon doc' m'a prescrit une ovule contre myscose ( monazol ) + crème " au cas ou". Cela n'a eu aucun effet benefique.
    – J'ai été obligée de cesser l'antibiotique au bout de 5 jours car je commençais à avoir des effets indésirables non négligeables. ( douleurs aux reins, selles anormales, cloques )
    Au jour d'aujourd'hui ma vessie est toujours très sensible avec des urgenteries moyennement supportables. Cela est très pénible, car j'ai un métier qui ne me permet pas d'aller aux toilettes selon l'envie. Tantôt, j'effectue une tache très physique, tantôt je conduis un véhicule et le fait de rester assise 7 heures durant m'est désormais difficile. Cependant je n'ai pas le choix.
    Mes nuits son hachées. Hier matin, j'avais la sensation d'une vessie archie pleine toute la matinée, sans pourtant avoir bu au préalable. Le mal se dissipe lors du passage aux wc. Aujourd'hui, ça a été à peu près.
    C'est comme si c'était " en feu ". Mais le plus étrange, c'est qu'il y a des phases d'accalmie durant lesquelles, toutes ces sensations vont s'estomper.
    Tout cela me tracasse, car de plus, en voyant le résultat de mon ecbu, le généraliste est resté sceptique. Il m'a donné un autre ecbu à réaliser, mais pas tout de suite pour ne pas "occuper" un rdv. Pourtant je ne vais pas au docteur par plaisir mais par necessité. J'aimerais beaucoup avoir votre avis sur ce problème svp.

    Reply
    • Mary
      3 octobre 2023

      Merci pour ce commentaire Elorie et bien triste pour vous 🙁

      1. Il est ici délicat d’émettre une hypothèse certaine sur l’épisode aigu initial: infection urinaire ou bien cystite abactérienne dès les premiers symptômes ? Sur ce point, nous n’aurons jamais de certitude et devons donc prendre en considération les deux possibilités à 50% de probabilité l’une comme l’autre.

      2. Ce qui est par contre sûr, aux vues de votre historique, est que la consommation de thérapies antibiotiques et antifongiques de ces dernière semaines est importante. Ces traitements ayant tous un impact non négligeable sur la flore locale (flore vulvo-vaginale) et sur l’inflammation des muqueuses il est frot possible qu’une partie de votre symptomatologie actuelle soit imputable à la prise en charge elle-même.

      3. Les deux points précédents me conduisent donc à encadrer la problématique actuelle comme :
      – une possible infection persistante faute de prise en charge précoce et adaptée (prescription à l’aveugle) = présence de biofilms pathogènes
      https://cystiteetcompagnie.fr/2018/03/biofilm-scenario-de-guerre/
      – une très probable inflammation de la muqueuse urothéliale
      https://cystiteetcompagnie.fr/2021/10/cystite-abacterienne-synthese/

      4. Pour toutes ces raisons, les conseils appropriés dans le cas présents sont les suivants:
      -> Réaliser sans attendre non seulement l’ECBU mais aussi un prélèvement vaginal: ces deux examens permettant d’avoir une “photographie” plutôt nette de l’ensemble de la pshère uro-génitale tant du point de vu bactérien que fongique et inflammatoire.
      -> Prendre en charge, conjointement, la composante inflammatoire et la possible présence de biofilms pathogènes*
      -> Dans un monde parfait, il serait également conseillable d’aménager votre temps afin de pouvoir consommer de plus grandes quantités d’eau et vous rendre aux toilettes toutes les 2h maxmium 😉 (je pense ici à un arrêt de travail qui, dans la pratique, n’est pas si simple à mettre en place)

      *Sur le point de la prise en charge, si vous souhaitez orienter votre démarche vers des mesures naturelles, on citera Ausilium NAC, Ausilium Forte et Cistiquer comme compléments alimentaires adaptés.
      Pour un schéma posologique détaillé et personnalisé, je vous invite à contacter: infofrance@deakos.com

      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Clarisse
    5 février 2023

    BONJOUR ! Je viens de découvrir votre blog et je suis très impressionné par toutes les informations que j’ai pu découvrir !

    Voilà mon parcours : au mois d’octobre je fais une cystite (pas de douleur à la miction juste une douleur à la vessie et l’envie permanente d’uriner, je n’en dors plus), mon médecin généraliste ne me donne pas d’antibiotique car il n’y a pas de signe d’infection sur son test urinaire (par bandelette) il me conseille juste de boire beaucoup d’eau : je procède donc ainsi : Je réalise un ECBU qui est négatif puis je bois 2L d’eau par jour et des sachets de cranberries à diluer dans l’eau. La douleur s’arrête.

    Décembre : tout recommence mais plus fort, la cranberries et les 2L d’eau n’y font rien ! mon médecin décide de me donner un antibiotique, et un ECBU à réaliser si cela continue. Les antibiotiques ne marchent pas et passent même très mal (quelques effets secondaires comme la diarrhée même avec les probiotiques en plus des antibiotiques) rien ne va je cherche à tout prix à calmer mes douleurs mais rien ne fonctionne… ECBU négatif ! (Entre-temps d’autres grosses douleurs viennent s’installer douleur qui se propage dans tout le ventre et le bas-ventre, diarrhée et constipation en alternance sont permanentes)

    Je retourne chez un médecin (remplaçant de mon généraliste) qui me donne un autre antibiotique pour la cystite + ECBU (encore youhou) et me conseille d’aller voir une gynécologue (pour être sûr que les douleurs à mon bas-ventre ne sont pas gynécologiques). ECBU négatif mais L’antibiotique fonctionné très bien je me sens mieux, mais les douleurs dans tout le reste du ventre sont extrêmement douloureuses.
    RDV chez ma gynécologue avec échographie R.A.S. Mon généraliste me conseille donc d’aller faire un scanner des intestins et RDV chez un gastro-entérologue (je vais aller au rendez-vous très bientôt). Mais qui revoilà depuis quelques jours maintenant ? ma cystite ! la 3ième en 5 mois… sans douleur à la miction mais une forte pression sur la vessie et l’envie constante d’uriner.

    Je tombe sur votre site et je me demande si ce ne sont pas les antibiotiques qui m’auraient surement abimé les intestins … Je ne veux plus d’antibiotique d’ECBU etc.… je me demandais si la prise d’Ausilum NAC et Ausilium 20+ pourraient me soulager ? j’espère que vous pourrez m’aidez…

    merci a vous et bonne semaine

    Reply
    • Coco
      7 février 2023

      Chère Clarisse,

      Merci pour ce commentaire et pour avoir exposé des commentaires positifs envers le blog.
      La description de votre symptomatologie si détaillée nous fournit plusieurs points qui pourraient certainement définir une piste à suivre.
      La situation suggère tout d’abord une cystite abactérienne (ECBU négatif) :
      Une situation typique dans laquelle les symptômes décrits sont exactement ceux d’une cystite classique (douleur dans le bas-ventre, envie constante d’uriner, brûlures…) mais où les examens ne révèlent aucune bactérie.

      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2022/05/11/infection-urinaire-sans-germe-cest-possible-ca/
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2021/10/19/cystite-abacterienne-synthese/
      Dans des cas comme celui-ci, nous avons certainement pu constater un déficit immunitaire et une inflammation chronique de l’urothélium, où la prise répétée d’antibiotiques n’a certainement pas aidé à résoudre la problématique mais a provoqué des effets secondaires qui se sont ensuite manifestés non seulement localement et donc urologiquement mais aussi, comme vous l’avez observé, dans les intestins.
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/cystite-et-antibioprophylaxie/
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2022/07/28/dysbiose-intestinale-mycoses-et-cystites-le-trio/
      Vous nous exposer également que vous avez pris de la canneberge, attention, rappelez-vous que dans une symptomatologie déjà compromise la canneberge acidifie et augmente les douleurs de la vessie
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/cranberry-faux-ami-de-cystiteuse/
      En conclusion dans un cas comme le vôtre il serait utile de :
      – soutenir les fonctions de réépithélisation de la paroi vésicale comme de sa couche protectrice (GAGs) pour favoriser la restauration de son intégrité et lutter contre son inflammation ( Cistiquer et Dimannart )
      – régulariser le transit pour réduire les irritations avec des mesures hygiéno-diététiques adaptées: un régime alimentaire adapté (riche en fibres), une bonne hydratation (minimum 1.5 litres d’eau par jour), une activité physique modérée mais régulière
      – agir contre l’inflammation
      – prendre des probiotiques afin de favoriser une bonne présence de lactobacilles dans la flore intestinale. Ces derniers, même en cas de migration vers la vessie, resteront non pathogènes et ne pourront donc pas entrainer d’infection urinaire
      – garantir une présence permanente de D-Mannose dans la vessie au travers une prise prophylactique quotidienne afin de pouvoir neutraliser les bactéries pathogènes dès leur migration et empêcher leur prolifération dans le milieu vésical
      En attendant de passer le rendez-vous que vous avez mentionné, je vous suggère d’écrire un e-mail au bureau à l’adresse infofrance@deakos.com pour transformer les conseils ci-dessus en action pragmatique.
      Espérant avoir été utile je reste à disposition pour toutes questions .
      Coco

      Reply
  • Delphine
    28 janvier 2023

    Bonjour à vous,
    J’ai lu nombre de commentaires et j’en apprends beaucoup, un grand merci pour cette initiative qui nous fait sentir moins seules dans nos problématiques.
    Depuis 3 moi, j’ai des brûlures à l’entrée du vagin, après avoir fait pipi, ou après la douche, et des picotements sur la vulve, comme des poils drus qui ressortent et peuvent piquer, en terme de sensation. J’ai également entre les grandes lèvres, un dépôt blanc assez collant et épais.
    J’ai pensé à mycose, que j’ai essayé de traiter sans succès. Rdv avec gyneco qui ne voit rien d’anormal.
    Ayant une mucoviscidose et étant un peu encombrée à ce moment là, j’ai fait une analyse bactériologique de crachat. Mélangé à la salive, l’examen a retrouvé du candida dans la bouche.
    J’ai été traitée par fungizone, le sirop en voie orale. C’était au mois de décembre.
    Ayant aussi une flore de vaginose révélée dans les prélèvements vaginaux, je me suis également traitée contre ça.
    En parallèle, je prends des probiotiques pour la flore intestinale, et quand je ne prenais pas par voie orale, je mettais des ovules de probiotique en voie vaginale.
    J’ai à ce jour une flore en bonne santé et un score de Nugent normal. Seulement mes brûlures et picotements sont toujours là…..et le dépôt blanc aussi.
    J’ai vu 2 fois la gynécologue ces 3 dernières semaines car c’était l’heure de mon frottis. La première consultation avec prélèvement a révélé une flore normale donc sans candida et très peu de gardnarella, pas de quoi traiter. Ce qu’elle a vu visuellement ne l’a pas inquiété. J’ai revu la gynécologue il y a trois jours car le frottis indiquait un papillomavirus. Lors de l’examen, elle a aussi vu ce dépôt blanc qui lui fait penser à mycose, elle a prélevé et j’attends le résultat.
    Ma première question est la suivante: comment differencie t-on avec certitude le dépôt d’une mycose du dépôt d’un smegma ? Aucun gynécologue ne me parle de segma.
    J’ai lu votre article sur la vulvodynie, serait-ce une réponse à ma situation?
    J’ai limité considérablement le sucre, faudrait-il tout supprimer? Sachant que la mucoviscidose peut entraîner du diabète, je fais attention et mes bilans sanguins sont bons jusqu’à présent.
    Il serait possible que ce soit une petite sécheresse? Comment être sûre et que faire d’efficace, en dehors du soulagement des symptômes grâce à de l’hydratation?
    Espérant avoir quelques éléments de réponses en attendant que les lumières s’allument dans le corps médical… merci pour votre travail et attention.

    Reply
    • Mary
      14 février 2023

      Merci pour ce commentaire Delphine et vos très gentils mots à l’attention de notre travail 🙂

      Votre cas particulier est délicat car la mucoviscidose dont vous souffrez est une pathologie complexe aux multiples impacts sur la santé générale du patient et, notamment, sa compétence immunitaire. Les conseils et remaruqes ci-dessous seront donc, bien entendu, à rediscuter avec votre médecin pour un avis médical.

      Actuellement, vous devez donc faire face à la problématique suivante:
      – douleurs / gênes importantes localisées au niveau vulvaire et vestibulaire
      – ces maux, décrits comme une brulure ou un picotement, surviennent principalement après la miction ou la tolette intime
      – ils sont associés aussi à des pertes blachâtres et une flore de Döderlein abondante mais où l’on perçoit une tendance à la vaginose bactérienne (Gardnerella identifiée en quantités significatives)
      – une hydratation augmentée soulage ces troubles

      La “piste” infectieuse étant donc clairement exclue grâce aux analyses effectuées (bravo à vous d’ailleurs pour cette excellente démarche d’investiguation), il apparait donc certain que vos symptômes ont une origine exclusivement inflammatoire => vaginite laquelle peut être multifactorielle:
      – conséquence des thérapies multiples (antibiotiques et antifongiques)
      – symptômes résiduels de la vaginose précédente
      – sécheresse vaginale (pensez-vous être concernée par cette problématique?)
      – dysbiose latente (présence modérée de Gardnerella)

      Le dépôt blanc observé peut tout simplement être lié à une production de sécrétions plus important comme réponse de la muqueuse qui tente de se protéger de l’inflammation.

      Ajoutons que le contexte de survenue des “pics” douloureux (après la douche est la miction) et le soulagement ressenti avec une plus grande dilution des urines sont des indicateurs supplémentaires de vaginite car, il est probable que le contact avec le savon utilisé sous la douche ou bien avec les urines (acides) soient des facteurs qui “ravivent” l’inflammation.

      S’il est vrai que les altérations neuropathiques à charge du périnée (vulvodynie dans votre texte) peuvent se manifester de la même façon, vue de la situation globale, émettre cette hypothèse apparait un peu prématuré pour vous 😉
      Il conviendrait dans un premier temps de mettre en place une prise en charge uniquement axée sur la vaginite et qui s’articulera autour de 2 grands axes:
      -> Apaiser l’inflammation des muqueuses en : limitant les irritations (opter pour un soin de toilette intime doux et respectueux du pH physiologique + diluer les urines les plus possible grâce à une augmentation de l’hydratation) + freinant les processus pro-inflammatoires locaux (on citera ici l’excellent résultat de l’application locale de PEA et les capacités lénitives de Ausilium Crema)
      -> Soutenir la flore de Döderlein pour éviter que la Gardnerella ne “flambe” à nouveau en: inhibant la croissance de la bactérie pathogène + maitrisant le pH vulvo-vaginal + appliquant localement des Lactobacilles vivants pour promouvoir la diffusion des colonies lactobacillaires dans le milieu

      Concrètement, ces conseils peuvent se transposer comme suit:
      – Supplémentation orale en PEA (Pealen)
      – Applications locales, en alterance, de Pealen Crema et Ausilium Crema
      – Applications locales (1 à 2 fois par semaine) de Ausilium Lavanda
      – Utilisation de Ausilium Mousse pour la toilette intime

      Pour plus de conseils ou de majeures informations sur les produits et l’approche cités, je reste bien entend à disposition et vous invite également, si vous le souhaitez, à contacter: infofrance@deakos.com

      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Julie
    14 janvier 2023

    Bonjour,

    mes médecins, semblant dépassés par mon cas, m’ont conseillé de m’adresser à vous.
    ça fait trois ans que je souffre de démangeaisons vulvaire et de gènes lors de la pénétration.
    Quelques mois après le début de ces symptômes, j’ai un un énorme pic, la vulve me brulait pendant plusieurs jours, c’était insupportable, ce qui m’a fait prendre un rendez vous gyneco en urgence. Lors du rendez-vous le plus gros de la crise était passée mais on m’a prescrit des fongicides (fluconazol je crois). ça a un peu réduit les démangeaisons mais elles étaient toujours là. J’ai fait différentes cures de ce fluconazole, en l’assortant de probiotiques. Après les démangeaisons vulvaires en sont apparues d’autres autour de l’anus (ou alors elles étaient déjà là et je ne m’en suis pas de suite rendue compte).
    J’ai pensé que j’avais une candidose. Ma gynéco a approuvé puisque, juste après la crise, elle a fait un prélèvement qui a détecté quelques candidas albicans.
    Mais trois ans plus tard, je refais des analyse (prélèvement vaginal, prélèvement anal, ECBU) et absolument rien n’apparait.
    Une autre médecin pense à des parasites intestinaux (comme j’ai des démangeaisons autour de l’anus). Je viens de faire les analyses de selles et elles ne révèlent rien du tout.
    J’ai quasiment tous les jours des démangeaisons sur la vulve (à l’entrée du vagin, sur les petites lèvres, parfois les grosses) et autour de l’anus. ça varie en fonction de mon cylce mais elles sont toujours présentes. je ne sais plus quoi faire. Et les médecins s’en foutent.

    J’espère que votre expertise me sera d’un quelconque réconfort. En tous les cas, merci beaucoup pour votre site !

    Reply
  • Claire
    30 avril 2022

    Bonjour, tout d’abord merci pour ce blog très complet, c’est extraordinaire de voir le temps que vous avez du mettre à créer tous ces articles, ainsi qu a donner des réponses personnalisées aux femmes qui vous ecrive.

    Depuis maintenant 10 jours j ai les symptomes d une infection urinaire vraiment costaud, c est invivable je ne peux plus rien faire d autres que rester allongé.

    Je viens de recevoir mes resultats d ECBU,tout semble ok, pas de germes, taux leuco hematites et celules epitheliales ok… Et prelevement vaginal ok aussi. Je suis presque déçue de ce resultat car je ne vois pas de solution.

    J ai tres probablement une maladie auto immune le Lichen vulvaire qui s est developpé ces dernieres semaines et qui peut provoqué des inflammation du systeme urinaire ( en plus du systeme genital / anal ) . J ai beaucoup de mal a trouver un specialiste qui m ecoute et me dise autre chose que ” faut faire avec vous n avez rien “.

    J ai par le passé fait quelques IT mais depuis l arret de ma pilule il y a cinq ans plus rien

    Aurriez vous une idée de ce qui pourrait me soulager ? J ai trente ans et je ne peux meme plus envisager quoi que ce soit, travailler, vacances, c’est tres difficile moralement..

    En vous remerciant,

    Claire

    Reply
    • Mary
      2 mai 2022

      Merci pour ce commentaire Claire, c’est toujours agréable pour nous de savoir que nos efforts en faveur d’une diffusion d’informations utiles soit appréciée et, plus encore utile tant du point de vue moral que dans la direction de solutions efficaces 🙂

      Ce message me touche particulièrement car vos douleurs sont indégnables et pourtant négligées par le corps médical ce qui est bien dommage…
      S’agissant ici d’une problématique 100% inflammatoire, donc la cause est de surcroît parfaitement identifiée (avec le Lichen), des options de prise en charge existent pourtant. De manière plus spécifique, on peut parler de mesures naturelles visant à:
      1. réduire l’irritation des muqueuses
      2. plaquer (autant que faire se peut) l’inflammation à charge de l’ensemble du plancher pelvien
      3. soutenir et restaurer l’intégrité de la paroi des voies urinaires

      1. Concernant la réduction de l’irritation
      L’essentielle de cette intervention se résume par un aménagement de l’alimentation et l’hydratation en faveur d’apports qui vont limiter les déchets véhiculés par les urines et maintenir un pH urinaire peu acide. Il s’agit donc de mettre en place une diète tendanciellement alcalinisante, le plus réduite possible en additifs et associée à une hydratation abondante et régulière au cours de la journée.
      L’ajout de principes actifs naturels alcalinisant (comme le bicarbonate) peut être un “plus” ici.

      2. Concernant la réduction de l’inflammation
      La cause initiale de la symptomatologie inflammatoire étant le Lichen, nous avons la quasi certitude qu’une composante importante de la douleur soit de nature nociceptive (liée à une réelle altération et agression des tissus); mais il n’est pas à exclure que la douleur puisse également avoir une fraction neuropathique (un indice de cela étant sa caractéristique irradiante à l’ensemble du plancher pelvien et de ses organes).
      Pour ces raisons, l’intervention naturelle ici devrait être double:
      – locale pour apaiser les tissus
      – systémique pour réduire les processus inflammatoires et pseudo-allergiques qui médient les perceptions neuropathiques

      3. Concernant le soutien plus spécifique dédié à l’urothélium
      Il est important, surtout dans cette phase aigue, de ne pas permettre à l’inflammation d’endommager la vessie. On peut donc soutenir le trophisme (épithélisation) de la paroi vésicale par une supplémentation en Glycosaminoglycanes pour éviter une “abrasion” qui serait successivement responsable d’un prolongement et/ou aggravation des troubles à charge de la vessie.

      De manière plus pragmatique, dans un cas comme le vôtre, je conseillerais l’usage des produits suivants:
      – Ausilium 20PLUS (1)
      – Pealen (2)
      – Pealen Crema (2)
      – Ausilium Crema (2)
      – Cistiquer (3)
      PS. pour un schéma posologique plus précis, je vous invite à contacter le bureau : infofrance@deakos.com

      J’espère que ces quelques pistes pourront vous aider. Sachez que vous n’êtes pas seule 😉
      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Géraldine
    13 juillet 2021

    Bonjour, merci pour votre blog, je le sens moins seule.
    Je n’en peux olus. Je n ecesse de faure des infections urinaires. La 1ère était avérée avec cristaux des les urines. J’ai eu des traitements antibiotiques. Depuis 6 mois, je ne cesse de refaire des infections, j’ai eu plusieurs traitemnents. Les ECBU reviennent “sans germe” depuis, malgré les douleurs, les mictions frequentes.. . Je n’ai plus de flore de Doderlein, du coup on ma prescrit des probiotiques. Cela ne change rien pour le moment après 2 mois.
    Aujourd’hui, je traîne à nouveau tous les symptômes d’une cystite. ECBU sans germe…
    Mes crises surviennent systématiquement après rapports sexuesl. Sympa pour la vie de couple…
    Mon médecin m’a conseillé femannose. Elle traute aussi la sphère gynecologique en parallèle (fluconazole) car j’ai tendance à la candidose.
    Elle m’a également prescrit une échographie des voies urinaires, je nai pas encore obtenu de rdv.
    Voilà, je n’en peux plus. Je ne sais plus quoi faire.
    Peut être modifier mon alimentation trop riche en sucre ?
    Merci de votre retour.

    Reply
    • Mary
      14 juillet 2021

      Bonjour Géraldine,

      Merci pour votre message et votre confiance.
      Bien triste de vous lire et un grand merci pour le temps que vous avez pris à décrire votre situation et votre symptomatologie, analyse et informations très importantes pour comprendre de manière détaillée votre problématique.

      Vous écrivez avoir souffert de Cystites avec cristaux :
      Les « cristaux » sont des concrétions minérales parfois présentes dans les urines (pour de multiples raisons) qui représentent les précurseurs de « sable » ou « calculs » rénaux. Cet élément pourrait indiquer que le germe responsable de l’infection initiale était une bactérie uréase positive (qui a tendance à alcaliniser les urines et favoriser la précipitation des minéraux = formation de cristaux et cylindres).
      Dans tous les cas, l’existence de cette double agression initiale de muqueuse vésicale (attaque bactérienne + présence de concrétions minérales) a sans doute occasionné un endommagement de l’urothélium (comme une « abrasion » de sa couche protectrice superficielle) ; altération de l’intégrité de la paroi souvent à l’origine d’une symptomatologie plus marquée et douloureuse et d’un prolongement de cette symptomatologie bien au-delà de la résolution de l’infection (ce qui semble bien être le cas ici).
      D’ailleurs, vous décrivez très précisément des épisodes aigus de cystite sans présence bactérienne qui sont désormais récurrents (ECBU négatif) et une symptomatologie persistante (douleurs, mictions fréquentes…).
      Une telle situation, étant donné votre historique peut donc être due à :
      1. Une inflammation urothéliale chronique
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2021/07/02/cystite-mais-ecbu-negatif/
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/05/31/cystite-sans-bacterie/

      2. La présence de biofilms pathogènes
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/cystite-infection-urinaire-recidivantes-biofilm-explication/
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/biofilm-scenario-de-guerre/

      En outre, les nombreux traitements dont vous parlez (antibiotiques à répétition depuis 6 mois) vous ont visiblement exposé à des effets secondaires qui entretiennent et favorisent la survenue des infections urinaires :
      – altération de la flore de Döderlein (flore physiologique vaginale) « je n’ai plus de flore de Döderlein »
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/08/13/748/
      – altération des flores digestives
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/06/19/le-microbiote-intestinal/
      – réduction des défenses immunitaires physiologiques
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2020/03/06/cystite-bacterienne-dou-viennent-les-germes/
      Pour ces raisons, il est déconseillé l’usage d’antibiotiques pris à l’aveugle et l’antibiothérapie répétitive (ou prophylactique)
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/cystite-et-antibioprophylaxie/
      A ce propos, il semble également utile de préciser que la « tendance à la candidose » évoquée dans votre message est une situation qui, bien que fréquente, devrait absolument être confirmée par des examens de laboratoire (prélèvement vaginal en particulier) afin d’éviter les thérapies antifongiques additionnelles auxquelles vous êtes soumises actuellement et qui ne participent pas (loin de là) à la restauration d’une flore vaginale équilibrée voire, si la prolifération du Candida albicans est faible ou insignifiante, vous desservent totalement.
      En revanche, une approche appropriée dans votre cas consisterait à recoloniser le milieu vulvo-vaginal avec de « bonnes souches bactériennes » (Lactobacilles) et soutenir leur implantation et croissance grâce à des mesures en faveur d’un pH vaginal correct et d’un équilibre de l’entier écosystème :
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/11/09/cystites-recidivantes-et-bonification-du-milieu-vaginal-enjeux-et-interets/

      Également dans votre description vous avez identifié le facteur déclenchent de vos épisodes aigus : le rapport. La cystite post-coïtale est une problématique multifactorielle dont les causes peuvent être multiples, surtout lorsqu’il s’agit de cystite abactérienne :
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/11/09/mecanismes-de-la-cystite-post-coitale-et-pistes-de-prevention/

      ==>> Pour venir au bout de votre problématique serait donc préférable et souhaitable de mettre en œuvre une démarche ciblée de la manière suivante :
      – Réduire les irritations vésicales et combattre l’inflammation des muqueuses et de l’ensemble de la sphère uro-génitale
      – Agir en faveur d’une désagrégation et élimination des biofilms vésicaux
      – Vérifier l’effective présence de Candida albicans en excès au niveau vaginal + agir en faveur d’une « bonification du milieu vaginal »
      – Intervenir également sur le facteur précipitant des épisodes aigus avec des mesures préventives péri-coïtales
      – Tenter, en accord avec votre médecin, de réduire au maximum la consommation de thérapies (antibiotiques et antifongiques) au profit d’une approche préventive naturelle* et d’un recours à cette approche pharmacologique uniquement sur la base d’une réelle nécessité (ECBU positif ou bien prélèvement vaginal montrant la dysbiose).
      *Cette prophylaxie naturelle pourra être basée sur l’utilisation de D-Mannose comme principe actif inhibiteur de l’adhésion des germes uropathogènes sur la muqueuse vésicale
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/d-mannose-amour/
      mais ne peut, à elle seule, être suffisante étant donnée l’ampleur des facteurs de risques et de l’inflammation à charge du plancher pelvien (comme expliqué plus haut).

      Au sujet du Femannose qui est un d-mannose issu du maïs extrait chimiquement , n’est pas le meilleur d-mannose à acheter, mais c’est le plus facile à trouver rapidement en pharmacie, en cas de crise aiguë, donc à utiliser sur du court terme en attendant d’acheter mieux.
      Les sachets sont dosés à 2 g de d-mannose , ce qui fait que l’utilisation de ce produit doit être faite en respectant le dosage le plus efficace dans la fréquence des prises ( de 1 g ) en les espaçant dans la journée pour avoir les 6 g donc 6 prises de d-mannose, il est nécessaire de diluer le sachet de Femannose dans une petite bouteille d’eau et de boire en 2 fois soit 2 doses espacées de 2 à 3 h environ.
      En utilisant les 3 sachets préconisés en 6 fois sur la journée.
      Il est également conseillé de prendre ce d-mannose , comme tous les autres en dehors des repas ( 1 h avant ou 2 h après), et d’aller uriner 1 h après la prise de Femannose.
      Ce produit étant acidifiant ( contenant de l’acide citrique et un arôme de grenade ) il est préférable d’y ajouter 1/2 cc de bicarbonate de sodium ( * sauf contre indication) dans votre petite bouteille d’eau, cela évitera les irritations vésicales et ses conséquences.
      Ce produit vous semble peu ou moins cher que d’autres produits au d-mannose mais faites vos comptes et calcul du prix de la dose quand vous achetez un produit et non vous focalisez uniquement sur le prix du produit !
      * contre indication : hypertension et insuffisance rénale.
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/09/06/comment-choisir-un-bon-complement-a-base-de-d-mannose/

      En conclusion si vous souhaitez recevoir des conseils et schéma posologique personnalisé je vous conseille d’écrire un mail à l’adresse infofrance@deakos.com
      De tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Angel
    23 mai 2021

    Bonjour,

    J’ai eu des infections urinaires à répétition depuis le mois de novembre 2020 (date de mon déménagement en Afrique).
    Au début je me soignait avec Monuril et ça passait pendant 1 mois mais c’est revenu tous les mois et en février 2021 je suis tombée enceinte donc j’ai commencé à faire des ECBU et résultats staphylococcus aureus traité par antibiotiques et deux mois après staphylococcus saprophyticus traité avec antibiotiques aussi.
    Sauf que même après ce traitement la douleur n’est pas partie.
    J’ai refais un ECBU de contrôle 48h après mais aucun germe détecté ni d’infections, leucocytes à 8000 m/L.
    J’ai donc commandé les produits sur le site Deakos que j’essaie depuis 3 jours.
    Je voulais savoir ce qui pouvait me donner ces douleurs si il n’y a plus de germe :
    Envie constamment d’uriner, douleurs dans la vessie comme si c’était contracté et gonflé, comme une sécheresse, poids dans la vessie.
    J’ai du mal à comprendre pourquoi j’ai ces symptômes gênants au quotidien.
    Je me demande si c’est lié à la grossesse ou à cause des antibiotiques ou des infections à répétition ?
    Les traitements de chez Deakos vont il m’aider ?
    Je précise que je suis revenue en France pour finir ma grossesse et me soigner.
    Merci pour votre réponse
    Angel

    Reply
    • Coco
      3 juin 2021

      Bonjour Angel et merci pour votre commentaire et votre confiance,
      Vous souffrez de Cystites récidivantes depuis novembre 2020
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/10/19/cystite-recidivante-comment-une-problematique-simple-devient-chronique/
      Le fait que les derniers ECBU ont eu un résultat négatif n’exclut pas la présence d’un biofilm pathogène qui est une stratégie défensive mise en place par les bactéries pathogènes pour ne pas être atteintes ni par les défenses immunitaires naturelles de notre organisme, ni par les antibiotiques « traité avec antibiotiques aussi »
      L’usage répété d’antibiotique constitue non seulement une “non-solution” (puisque non résolutif) mais présente également de nombreux inconvénients en raison de leurs effet secondaires sur les flores physiologiques et la compétence immunitaire qui deviennent, au fil du temps, contre-productif en constituant eux-même un facteur prédisposant de la cystite –
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/biofilm-scenario-de-guerre/
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/cystite-et-antibioprophylaxie/
      Vous écrivez d’avoir commandé des produits Deakos, quels sont les produits dont vous parlez ?
      Ici la priorité serait celle de :
      – Agir contre la matrice polysaccharidique du biofilm pour la désagréger, neutraliser et éliminer les souches pathogènes persistantes qu’il renferme et pouvoir ainsi éradiquer le foyer infectieux latent
      – Investiguer aussi sur les autres facteurs prédisposants et précipitants des cystites. Ceci pour les identifier puis prendre en charge afin de prévenir, en amont, efficacement, les récidives futures
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2020/01/14/cystite-la-chasse-aux-coupables/

      Pour recevoir des conseils un peu plus « pragmatiques ” et prendre en charge une posologie des produit plus ciblée je vous conseille de contacter Deakos chez infofrance@deakos.com
      En espérant avoir été utile je reste à disposition,
      Coco

      Reply
  • Lili
    19 mai 2021

    Bonjour,
    Je vous remercie pour ce site très complet !
    Ca fait bientôt 6 mois que je souffre des symptômes d’une cystite. Cela ce produit par intermitence ; des fois j’ai très mal et d’autres fois ça va.
    Lorsque les symptômes se sont déclaré, je me suis rendue chez le médecin qui m’a prescrit du Monuril, sans faire d’ECBU, ce qui n’a pas fonctionné. J’y suis retournée, et j’ai eu le droit à un autre antibio (je me souviens plus du nom) pendant 7 jours, qui n’a toujours pas fonctionné. J’ai donc été faire un ECBU + antibiogramme, et là, surprise, rien! Pas de bactéries, ni de leucocytes (il me semble qu’il y avait quand même un peu d’hématies). Je me suis dis que ça allait passer.
    Sauf que non. J’ai donc récemment décidé de retourner chez le médecin, qui m’a de nouveau prescrit une analyse d’urine (ECBU + détection des chlamydia et gonocoques), et cette fois-ci il y a rien du tout, même pas d’hématies. Il m’a envoyé faire une échographie de l’appareil urinaire, et pareil, rien… La bonne nouvelle c’est que je n’ai pas de malformation.
    Mais voilà, je ne sais plus quoi faire et je n’arrive pas à savoir quelle pathologie cela pourrait être. A part les symptomes décris plus haut, je souffre de règles douloureuses (mais si ça avait été de l’endométriose, je pense que le médecin l’aurai vu à l’écho), mais je n’ai aucun autre symptôme.

    Reply
    • Mary
      1 juin 2021

      Bonjour Lili et toutes mes excuses pour le retard de ma réponse.

      Tenter d’identifier une problématique sur la base de symptomes est un excercice extremement délicat et qui relève d’avantage de l’avis médical (diagnostic). La plus grande prudence s’impose donc vis à vis de ma réponse qui n’an nullement l’intention de se substituer à l’avis d’un médecin.
      D’autant plus qu’ici les indices sont bien maigres: cystites abactériennes et douleurs menstruelles. Ces deux seuls éléments peuvent etre évocateurs de multiples causes:
      -> endométriose (qu’il est difficile d’exclure sur la seule base d’une échographie)
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/11/15/lendometriose-cette-inconnue/
      -> syndrome des ovaires polykystiques
      -> contracture musculaire
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/05/23/la-contracture-pelvienne/
      -> neuropathie
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2021/04/23/nevralgies-et-neuropathies-pelviennes/
      -> alimentation déséquilibrée
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/08/30/quest-ce-quon-mange/
      -> activité physique inadaptée ou trop intense
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2020/04/03/gymnastique-posturale-adaptee/

      Au-delà de ces premières considération, il serait toutefois utile de comprendre:
      – dans quel contexte survient votre problématique urologique?
      – si vous consommez par ailleurs d’autres thérapies ?
      – si vous avez des antécédents urologiques ou gynécologiques?
      – si vous avez une contraception hormonale ?
      – si vous souffrez de troubles intestinaux / digestifs…?
      un ensemble d’informations utiles et indispensables pour vous orienter 😉

      Espérant vous lire prochainement pour approfondir ensemble, de tout coeur avec vous

      Reply
      • Lili
        1 juin 2021

        Merci de votre réponse et de vos précisions !

        Je n’ai aucun autre problème connu, et le syndrome des ovaires poly kystiques avait déjà été testé auparavant par une echo à cause de mes douleurs de règles (qui sont souvent très violentes), sans résultat. Je n’ai pas effectué de grands changements dans mon alimentation qui je pense est pour le moment plutôt correcte. Quant à l’activité physique, je n’ai rien changé non plus à mes habitudes.
        De plus, je n’ai aucun autre problème connu (ni antécédents) et je ne prends pas de contraception.
        Mes douleurs surviennent à la miction et restent pendant quelques minutes. J’ai remarqué que lors de la phase de mon cycle correspondant, de manière hypothétique (calculée sur une application que j’ai depuis 3 ans) à la phase précédant l’ovulation, j’avais énormément de mal à me retenir, et j’avais besoin d’aller aux toilettes beaucoup plus souvent (je n’ai commencé à le noter que depuis 2 cycles). De plus, lorsque j’ai un rapport, les préliminaires doivent être extrêmement délicats pour que je ne souffre pas, et je supporte mal le rapport en lui même.
        Vraiment, je vous remercie car j’en ai assez de courir chez le médecin qui n’est pas forcément spécialisé dans le domaine et est un peu désemparé de ces résultats. La prochaine fois que j’y retournerais, nous pourrons discuter ensemble de ces pistes.

        Reply
        • Cam
          6 octobre 2022

          Bonjour Lily, vos symptomes ressemble beaucoup au mien..
          Avez-vous trouvez quelque chose pour vous soulager ? Comment allez vous maintenant?

          Reply
          • Coco
            7 octobre 2022

            Chère Camille,encore une fois merci pour votre commentaire et votre confiance, dans l’attente que Lily vous réponde vous trouverez plusieurs suggestions et pistes à suivre pour débouter une démarche ciblée envers votre problématique, nous restons à disposition pour tous renseignements,
            Coco

  • babette
    17 février 2021

    bonjour COCO ET MARY suite a mon message du 7 février 2021 voici mes nouveaux résultats.ECBU LEUCO 180000 HEMATIES 33000 tres nombreux cristaux oxalate de calcium .conclusion leucocyturie sans germes. Prelevement Vaginal absence de germes quelq qu ils soient absence de lactobacilles score de nugent 4 Flore intermediaire. J ai bien noté tous les complements alimentaires mentionnés dans votre réponse du 7 fevrier. Mais je suis perdue et ne sais pas quoi commander.En résumé j ai un syndrome genito urinaire de la ménopause a visée urinaire cystite abacterienne avec brulure et douleur vessie et meat urinaire.Je commence un régime alcalisant ce jour. pourriez vous me conseiller pour les complements alimentaires et la posologie. je pensais a cistiquer pour calmer l inflammation de ma vessie qui je pense est aussi irritée par les cristaux de calcium.pourrai je continuer les ovules de colpotrophine avec les complements. merci prenez soin de vous

    Reply
    • Coco
      19 février 2021

      Bonjour Babette ,
      Bien contente de vous relire et très heureuse de remarquer encore une fois votre grande capacité d’analyser la situation, ce qui nous permet de comprendre le mieux possible les facteurs principaux qui provoquent votre symptomatologie et vos douleurs.
      Encore une fois il faut bien se focaliser sur les résultats des examens :
      – ECBU négatif au niveau bactérien
      – nombreux cristaux de calcium
      – teneur importants d’hématies (ce qui implique des micro-saignements)
      – absence de leucocytes
      Et les mettre en perspective avec le contexte global :
      – Ménopause
      – Absence de flore physiologique
      – Syndrome génito-urinaire
      – Forte sècheresse et atrophie des muqueuses

      Dans une situation comme la vôtre ces facteurs nous renvoient vers une situation tout à fait inflammatoire (absence de germes) où la cause principale est une ménopause atrophique assez importante (syndrome génito- urinaire) caractérisée par une sècheresse des muqueuses vulvo-vaginales mais aussi urothéliales (vessie et urètre sont concernés donc) et de plus l’absence de lactobacilles nous confirme une dysbiose profonde de la flore de Döderlein .

      Une approche cohérente ici s’articulerait donc autour des objectifs suivants :
      1) Restaurer l’intégrité de la muqueuse vulvo-vaginale et soutenir son trophisme
      2) Combattre l’inflammation et favoriser la correcte épithélisation de l’urothélium
      3) Recoloniser la flore de Döderlein et soutenir son équilibre

      Pour remplir ces trois objectifs, un schéma posologique cohérent avec des produits de chez Deakos pourrait donc être les suivant :
      -> Supplémentation orale :
      – Cistiquer (1 comprimés , deux fois par jour, loin des repas sur une période de minimum 2 mois)
      – Ausilium 20Plus (1 sachet par jour)
      PS. Pas de Ausilium Forte pour vous vu son contenu en calcium qui ne serait pas approprié dans votre situation (présence de cristaux d’oxalate de calcium dans l’ ECBU).

      -> Localement :
      – Ausilium Crema ( 1 application par jour, au coucher ) absolument compatible avec les ovules de colpotrophine
      – Ausilium Lavanda ( 1 application 1 fois par semaine)
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2020/03/06/5-bonnes-raisons-dutiliser-ausilium-lavanda/

      Enfin, pour consolider la colonisation et un le soutien de la flore il serait aussi utile de prendre des probiotiques au niveau oral, voilà un exemple :
      Un cycle de Lenicand (1 comprimé, midi et soir, aux repas, pendant 2 mois), complément alimentaire qui associe deux souches de probiotiques (pour un total de 7 milliards dans chaque comprimé) à la Tabebuia avellanedae :
      – Immunostimulant, anti-inflammatoire, antifongique
      – A une action purifiante, désintoxiquante et drainante
      – Contient de la Quercétine, un bioflavonoïde à forte action anti-inflammatoire
      – Possède des propriétés antioxydantes et gastroprotectrices
      à la Lactoferrine qui :
      – Contribue à renforcer le système immunitaire
      – A une action anti-oxydante
      – A un effet antibactérien sur les grams négatifs et virus

      En espérant avoir été utile je reste à disposition pour d’autres questions,
      Coco

      Reply
  • Babette
    7 février 2021

    Bonsoir Mary je suis très contente dêtre tombée sur votre blog que j adore.je vais également vous rejoindre sur fb.j ai 60 ans ménopausée depuis 7 ans.je souffre d un Syndrome genito urinaire de la ménopause. Sécheresse intime interne et externe soignée par colpotrophine ovulé. Résultat pas top.le plus dure à supporter se sont les brûlures mictionnelles et les douleurs au méat urinaire et une sensation de pression à la vessie.ECBU négatif écho vessie normale prélèvement gynécologue normal juste absence de lactobacilles. Mon doc veut me mettre sous antibiotiques mais je refuse. Aucun germe et bilan sang normal.je prend des oméga 3 6 7.quels conseils pouvez vous me donner. Pour soulager ma vessie enflammee merci prenez soin de vous

    Reply
    • Coco
      9 février 2021

      Bonjour Babette,
      Je me permets de vous répondre car Mary a beaucoup de travail en ce moment.
      Merci pour votre commentaire, votre confiance et vos compliments que je vous rends la pareille car la description de votre situation est très détaillée et précise : quel plaisir de vous avoir avec nous !
      La symptomatologie que vous décrivez est tout à fait liée à une situation typique de la ménopause qui est surtout caractérisée par une réduction du taux d’hormones (œstrogènes et progestérone) provoquant plusieurs conséquences :
      – changements au niveau vaginal tels que perte d’élasticité at assèchement de la muqueuse et raccourcissement et rétrécissement du vagin
      – diminution de la flore de Döderlein (flore physiologique vaginale qui joue un rôle de barrière immunitaire naturelle contre les agents potentiellement pathogènes pour la sphère uro-génitale)
      – atténuation des défenses immunitaires qui facilite la sensibilité aux infections urinaires
      Un ensemble d’effets secondaires auquel vous êtes malheureusement confrontée.
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/12/19/cystite-et-menopause-dont-panic/
      On soulignera en particulier un point, souvent négligé, l’absence de Lactobacilles sur votre prélèvement vaginal. C’est-à-dire l’absence complète d’une « bonne » flore vaginale (en charge de l’immunité locale mais aussi de la régulation du pH et d’une partie des sécrétions vaginales). La restauration de cette flore doit donc être au centre de nos préoccupations.

      Ces modifications peuvent ainsi augmenter la survenue des cystites bactériennes ou abactériennes (étant votre ECBU négatif). Ces dernières se caractérisant par les symptômes que vous avez très bien décrit et qui dérivent tous de l’assèchement des muqueuses (vulvo-vaginale et urétro-vésicale) les rendant plus fines, fragiles, sensibles et inflammatoires.
      Plus particulièrement, l’inflammation de la paroi vésicale est une situation multifactorielle due à l’altération de la couche des Glycosaminoglycanes (GAG) qui tapisse l’intérieur de la paroi vésicale et lui confère son imperméabilité. Lorsque cette couche est abîmée (en raison d’un assèchement chez vous), l’urothélium (paroi vésicale) se trouve exposé aux agressions et irritations environnementales (acidité des urines, présence de déchets et toxines…) ce qui cause une inflammation qui devient rapidement chronique.
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/06/06/anatomie-des-voies-urinaires-basses-et-gags/

      **Concernant la prise en charge pour améliorer la situation, il semble donc évident ici que :
      1) L’antibiothérapie est totalement inadaptée puisque votre situation est abactérienne (à 100% inflammatoire). Une telle thérapie serait donc inutile, voire même contre-productive puisque vous exposant à de possibles effets secondaires de réduction ultérieur de la flore physiologique et aggravation de la vaginite (inflammation).
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/cystites-infections-urinaires-recidivantes-antibiotiques-ne-marchent-plus/

      2) Une action anti-inflammatoire est prioritaire et devrait s’articuler autour des axes suivants :
      -> Réduction des processus inflammatoires au travers une supplémentation ciblée (Nonidea + Cistiquer)
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2020/03/23/role-de-lhistamine-dans-les-inflammations-chroniques/
      -> Hydratation et « nutrition » des muqueuses (Ausilium Crema)
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/10/18/une-creme-vaginale-magique-contre-la-cystite/
      -> Soutien du trophisme au travers une supplémentations en GAG (Cistiquer + Dimannart)
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2019/03/15/lecosysteme-vulvo-vaginal-flore-hormones-muqueuse-et-ph-un-subtile-equilibre/
      -> Repeuplement de la Flore de Döderlein (Ausilium Lavanda + Deaflor)
      https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/08/13/748/

      Les produits cités dans les conseils ci-dessus appartiennent à la gamme Deakos, si vous souhaitez un schéma posologique personnaliser pour savoir comment les employer de manière optimale, je vous invite à contacter : infofrance@deakos.com

      Reply
  • Karine
    1 février 2021

    Bonjour
    J’ai déjà fait plusieurs cystites il y a 2 ans et les choses se sont régularisées.
    Néanmoins depuis 10j je ressens une gêne au niveau de la vessie avec la bas du ventre tendu spasmés et des ballonnements intestinaux. Les mictions sont rapprochées et pas toujours abondantes. Je me sens fatiguée de cet inconfort permanent. J’ai pris des gellules d’huiles essentielles des laboratoire SANTIS et des sachets de Femmanose qui normalement me réussissaient plutôt bien mais la gêne persiste.
    J’ai pris du spasfon depuis 2 jours et cela améliore un peu les choses .
    J’ai pratiqué un ECBU il y a3 jours
    leucocytes noramles 1000
    en revanche Hematies à 13 000 au lieu de inf à 10 000
    culture stérile et absence d’infection urinaire
    Me conseillez vous de prendre “cystiquer” dont ma naturopathe m’a parlé ?
    Ou bien d’autres traitements ?
    que me conseillez vous s’il vous plait ?
    merci pour votre aide
    Karine

    Reply
    • Coco
      2 février 2021

      Bonjour Karine et merci pour votre commentaire,
      Je me permets de vous répondre ici sur le blog malgré je sais que vous avez déjà pu contacter Mary sur notre page officielle https://www.facebook.com/deakosfrance/.
      Vous souffrez de cystites abactérienne et votre situation semble être le reflet d’une chronicisation de l’inflammation urothéliale.
      Ce phénomène, issu d’une irritation de la muqueuse vésicale, peut faire suite à des agressions comme par exemple: les épisodes aigus récurrents, la prise répétée d’antibiotiques, la présence du biofilm pathogène (pro-inflammatoire par nature), l’acidité des urines. Il s’agit d’une inflammation de l’urothélium et donne lieu à une symptomatologie douloureuse similaire à celle de la cystite bactérienne.
      Dans un cas comme celui-ci il convient de soutenir les fonctions de réépithélisation de la paroi vésicale comme de sa couche protectrice (GAGs) pour favoriser la restauration de son intégrité et lutter contre son inflammation en suivant les mesures preventives suivantes:
      – un régime alimentaire tendanciellement alcalinisant: limitant les fromages, laitages, viandes et poissons et favorisant les fruits, légumes, céréales et féculents
      – une suppression des agents oxydants comme l’alcool et le tabac
      – une hydratation correcte : environ 1,5 litres d’eau par jour
      – le port de vêtements amples et de sous-vêtements en coton
      – la prise quotidienne d’un anti inflammatoire naturel comme la Morinda citrifolia contenue dans les produits Ausilium
      La description de votre symptomatologie nous fait penser à une phase de pré ménopause / ménopause caractérisée par l’augmentation de la fréquence des cystites bactériennes comme abactériennes.
      Cela parce que les hormones sexuelles féminines, et en particulier les œstrogènes agissent de la manière suivante :
      – Favorisent l’épithélisation de l’urothélium, garantissant le maintien et renouvellement de l’intégrité de la couche protectrice des GAG à la surface de cette paroi interne de la vessie réduisant donc l’inflammation
      – Soutiennent la croissance de la flore de Döderlein, flore physiologique vaginale qui joue un rôle de barrière immunitaire naturelle contre les agents potentiellement pathogènes pour la sphère uro-génitale
      – Favorisent le trophisme de la muqueuse vaginale, limitant la formation des microlésions et réduisant donc les possibles irritations et migrations bactériennes vers la vessie
      En cas de ménopause le taux d’œstrogènes est fortement réduit et les fonctions protectrices citées plus haut se trouvent amenuisées.
      Cette situation favorise certains changements comme :
      – la perte d’élasticité de la muqueuse vésicale comme vaginale
      – le raccourcissement / rétrécissement du vagin
      – la sécheresse vaginale
      – la raréfaction de la flore de Döderlein
      Ces modifications augmentent le risque de survenue des cystites bactériennes comme abactériennes.
      Pour lutter contre ces phénomène, il est nécessaire d’agir sur plusieurs axes:
      -> Soutenir le trophisme et l’hydratation des muqueuses pour conserver leur élasticité et intégrité naturelle et éviter la sécheresse vaginale et la formation de microlésions
      -> Soutenir la flore de Döderlein et éviter la présence d’agents pathogènes sur la muqueuse vaginale
      -> Combattre l’inflammation et favoriser la correcte épithélisation de l’urothélium
      -> Empêcher la formation du biofilm pathogène et/ou désagréger le biofilm mature déjà formé
      -> Inhiber l’adhésion des germes uropathogènes dans la vessie pour faciliter leur … r l’adhésion des germes uropathogènes dans la vessie pour faciliter leur élimination naturelle hors des voies urinaires et éviter une prolifération donnant lieu à une cystite aigue.
      Votre naturopathe vous a conseillé Cistiquer (pourrais-je savoir ses coordonnées pour l’ajouter à la liste du blog « médecins conseillés » ?) qui serait en effet utile si associé à la prise orale de D-Mannose et l’application d’une crème lubrifiante.
      En espérant avoir été utile je vous remercie pour votre confiance,
      Coco

      Reply
  • Mimi
    24 novembre 2020

    Bonjour, je vous envoie ce message car je commence un peu à désespérer…. il y a un mois j’ai fait une infection urinaire que mon médecin a tenté de guérir avec de la fosfomycine. Or ça n’a pas marché donc rebelote une semaine après : je fais une redécidive et cette fois ci on me prescrit un antibiotique qui semble fonctionner puisque je n’avais plus les symptômes de la cystite au bout de quelques jours et cela pendant 1/2 semaines. Cependant, depuis environ 2 semaines je ressens comme une gêne après avoir uriné (et non pas pendant) qui peut durer quelques minutes voire une heure puis se calmer jusqu’à la prochaine miction ! ce n’est pas vraiment douloureux mais c’est désagréable, c’est une sorte de pincement/picotement au niveau de l’urètre ou à l’entrée du vagin je ne sais pas trop… et parfois je peux ressentir une sensation de brûlure ou de chaleur à ce niveau là. Je me demande ce que ça peut être, est ce que mes infections urinaires ont laissé des traces ? Les antibiotiques peut être qui ont déréglé un peu tout ça ? J’ai rendez vous avec mon médecin bientôt mais j’ai peur qu’on ne trouve pas ce que c’est, c’est la raison pour laquelle je vous demande votre avis…. merci !

    Reply
    • Nimou
      24 novembre 2020

      Bonjour mimi, effectivement la prise d’antibiotiques fréquentes peut faire un dérèglement de la flore et provoquer une gene. Je vous conseille de faire une cure de probiotique. Vous pouvez aussi entamer une cure de cistiquer qui est un produit deakos conçu justement pour les irritations de vessie. Ce produit m’a fait bcp de bien! Bon courage 🙂

      Reply
    • Virna
      24 novembre 2020

      Bonsoir Mimi, les douleurs que tu ressens peuvent effectivement être consécutives aux prises antibiotiques ainsi qu’à l’irritation qui suit une IU. Ces douleurs peuvent persister un certain temps. Outre les compléments recommandés par Nimou, je te conseille aussi de privilégier une alimentation alcaline qui exclut tout ce qui peut irriter la vessie (agrumes, jus de fruits, café, thé, vinaigre et tous produits vinaigrés etc.) Si la gêne persiste, envisager de refaire un ECBU pour être bien certaine que l’IU est partie et éventuellement demander de rechercher d’autres souches (mycoplasmes ou ureaplasmes). Bon courage !

      Reply
  • Nono_
    5 novembre 2020

    Bonsoir, je tombe sur votre site après quelques recherches et j’ai vraiment l’impression que ça va être la réponse à mes questions
    J’aimerais vraiment qu’on m’aide :/
    J’ai fais des cystites il y a quelques années je dirais à peu près 2 fois par an mais je n’ai jamais consulté car en buvant beaucoup d’eau et des fois à l’aide de complément à base de bruyère/cranberry j’arrivais à me soigner en 2/3 jours et sans séquelle.
    Le mois dernier, à l’étranger, quelques jours avant la fin de mes vacances je fais une cystite, j’essaye de me soigner comme d’habitude en buvant beaucoup d’eau et j’achète des gélules à base de cranberry, sauf qu’au bout de 3 jours ça ne passe pas vraiment, moins de brûlures mais toujours cette envie d’uriner … À mon retour en France je continue à essayer de me soigner en buvant beaucoup d’eau mais au bout de 5 jours de cystite je décide d’appeler un SOS médecin. Au téléphone on me dit d’uriner dans un verre en attendant l’arrivée du médecin, ce que je fais. Sauf que le médecin qui me prend en charge decide de ne pas me faire le test urinaire, pour lui « c’est pas la peine, ça ne peut être qu’une cystite ». Il me met sous antibiotique. Pas très convaincue, je prends quand même les antibio car marre d’être gênée puis avec la reprise du travail j’avais envie d’en finir rapidement … Les antibiotiques agissent mais ce n’est qu’à la fin du traitement que je vois réellement une différence avec quand même une envie d’uriner qui persiste mais qui finit par passer quelques jours après mon traitement.
    Qq semaines passent je n’y pense plus et puis voilà, depuis 3 jours brûlures vaginales. Je pensais d’abord à une mycose ? Mais vu que je suis en début de règles je ne peux pas aller voir ma gynécologue, et je me dis que mon médecin se fiera à mon instinct alors que je me trompe peut-être … et là depuis ce matin de nouveau envie d’uriner constamment donc je pense que je fais de nouveau une cystite.
    Je fais le lien maintenant que mes 2 cystites sont arrivées en début de règles.
    Du coup j’aimerais vraiment être conseillée sur la démarche à suivre ? Car j’ai peur de retourner voir un médecin et d’être mal conseillée sur les traitements à suivre …
    Est-ce que c’est trop tôt après 2 cystites rapprochées pour penser que ça va récidiver ? Je préfère m’y prendre au plus tôt …
    Quelle est la démarche à suivre ? Qu’est-ce que je peux prendre comme complément ?
    Merci en tout cas, c’est un bonheur de découvrir votre site !

    Reply
    • Mary
      20 novembre 2020

      Merci pour ce commentaire et navrée de cette réponse tardive :-/

      Le parcours que vous découvrez pourrait être celui d’une cystite bactérienne -> thérapie antibiotique -> dysbiose vaginale -> infection vaginale -> remontée des germes -> récidive de la cystite
      Prendre les choses en main dès à présent pour éviter de tomber dans un éventuel cercle vicieux est donc plus qu’opportun.

      Dans votre situation, la stratégie à adopter devrait s’articuler autour des deux facteurs de risque identifiés:
      – récidivité = présence possible d’un biofilm
      – troubles vaginaux = existence probable d’une dysbiose*

      * Ce dernier facteur semble confirmé par les éléments suivants:
      – survenue des épisodes aigus en période pré-menstruelle : lorsque le taux d’oestrogènes diminue réduisant donc la croissance de la Flore de Döderlein (flore physiologique vaginale) et, par ricochet, minimisant les défenses immunitaires de la sphère uro-génitale ( = risque d’infections opportunistes vaginales et/ou urinaires)
      – apparition d’une symtpomatologie vaginale suite à la prise antibiotique

      Ici donc il sera utile de:
      1) Combattre le biofilm
      2) Inhiber l’adhésion des germes pathogènes sur la paroi vésicale pour favoriser leur élimination naturelle (avec la miction) et éviter leur prolifération (qui conduit à l’épisode aigu)
      3) Restaurer l’équilibre de la flore et des muqueuses vulvo-vaginale

      Plus pragmatiquement, ces conseils peuvent se traduire avec le schéma posologique suivant:

      -> Un premier cycle de 15 jours avec :
      – Ausilium NAC : 1 flacon, matin et soir, loin des repas
      – Ausilium 20 PLUS : 1 sachet, milieu de journée, loin des repas

      -> Une phase de maintien / prévention successive avec :
      – Ausilium Forte : 1 mesurette rase, 1 à 3 fois par jour, loin des repas

      -> En parallèle de ces mesures, une intervention ciblée sur le “terrain” vaginal avec:
      – Ausilium Lavanda: 1 application, 1 jour sur 2, la première semaine; puis 1 application par semaine les 4 semaines suivantes
      – Femelle: 1 comprimé vaginal, au coucher, pendant les 10 premiers jours
      – Ausilium Crema: 1 application quotidienne ou, à minima, 3 fois par semaine + à utiliser pour faciliter l’insertion de Femelle dans le vagin
      – Lenicand: 1 comprimé, midi et soir, aux repas

      Espérant que ces éléments vous aideront, de tout coeur avec vous ❤

      Reply
      • offredo
        23 mars 2021

        Bonjour,
        Tout d’abord merci pour ce site très clair et complet.
        J’ai également une question : ma fille de 12 ans qui débute sa puberté, fait depuis novembre dernier des cystites à répétition (5). L’écho est normale. Les germes diffèrent à chaque fois et sont traités par antibiotiques. Seulement les antibiotiques ont provoqué des mycoses, elles même suivies par des cystites … précédemment elle était constipée, ne buvait pas et n’allait pas aux toilettes. Elle a remédié à tout cela depuis un mois mais les cystites se poursuivent et une gêne en fin de miction persiste à la fin du traitement même en l’absence de germe et de leucocyte. Que me conseillez-vous ?
        Merci de votre retour
        Marie

        Reply
        • Coco
          26 mars 2021

          Bonjour Marie,
          merci pour votre commentaire et pour vos compliments concernant le site.
          Votre message montre à quel point vous avez avancé dans une démarche visant à la résolution de la problématique chez votre fille puisque vous avez déjà effectué une analyse très fine et complète des points suivants :
          1) Identifier la nature de l’infection urinaire (bactérienne ou abactérienne)
          https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/08/03/cystite-kesako/
          dans la situation que vous décrivez « Les germes diffèrent à chaque fois » les cystites de votre fille sont donc bien identifiées comme bactériennes et récidivantes.
          Lorsque l’ECBU révèle la présence, de façon alternée, de plusieurs types de bactéries, c’est très probablement le reflet de l’existence d’un biofilm polymicrobien dans la vessie.
          Le biofilm bactérien correspond à une stratégie défensive mise en place par les bactéries pathogènes pour ne pas être atteintes ni par les défenses immunitaires naturelles de notre organisme, ni par les antibiotiques.
          https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/cystite-infection-urinaire-recidivantes-biofilm-explication/
          Dans une situation comme celle-ci il peut sembler que les épisodes de cystite sont récidivants et indépendants alors que, en réalité, il s’agit de la même infection qui s’exprime dès que l’occasion lui est donnée (milieu vésical favorablement à la prolifération des germes libérés par la matrice du biofilm). Voilà donc pourquoi comme vous précisez dans votre commentaire « à chaque fois et sont traités par antibiotiques » la prise répétée d’antibiotiques ne permet pas d’éliminer les bactéries contenues dans le biofilm et la cystite se représente systématiquement.
          https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/cystites-infections-urinaires-recidivantes-antibiotiques-ne-marchent-plus/
          Pour venir au bout de ce problème, il faut donc agir contre le biofilm et la seule substance capable de désagréger un biofilm bactérien comme l’est votre cas est la N-AcétylCystéine
          =>> à voir la vidéo suivante https://www.youtube.com/watch?v=FgxNaRP_epo

          2) Identifier les causes de la cystite : facteurs précipitants et prédisposants
          Dans le cas de votre fille, le point de départ évident de la problématique est l’entrée dans la puberté et donc l’arrivée des menstruations. Cet élément permet de s’interroger sur deux facteurs de risque corrélés que sont :
          – Les modifications de l’équilibre de l’écosystème vulvo-vaginal induites par les bouleversements hormonaux
          https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/03/30/cystites-hormonaux-dependantes/
          – La possible incidence délétère des dispositifs d’absorption du flux menstruel (serviettes, tampons ou autres) sur la barrière immunitaire des voies urinaires
          https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/08/30/cystite-et-menstruations/

          La prise d’antibiotiques, successive au premier épisode aigu, s’est malheureusement associée à ces facteurs de risque et a constitué un facteur d’aggravation / maintien de la problématique qui glisse progressivement vers un trouble chronique avec, en particulier, l’apparition de :
          – altération de la flore de Döderlein (mycose)
          https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/08/13/748/

          Créant donc un effet cercle vicieux => à lire absolument et qui expliquera bien pourquoi, désormais, les gênes et inconforts sont permanents même en dehors des épisodes aigus : https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2018/10/19/cystite-recidivante-comment-une-problematique-simple-devient-chronique/

          Etant donné l’âge de votre fille, il est donc urgent de mettre en place de bonnes mesures pour combattre ce cercle vicieux et revenir à un point d’équilibre de la sphère uro-génitale. Ces mesures passeront donc obligatoirement par :
          – Des interventions sur le milieu vésical
          – Des interventions sur le milieu vaginal
          – Et des mesures ciblées au moment des menstruations (visiblement facteur précipitant central dans la problématique)
          Et aussi, aspect tout autant fondamental, par la réduction de la consommation de thérapies (orales comme locales) antibiotiques et antifongiques lesquelles, bien que semblant apporter une solution dans la phase aigüe, constituent en réalité une source alimentant la chronicisation de la problématique sans laquelle les récidives s’estomperont probablement très rapidement.

          Si ce type de démarche peut vous intéresser, afin de la « convertir » en schéma posologique et conseils concrets, je vous propose de contacter directement Deakos qui saura vous orienter vers le meilleur schéma posologique pour votre enfant : infofrance@deakos.com

          En espérant avoir été utile je reste à disposition,
          Coco

          Reply
  • Margo
    1 octobre 2020

    Quel bonheur pour moi que de découvrir ce site d’information! Enfin, je crois que je trouve les réponses à ma situation. Je souffre d’infections urinaires fréquentes, mais avec toujours un UCBE négatif…. j’ai à chaque fois un traitement antibiotique qui me soulage, mais les récidives sont de plus en plus fréquentes… aujourd’hui récidive alors que j’étais sous antibiotiques il y a deux semaines … Mon médecin ne sait plus que me proposer … sauf l’abstinence ! (oui, il a osé, sur le ton de la plaisanterie mais il ne sait pas que me prescrire …) . Je précise que j’ai testé également Duab, ou Cystera, ou autres compléments à base de plantes … mais qui ont leur limite. Je viens de découvrir le D-Mannose que je vais tester dès aujourd’hui …. Je croise les doigts pour que cela fonctionne et que je sois enfin soulagée durablement … je n’en peux plus de souffrir, de ne jamais être tranquille lors de mes sorties / voyages …. quant à ma vie de couple .. je refuse de sacrifier ma vie sexuelle à cause de ces infections ! Merci de m’avoir lue!

    Reply
    • Mary
      2 octobre 2020

      Merci pour ce commentaire Margo qui me laisse à la fois triste et surprise.
      En effet, de nombreuses confusions et « contre-sens » se glissent dans votre témoignage :
      1) En premier lieu la grosse confusion (que fait également votre médecin visiblement) entre cystite et infection urinaire qui sont deux choses très différentes puisque, dans le premier cas, on note la présence de symptômes, dans le second une présence de bactéries dans les urines.
      Existent donc :
      – des cystites bactériennes
      – des infections urinaires asymptomatiques
      – des cystites abactériennes => votre cas !!

      2) Le deuxième point sur lequel il semble ici utile d’insister est un corolaire direct du premier : la prescription antibiotique n’est pas indiquée en cas d’absence de germes dans les urines. Il s’agit là d’une thérapie inutile puisque, de toute évidence, les causes de vos épisodes aigus n’ont pas de lien avec une éventuelle infection ( = contamination des voies urinaires pas des germes pathogènes). Il conviendrait donc de comprendre quels sont les mécanismes abactériens en cause afin d’être en mesure d’apporter des solutions préventives réellement adaptées et efficace pour empêcher ou réduire ces épisodes aigus.

      3) A ce propos, comme vous aurez pu le lire dans l’article, la cause la plus commune de cystites abactériennes est l’inflammation vésicale chronique (facteur prédisposant) aggravée par des évènements déclencheurs (facteurs précipitants). En vous lisant, il semblerait que l’un des ces évènements soit l’activité sexuelle. Si tel est le cas, la prévention devrait s’axer autour de 3 objectifs :

      -> Réduire l’inflammation chronique par des mesures de réépithélisation de la paroi vésicale (Cistiquer) et contrôle du pH urinaire
      -> Amenuiser les frottements et la formation de micolésions durant les rapports au travers une correcte lubrification et hydratation des muqueuses (Ausilium Crema)
      -> Aller au-delà de ces deux premiers facteurs en s’interrogeant sur les éventuelles causes « cachées » de ces cystites post-coïtales abactériennes (contracture pelvienne, contraception inadaptée, dysbiose vaginale, vaginite…)

      4) La consommation de D-Mannose, en raison de ses caractéristiques réépithélisantes peut être utile mais reste une mesure d’avantage destinée à la lutte contre les infections urinaires. Mieux vaut donc lui privilégier des principes actifs tournés vers des effets anti-inflammatoires, anti-oxydants, hydratants et emollients pour les muqueuses de la sphère uro-génitale.

      De tout cœur avec vous

      Reply
  • Viggy
    30 septembre 2020

    Bonjour tout le monde,

    Merci à Gigi et Mary et à toutes les personnes qui rapportent leur expérience pour en aider d’autres !

    Je voudrais avoir votre avis et peut-être être rassurée sur ce qui m’arrive (je suis un peu hypocondriaque et comme en plus tout le monde pense que “c’est dans ma tête” (y compris les médecins), je commence à être bien malheureuse en essayant de trouver seul l’origine de mes maux).

    J’ai fait une grosse infection urinaire à E.Coli le 12 juillet suite à un rapport sexuel après une longue période d’abstinence. Je me suis automédicamentée (oui, je sais ce n’est pas bien) pendant 10 jours (avec un antibio auquel je me suis découverte par la suite résistante), puis j’ai pris pendant 3 semaines un autre antibiotique qui a fini par éradiquer l’E.Coli.

    La semaine suivant mon traitement, c’était le bonheur, j’ai retrouvé ma vie normale et il me semblait que tout avait bien fonctionné. J’ai également démarré une contraception orale, Microdiol.

    Puis, d’un coup, une semaine après la fin de mon traitement et le démarrage de ma pilule contraceptive, toute la symptomatologie de la cystite bactérienne est revenue… sauf que cette fois, après ECBU, elle s’est avérée abactérienne (taux de leucocytes de 6/mm3 alors que les normales se situent entre 0 et 5/mm3). Bien que sans germes, j’ai connu les douleurs pelviennes, les brûlures à la miction (au début et à la fin), les urgences mictionnelles, les sensations de pensanteur dans le bas ventre, les nuits agitées…

    J’ai été mise par mon urologue sous antiseptique pour vessie + antispasmodique pendant 7 et 10 jours. Les symptômes étaient tus sans pour autant que je ne me sente complètement “saine”.

    Après la fin du traitement, j’ai commencé à avoir des brûlures vulvaires constantes, du matin au soir au niveau de l’entrée du vagin (sans brûlures au moment de la miction), des douleurs au niveau du vagin, des tiraillements… J’ai effectué un prélèvement vaginal et j’ai été chez le gynécologue : tous les tests ont été négatifs. Elle m’a toute fois indiqué une petite sécheresse vulvaire. Du coup, ovules à l’acide hyaluronique + crème apaisante.

    Les symptômes varient depuis en fonction des jours. Des fois, ce sont des brûlures vulvaires sans problèmes urinaires, d’autres des problèmes urinaires pures (symptômes de la cystite) sans brûlures vulvaires et vaginales…

    Je vois partout sur internet des diagnostics de cystite interstitielle (qui me font très très très peur, sachant que je n’ai jamais eu d’antécédents particuliers, pas de diabète, d’endométriose ou autre)… Pensez-vous que ça peut être ça ou que ça y ressemble ? Est ce que ca peut être un problème lié à la prise de ma contraception et donc un problème hormonal qui peut disparaître avec l’arrêt de la pilule ?

    Je précise que je n’ai jamais eu de problème de urinaires/génitaux de ce type avant les épisodes susmentionnés…

    Je vous en prie, je serais ravie et soulagée de pouvoir vous lire sans qu’on me prenne pour une folle !!!

    Merci beaucoup !!!

    Reply
  • Marguerite
    3 août 2020

    Bonsoir !
    J’ai une cystite, mais ne sais pas encore si elle est bactérienne ou pas.
    Dans le cas où elle serait abactérienne, en combien de temps généralement les symptômes se calment-ils ?
    Depuis jeudi (nous sommes lundi) j’ai des envies d’uriner très très fréquentes au point d’aller aux toilettes toutes les 10 minutes…
    Je n’en peux plus … Sinon, niveau douleur, je n’en ai pas tant que ça. J’ai surtout une difficulté à uriner …

    Merci d’avance !
    Bonne soirée.

    Reply
    • Mary
      21 août 2020

      Merci pour ce commentaire Maguerite et toutes mes excuses pour ce manque de réactivité dans la réponse,

      La cystite abactérienne est généralement symptomatique d’une inflammation urothéliale dont les causes diffèrent d’un sujet à l’autre et peuvent être ponctuelles ou chorniques.
      La durée des symptômes est donc très variable d’un sujet à l’autre car elle dépend de nombreux facteurs:
      – âge
      – cycle hormonal, contraception, ménopause…
      – niveau d’épithélisation de la muqueuse
      – causes de l’inflammation et niveau de résolution de ces dernières
      – alimentation et hydratation
      – pH des urines
      – fréquence des épisodes aigus et existence ou non d’infection urinaire par ailleurs
      – présence d’une contracture pelvienne

      Vous comprendrez donc qu’il est bien délicat de répondre à votre question de manière fiable et précise.
      La littérature scientifique précise que la régression spontanée d’une inflammation peut prendre de quelques heures à plusieurs mois (6 mois en cas de cystite abactérienne).

      Il est bien entendu possible d’aider la paroi vésicale à se restaurer pour accélérer cette réduction de l’inflammation au travers de mesures ciblées :
      – hydratation très abondante
      – alimentation alcalinisante
      – éviction des principaux acidifiants et excitants urinaires
      – réduction de la consommation de tabac
      – supplémentation en glycosaminoglycanes et quercétine -> https://cystiteetcompagnie.fr/index.php/2020/03/23/endometriose-et-quercetine/ (Cistiquer https://deakos.fr/prodotto.php?tid=65)

      Courage et de tout coeur avec vous ❤

      Reply
  • Mathilde
    9 mars 2020

    Bonjour après des années d’infections urinaires mes ecbu se révèlent maintenant négatifs et sans leucocyturie bien que je ne ressente plus les mêmes symptômes qu’avant (brûlure et douleur continue pour uriner 3 gouttes,envie d’uriner constamment) maintenant j’ai des brûlures après avoir fait pipi qui ne passent pas et du sang quand je m’essuie tout le temps et j’ai pourtant une flore vaginale normale flore de doderlein ok pas d’infection vaginale rien ne me calme même l’acide hyaluronique je vois que vous parlez de deakos pouvez vous m’aguiyer sur des produits qui pourraient me sortir de ces brûlures constantes ? Merci à tout le monde ce site est superbe

    Reply
  • cecilia82
    17 janvier 2020

    Bonsoir tout le monde

    Ça fait 1 mois et 1 semaine que je prends des probiotiques pour ma flore vaginale. Et depuis, faisant des cystites abacteriennes depuis bien longtemps, Je n ai plus aucune brûlure. Je l’ai arrêté 2 jours car oublié en vacances et les brûlures sont revenues. Je vais le faire 3 mois. Mais si ça reprend après c’est quoi le problème ? Je ne fabrique pas assez de bactéries ?

    J’aimerais bien comprendre pourquoi.
    C’était le résultat escompté mais je me dis c’est fou si ce n’est “que” ça la solution.

    Merci à celles qui pourront me répondre.https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif

    Reply
    • Abracadabra
      17 janvier 2020

      Alors moi ça me faisait pareil et en fait c’était pas des brûlures mais de la sécheresse… des que j’ai arrêté les probiotique je sentais que ça tirai dedans et que ça bricolait… depuis avec les conseils de Mary Jones, alterne huile d’onagre bio en capsule et probiotique pdt 1 mois en ensuite je ferai que huile onagre…. on verra bien le résultat mais déjà en 1 semaine j’ai plus de tiraillements et j’ai arrêté 1 semaine ( règles ) et aucun signe encore là je croise les doigts

      Reply
      • cecilia82
        17 janvier 2020

        tu avais toi aussi que des cystites type inflammatoire ?
        Pendant combien de temps tu dois alterner les 2 ?
        Mary Jones est-ce judicieux de faire pareil ? Merci

        Reply
        • Abracadabra
          17 janvier 2020

          oui… je n’ai pas fini j’ai pris les femelles de chez deakos je fini le flacon il y en a 30 dedans donc j’en ai pour 1 peu plus de 2 mois car elle m’a dit de faire une pause pdt les règles. Je suis sous cistiquer aussi pour l’inflammation de la vessie et je revis ! Je prend aussi des probiotique oraux. Les deaflor et pareil mon transit est mieux donc que du positif pour le moment depuis août j’ai fais qu’une cystite bactérienne suite à la manipulation de la sage femme mais j’avais tjs une sensation de brûlures dans la vessie j’ai commencé le cistiquer mi décembre et j’ai eu de bons résultats des les premiers jours

          Reply
          • cecilia82
            17 janvier 2020

            Je n’ai pas encore essayé Cistiquer…
            Mais as tu l’explication concernant les probiotiques ? Pourquoi ça calme ?

          • Abracadabra
            17 janvier 2020

            je pense que ça refait ta flore du coup le milieu reprend son équilibre. Comme mary m’a expliqué en image ton vagin c’est un plancher en bois avec de la moquette dessus. L’huile d’onagre permet de remettre bien le plancher et les probiotique re bouche les trous dans la moquette. Le fait d’avoir une dysbiose vaginale rend ta patio poreuse et elle se rétréci du au manque de bonne bactérie. Du coup ça tire et ça brûle…

    • Mary
      17 janvier 2020

      un très grand merci pour ce commentaire et le partage de votre expérience. La cystite abactérienne est une problématique complexe car, s’il est vrai que la symptomatologie ressentie est bien celle d’une cystite ( = inflammation des voies urinaires) -> brulure à la miction, urgence et fréquence mictionnelle, douleurs pelvienne; il n’en reste pas moins que l’origine de ces troubles peut être très diverse d’un sujet à l’autre et peut même être totalement en-dehors des voies urinaires comme en cas de vaginite.
      Dans ce type de situation (qui semblerait être votre cas) c’est l’inflammation des muqueuses qui cause la symptomatologie.
      Il convient alors d’investiguer sur les causes de la vaginite, qui encore une fois, peuvent être multiples mais parmi lesquelles la plus fréquente est la dysbiose ou raréfaction de la flore de Döderlein dont les Lactobacilles (« bonnes bactéries ») assurent un rôle majeur dans la stabilité du milieu vulvo-vaginal (pH, sécrétions physiologiques, trophisme de la muqueuse, rôle de protection « barrière » comme l’expliquait Nimou 😉 …etc).
      Pour toutes ces raisons, si les cystites abactériennes sont causées par une vaginite, laquelle existe en raison d’un trouble de l’équilibre de la flore de Döderlein, la consommation (et application locale !) de probiotiques est sans aucun doute un moyen de réduire l’incidence des épisodes aigus jusqu’à résolution complète.

      Reply
  • Cricri
    31 mai 2019

    Merci pour cet article !! Ce blog est une vraie mine d’informations, il faudrait que mon urologue le lise https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
    Existe-t-il des études comparatives entre Cistiquer et Elmiron ?
    Je suis diagnostiquée CI depuis 2006 mais en parcourant le blog je crois que je devrais revoir mon profil avec un autre urologue…
    Cistiquer me tente mais j’aimerais pkus d’informations https://cystiteetcompagnie.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

    Reply
    • GiGi
      14 juin 2019

      Salut Cricri (trop mignon ton pseudo!)

      Tu me flattes avec ton com’ 😉 C’est super gentil parce que ce blog représente un travail de fou pour Mary et moi, donc merci merci merci !!

      Existe-t-il des études comparatives entre Cistiquer et Elmiron ?
      Alors je sais qu’il existe un essai clinique avec Cistiquer mais je crois que la comparaison avait été faite avec des instillations intravésicales (aïe aïe aïe) et que les conclusions étaient plutôt en faveur de Cistiquer. Mais peut être que Mary pourra t’en dire plus 😉

      Je suis diagnostiquée CI depuis 2006 mais en parcourant le blog je crois que je devrais revoir mon profil avec un autre urologue…
      Hum Hum… Tu pourrais être plus precise? Qu’est ce qui te fait douter de ton diagnostic?

      Cistiquer me tente mais j’aimerais pkus d’informations

      Hihihi ok, que te dire? C’est un complément alimentaire (ou bon je crois que ça tu avais compris lol) qui se presente sous forme de cachés (1g donc un peu gros mais sécables) et qui a plusieurs atouts:
      – lutter contre l’inflammation => c’est à dire réduire la cause possible des symptômes (dans ton cas j’imagine urgence et fréquence mictionnelle, mais aussi brulure et douleurs)
      – restaurer la couche des GAGs et soutenir la réépithélisation (attention le gros mot hihihi) => en fait ça veut simplement dire que ça aide ta vessie à se reconstruire si sa paroi a des zones “blessées” ou “griffées” ou comme “érodées”. En prenant Cistiquer tu donnes à ta vessie les “briques” de construction pour reformer sa paroi et lui rendre son imperméabilité à l’urine 🙂
      – réduire la symptomatologie => c’est la conséquence logique des deux effets ci-dessus = si ta vessie est “réparée” et que l’inflammation est réduite tu auras moins de symptômes

      Par contre ATTENTION Cistiquer n’est utile que si tu es concernée par:
      – une inflammation
      – une altération de la couche des GAGs
      – une paroi vésciale abîmée
      Si ton SVD (on va partir du principe que c’est le bon diagnostic) est du à une contracture pelvienne par exemple ça ne te fera sans doute pas beaucoup d’effet, et IDEM si tu as des ulcères de Hunner dans la vessie.

      Du coup, j’espère te lire bientôt pour pouvoir te donner des conseils plus précis.

      Je t’embrasse bien fort.
      A bientôt

      Reply

Laisser un commentaire